28 novembre 2022 | 992 vues | La fachosphère, Pratique

Les sites de réinformation en 2022

PQRR et fachosphère – édition 2022

Temps de lecture : 16 minutes

La fachosphère a misé sur les sites de réinformation pour communiquer sur Internet. Disons le tout net, elle a bien compris depuis le début du net en France comment en tirer profit et a montré une grande capacité d’adaptation.

Ici, nous allons tenter de faire un état des lieux des acteurs en présence en 2022. Parce qu’internet évolue, les militants de la fachosphère aussi, et la stratégie de réinformation s’appuie sur des plateformes différentes, des sites d’actu locale aux réseaux sociaux.

Voyons ensemble cette évolution.

La Presse Quotidienne de Réinformation Régionale – PQRR

Nous avions déjà crée une liste des sites de PQRR, commençons par un bref état des lieux de cette scène. Du coup, on a pas besoin de vous les représenter. On va juste prendre quelques minutes pour présenter les nouveaux acteurs. Enfin, pour plus de clarté, nous avons choisi une classification par région.

Notre cartographie de la PQRR

  • Auvergne-Rhône-Alpes
    Rhone-alpes-info a été vidé de son contenu de réinfo. On est en droit de penser que le domaine a été racheté par une entreprise implantée localement qui s’en sert pour diffuser des articles de type publipostage ou des pubs pour des sociétés de la région.
  • Bourgogne-Franche-Comté
    Aucun site de réinformation locale ou PQRR à notre connaissance.
  • Bretagne
    On y retrouve deux sites qu’on connaît bien :

    • Breizatao
      Site géré de loin par Boris Le Lay, pas de changement majeur à noter.
    • Breizh info
      On en parle depuis longtemps. Le site continue de publier quotidiennement son contenu réactionnaire et xénophobe.
  • Corse
    Corsica Patria Nostra : disparu
  • Grand Est
    Alsace actu : disparu
  • Hauts-de-France
    NordActu : disparu
  • Ile de France
    Paris vox :
    Le site est toujours actif avec des publications quasi quotidiennes et composé d’un mélange de contenu mou et d’une ligne pro-flic et anti migrant.
  • Normandie
    TV NormanChannel :
    Le site est toujours actif et tient la même ligne.
  • Nouvelle Aquitaine
    • Infos Bordeaux :
      Le site est toujours actif et tient la même ligne.
    • Burdigala-presse . info un petit nouveau proche identitaire géré par Alain de Peretti, veto fondateur de l’asso vigilance hallal

       

  • Occitanie
    • Info-toulouse
      Le site est toujours actif, mais semble avoir été récupéré par une agence web qui fait dans le consensuel, plus vraiment de la réinfosphère
    • L’archipel contre-attaque
      Un site d’info locale tenu par Nicolas Caudeville et dédié à Perpignan uniquement. La ligne est globalement proche des sites de réinformation.
    • Lengadoc info :
      Le site de Jordi Vives est toujours actif et tient la même ligne
  • Pays-de-la-Loire
    Labaule.com n’existe plus.
  • Provence-Alpes-Côte-d’Azur
    Nice-provence :
    Le site est toujours actif et tient une ligne de plus en plus pro-Russe.

Qu’en conclure ?

Globalement, on peut voir que les acteurs les plus fragiles ont disparu, d’autres continuent leur activité en tenant les mêmes lignes. Par ailleurs, on note que les sites de réinformation qui perdurent sont ceux basés dans des régions où l’extrême droite est implantée durablement. On peut quand même constater que la PQRR n’est plus aussi importante dans la stratégie de l’extrême droite sur les réseaux.

N’hésitez pas à nous contacter si vous en connaissez d’autres.

Les sites de réinformation à l’échelle nationale

Les médias de PQRR s’accordent avec un réseau de sites à l’échelle nationale. Voyons ensemble qui sont les acteurs de cette scène.

FdeSouche

Le site de Pierre Sautarel est le plus gros site de réinfosphère en France. Il s’agit d’un agrégateur qui assure une revue de presse permanente et bénéficie d’une grande visibilité. Crée en 2005, il a aujourd’hui une importante communauté : 150 000 abonnés sur twitter (et 100 000 pour Sautarel), 260 000 sur Facebook.

capture site fdesouche
Pierre Sautarel est le premier sur l’info d’extrême droite. Pas de quoi être fier.

Le site ne produit pas de contenu et encore moins de vidéo (moins de 1000 abonnés sur Youtube).

Boulevard Voltaire

Bvoltaire est le second plus gros site de la réinfosphère. Fort du soutien de personnalités d’extrême droite et de journalistes, il devient en dix ans un gros du secteur. Le contenu est original, rédigé par des invités ou membres de la rédaction, et le contenu vidéo y est important.

capture site boulevard voltaire

Le site crée par Robert Mesnard c’est 70 000 abonnés sur Twitter, 173 000 sur Facebook et 93 000 sur Youtube. On ne sera pas trop surpris de voir cette réussite compte tenu du nombre de personnalités qui ont pignon sur rue qui participent ou ont participé.

Nouvelles de France et le salon beige

C’est Guillaume de Thieulloy, journaliste qui cumule les étiquettes (aristocrate, catho intégriste, extrême droite) qui est directeur de la publication de trois sites : NdF, le salon beige et observatoire de la christianophobie (qui ne recule devant aucun fake).
Le modèle est sensiblement le même que FdeSouche : un agrégateur qui permet de disposer de contenu quotidiennement produit par toute la fachosphère.

Damoclès . co

Damoclès c’est l’oeuvre d’une autre vieille connaissance : Samuel Lafont. L’expert en communication web ne fait pas dans la réinformation à proprement parler. En effet, il a choisit de populariser sa plateforme par des « coups », en publiant des pétitions ou en organisant une opération de récupération dans l‘affaire Lola.

Damoclès est assez peu présent sur les autres réseaux sociaux : suspendu de twitter, peu de suivi dans les publication Facebook et plus rien depuis 3 ans pour les 5000 abonnés sur youtube.

En terme de réinformation, le contenu du site en fait un acteur mineur. Néanmoins, on ne peut l’ignorer tant Lafont sait créer du buzz, notamment pour Eric Zemmour dont il est responsable de la communication numérique.

capture Damoclès Samuel Lafont
Samuel Lafont fait lui aussi des portraits.

France-libre 24 (FL24)

Mené par une certaine Anne Van Gelder, le site est sans aucun doute affilié à l’extrême droite. Le site belge RTL avait d’ailleurs démontré que FL24 roulait pour l’extrême droite Polonaise. En effet, il s’agit d’une agence de presse qui produit du contenu pour FL24.
(selon l’article, le site peut revendiquer 300k visites. En juin 2022, nous sommes plus proches de 12k visites)

capture fl24

Le média en 4-4-2 (Marcel D)

Le média en 4 4 2 est animé par un certain Marcel Dubreuilh (Marcel D.) aka Christophe Jacques-Sébastien. Son crédo est typique de la réinformation : « crée par le peuple, par le peuple ». En 2019, il se met à dos Balance ton antisémite, qui fait fermer son compter HelloAsso. Après avoir soutenu les gilets jaunes, il se concentre sur le covid et tous les fake qui vont avec (un parcours classique).

Le compte Twitter Marcel D. est suivi par 46 000 abonnés, et la chaîne youtube environ 15 000 depuis 2020.

Le média en 4-4-2 et les tontons flingueurs…

Baslesmasques.com

Bas les masques, ça donne BLM, comme Black Lives Matter. La comparaison s’arrête là, et on espère qu’elle est fortuite.  « Le média de l’info déconfinée » est crée en 2020 pendant le confinement. Il s’agit d’un pure player lancé par Stéphane Simon (co-fondateur de Front populaire) avec des médecins rassuristes comme Toubiana.

La présence sur les plateformes habituelles montrent un choix stratégique : Peu de vidéos (66 abonnés pour 3 vidéos sur youtube) et beaucoup de messages courts et de coups (25 000 abonnés sur Twitter).

capture site bas les masques
un abonnement acheté = un livre offert !

On y trouve du contenu original, de moins en moins sur le Covid. Mais la lecture des articles est réservée aux abonnés.

De l’analyse et des solutions

Ce média décrypte et réfléchit aux situations de détresse que nos concitoyens traversent. Porté par des spécialistes, il donne la parole à tous ceux qui veulent informer, réfléchir, proposer des solutions alternatives au monde de contrôle social et de surveillance généralisée qui se dessine devant nous.

Dire la vérité sans filtre sur les sujets qui comptent.

A noter que Stéphane Simon s’est également chargé selon Libération de créer Goldnadel TV où l’avocat polémiste Gilles-William Goldnadel y officie avec notre vieux copain Jean-Patrick Grumberg (de Dreuz).

D’autres sites ou pages en vrac :

  • La Lettre Patriote
    Un site hébergé en Suisse, édité par une société américaine. On les retrouve sur Facebook avec 63 000 abonnés, mais sur les plateformes les plus virales, on n’est surpris de voir que la lettre P ne rencontre pas un grand succès (moins de 50 abonnés sur Twitter, moins de 200 sur Youtube). Quelques podcast audio également (ce qui reste anecdotique dans la réinfosphère).
  • LDC News Agency – Ligne de Conduite
    Façade légale de Jimmy Leopold, journaliste indépendant qui diffuse ses vidéos afin de les vendre à des médias. Il est très proche des milieux d’extrême droite et son compte twitter est suivi par 55 000 abonnés.
  • ParaFox TV
    Un compte Youtube qui édite du contenu de faible qualité, peu suivi (2300 abonnés), qui alimente une page suivie par 55 000 abonnés. Présence confidentielle sur Twitter. 
  • SACR TV
    C’est la webTV de l’action royaliste (GAR)
    . La chaîne Youtube publie peu de contenu mais est suivie par 25 000 abonnés.
  • La Voix des Français
    Site abandonné depuis 2015.

Ce tour n’est pas exhaustif, il y a d’autres sites qui font de la réinformation. Néanmoins, on voit nettement se dégager des tendances.

Acteurs sur le déclin

Tenir un site internet est énergivore et demande beaucoup de motivation. C’est le propre aussi du monde militant, et l’extrême droite ne déroge pas à la règle. Les sites historiques sont tenus par des stakhanovistes et/ou des structures ayant les moyens d’embaucher. La plupart du temps, les sites ne sont tenus que par un animateur ou un petit groupe.

Certains ont également tiré le diable par la queue et ont perdu leurs pages ou leurs comptes, et donc leur visibilité. Enfin, on peut observer des changements de stratégie pour d’autres.

La gauche m’a tuer (drop the mike)

Mike Borowski est une vieille connaissance. On a du debunker tellement d’âneries qu’on a du créer une catégorie. Malgré tout, le temps a ses effets sur nous tous, et son site n’existe plus.

Voyons donc comment La Gauche M’a Tuer a évolué, parce que parmi les sites de réinformation, il se targuait d’être le premier :

Le compte Twitter LGMT a été suspendu. Frère Borowski continue de diffuser ses délires sur sa page.

La page Facebook LGMT existe toujours.

Tout du moins, une de ses déclinaisons qui a survécu aux nombreuses suppressions de Facebook. La page continue à faire de la réinformation, mais pointe vers un autre site : planetes360.Ce site suite une ligne assez classique dans ce petit monde : Pro-Russe, antivax, sympathie pour l’extrême droite, discours anti-élite pédo-machin chouette… Bref, rien de nouveau sous le soleil. En un mot comme en cent, le contenu n’est pas vraiment qualitatif et tente de faire passer sa production comme importante, alors que la plupart des articles ne sont que des tweets cités.

Ce site est géré depuis la France par un certain Michael Lelièvre. La chaîne Youtube a un grand nombre d’abonnés (177k) mais ne publie que peu de contenu original. Quelques partages des vidéos de Gérard Info, considéré comme « partenaire ».

Gérard info

Colossale finesse pour ce site géré par Mike Borowski (celui dont on parlait juste au dessus) et qui revendique être basé en Pologne (pour rappel, frère Boro se trouve en Seine Saint Denis).

A l’origine, on peut voir des essais autour d’une page : « Paul le réactionnaire » (ou Paul Perseval). Des essais manifestement non concluant, le choix se portant sur Gérard, mascotte à béret et moustache, parce que quitte à faire dans le cliché, autant y aller franchement. On peut voir une évolution progressive : création de la première page en 2014, puis premier contenu en 2016.

Après la disparition de LGMT, Borowski s’essaie à l’édito puis trouve un format standard à partir de 2020. Il affine la formule de ses interviews et atteint une fréquence de publication de une à deux vidéos par semaine. Le compte Youtube compte 65 000 abonnés et le compte Twitter environ 17 000.

capture site gerard info
Gérard Info, la nouvelle formule de la gauche m’a tuer.

On peut considérer que LGMT a beaucoup perdu dans la suppression de sa page facebook. Néanmoins il continue à avoir une certaine aura, même si le personnage évolue en marge des grands acteurs. Ses vidéos nourrissent d’autres agrégateurs dont planetes360.

Au moment de la rédaction de cet article, le site était inaccessible.

Média Press Info

Émanation de Civitas, MPI est un énième agrégateur tenu par son directeur de la publication Pierre Alain Depauw et une petite équipe. Antisémite et complotiste, le site a vu son compte Youtube supprimé par la plateforme, recrée en 2021, il plafonne à 723 abonnés. Disparu de Facebook qui lui assurait l’essentiel de sa visibilité, MPI vivote avec 6000 abonnés sur Twitter.

capture MPI
MPI, le site de réinfo par Civitas

Novopress

Le site de Fabrice Robert, figure du bloc identitaire est l’un des tous premiers dans le monde de la réinformation francophone (le site a été crée en 2005). En 2022, le site paie surtout de ne pas avoir su s’adapter aux nouveaux supports (podcasts ou vidéo, réseaux sociaux).

L’équipe a quitté Facebook fin 2020, le compte twitter est suspendu. Sur Youtube, Novopress revendique moins de 1000 abonnés et la dernière vidéo date d’il y a 7 ans. L’essentiel de la communication passe désormais sur Telegram.

capture compte telegram novopress
320 abonnés, ce n’est pas vraiment de la réinformation massive.

Le site continue de publier des articles régulièrement, même si le site semble figé en septembre 2022, le compte telegram de Novopress diffuse encore plusieurs articles quotidiennement. Mais avec 320 abonnés, on ne peut pas vraiment parler de réinformation massive.

Ils ont raté leur coup !

Les années 2010 sont marquées par l’apparition d’un modèle de pure player : les webtv. L’idée est de produire des vidéos et de les héberger. Mais ce genre de sites ne peut rivaliser avec les plateformes comme Youtube, Odyssee, etc… Et encore moins rivaliser avec les gros acteurs du secteurs des médias mainstream. Cet entre-deux était condamné également à moins de visibilité et des coûts de gestion trop élevés.

Ces sites disparaissent ou s’adaptent (TV Libertés a très bien su s’adapter par exemple).

La France libre.tv

La France libre est un excellente exemple. Eric Brunet, Gilles-William Goldnadel et André Bercoff lancent leur média en 2017. Le site est un pure player, le contenu est accessible contre le paiement d’un abonnement. En 2022, la France libre a fait long feu : 1700 abonnés sur leur chaîne youtube et rien de nouveau depuis 4 ans.
Les trois jeunes et fringants entrepreneurs ont trouvé leurs voies depuis, que personne ne s’inquiète!

Nouveaux acteurs de la réinformation

Nous avons donc vu un maillage de sites de réinformation locale ou nationale. Cependant, ces sites se nourrissent de contenu qu’ils ne produisent qu’assez rarement, la plupart n’étant que de simples agrégateurs. Ce contenu vient en général du travail de la presse mainstream, mais aussi de ces nouveaux acteurs qui produisent du contenu multimédia et multiplateformes.

Nous allons voir ici quelques acteurs de cette scène médiatique qui alimente la réinfosphère.

Livre noir

Singeant Thinkerview, Livre noir est une chaîne youtube qui livre des entretiens sur fond noir et sans contraintes de temps. 309 000 abonnés sur Youtube, 85 000 sur Twitter. Livre noir est proche d’Eric Zemmour.

Il semblerait qu’en ce mois de novembre 2022, Livre noir soit sur le point d’imploser. Nous restons prudent en attendant de voir ce qu’il en est.

TvLibertés

TvLibertés est crée en 2014 par Martial Bild, militant historique du Front National et proche de Jean-Marie Le Pen. Le site va pendant longtemps être cantonné à des interviews du vieux, en particulier après son éviction du RN. L’équipe sent quand même le vent tourner et s’adapte aux temps qui changent (gilets jaunes, covid..) et arrête le modèle pure player, pour produire plus de contenu gratuit via Youtube.

La chaîne crée en 2018 compte 526 000 abonnés et se revendique première chaîne de réinformation.

capture site tv libertés

Les corsaires

Les corsaires, c’est la réponse de la fachosphère au collectif des sleeping giants. Le concept est simple : si la fachosphère vit de la pub, il faut contacter les annonceurs et jouer sur le fait que le petit commerce de la haine est mauvais pour leur image. Et ça marche!

Résultat, des identitaires ont crée le collectif « les corsaires ». Donc, pour contrer les SG, la stratégie est de contacter une liste de militants qui twittera en masse pour « contrer » les opérations qui touchent aux médias de la fachosphère. On va pas se cacher que ça n’a pas un gros impact, malgré le soin apporté au matériel qui est publié sur tous les canaux possibles.

Il ne s’agit pas de réinformation à proprement parler, pourtant les corsaires ont un rôle dans ce système.

Sunrise.tube

Nicolas Faure se définit comme un agitateur idéologique néo-classique & réaliste. Journaliste depuis 2018, il a été formé à Tv Libertés. Malgré tout, il reste un acteur encore mineur, même si on peut s’attendre à une montée en puissance ces prochaines années, la chaîne alliant professionnalisme avec une identité plus « joyeuse » qui n’existe pas vraiment dans la fachosphère.

Le compte Twitter compte 4618 abonnés, et la chaîne Youtube environ 9000 abonnés depuis que la première vidéo a été publié en mars 2022.
capture sunrise
Sunrise un nouvel acteur

Le média pour tous

Vincent Lapierre, c’était le reporter attitré du site Égalité & réconciliation, le vaisseau amiral de l’empire (qu’on a bien compris, merci) d’Alain Soral. Dans ce milieu, le clash est une science et en 2018, c’est la rupture. L’époque est aux journalistes indépendant, et Vincent Lapierre crée son propre site, lui qui a le savoir faire pour fabriquer le contenu.

Au bout de 4 ans, ses vidéos hébergées sur sa chaîne Youtube sont suivies par 250 000 abonnés, et il peut revendiquer 25 000 abonnés sur son propre compte twitter pour 8 000 sur le compte au nom du site.

capture site Le média pour tous

Place des audacieux

On va en parler rapidement parce qu’il a été fondé par Didier Maïsto, celui qui a ramené Sud Radio comme un acteur important de la presse, et particulièrement de réinformation.
Place des audacieux, c’est le pure player* orienté économie dans l’ombre du Figaro. Le contenu n’est pas vraiment la ligne de la fachosphère, mais tient une ligne libérale.

On trouve un peu de contenu sur Youtube, des formats courts (10 minutes environ) pour une communauté de  77 000 abonnés depuis la création du channel en 2015.

Un acteur mineur en somme.

Les youtubeurs

Les youtubeurs ne font pas de la réinformation à proprement parler, mais sont des rouages importants de la fachosphère. Passant d’une chaîne à l’autre, créant les polémiques, ils sont les créateurs de contenu les plus prolifiques, amenant des regards plus « originaux » dans le paysage de l’extrême droite sur les réseaux.

On va être honnête, ils sont peut être plus spectaculaires, s’invitent les uns les autres, mais ils la jouent plus perso. On va en citer quelques uns, mais on va laisser de côté ça pour le moment :

  • Julien Rochedy
  • Baptiste Marchais (bench&cigars)
  • Papacito (les droitards)
  • code-Reinho
  • Krok-blanc
  • Caljbeut, astronogeek, psyhodelik…

En revanche, on ne peut pas ignorer ce pan là de la fachosphère qui fournit du contenu « original » aux agrégateurs.

Retour en grâce d’acteurs « mainstream » d’extrême droite

Après des années de recul des vecteurs traditionnels (télévision, radio…) au bénéfice d’internet, on observe a minima une stabilisation voir un retour en grâce de certains médias. On peut y voir deux évolutions majeures :

  1. Une évolution de la ligne éditoriale (pour ne pas dire un virage au frein à main pour certains)
  2. Une maîtrise des outils web qui leur permet d’avoir du contenu multi-plateforme.

Vu les intervenants, experts, chroniqueurs, éditorialistes, invités, on peut parler de réinformation. Mais surtout, les formats correspondent au besoin des sites de réinfo : capsule, podcast, c’est du contenu « riche » à disposition. Un deal gagnant/gagnant.

Le groupe Bolloré

Nous avons déjà parlé à plusieurs reprises de la galaxie Bolloré, alors nous ne nous étendrons pas. De toute évidence, il y a eu une évolution depuis 2015.

  • Cnews
    C’est le navire amiral en terme d’information, avec Pascal Praud comme figure de proue d’une chaîne qui s’affichent de plus en plus ouvertement à l’extrême droite (tendance catholique traditionaliste et largement complotiste).
  • Europe 1
    En 2021, Bolloré prend le contrôle de la radio. Il n’avait pas encore de pied sur ce support. La radio va rapidement prendre le pli et accueillir par exemple des rubriques comme La carte blanche de Mathieu Bock-Côté.
  • Cyril Hanouna
    C’est le chouchou du patron, qui occupe le prime time d’une autre chaîne du groupe. Quotidiennement, il donne la parole à des complotistes et des personnalités d’extrême droite. La course à l’audience devient idéologique, comme nous l’avions montré dans notre article.

Valeurs Actuelles

Qui aurait pensé il y a dix ans que Valeurs actuelles deviendrait le titre de référence de la droite dure ? C’est à l’initiative d’Yves de Kerdrel que le journal entame son virage éditorial. Avec des couvertures outrancières, le titre de presse se relance dans la course. Mais on assiste surtout à une stratégie plus fine. On commence à voir les rédacteurs en chef du journal s’imposer comme éditorialiste sur les plateaux des grandes chaînes d’info (comme Geoffroy Lejeune ou Tugdual Denis).

Fin 2020, le magazine se lance dans le support vidéo, et en deux ans, VA+ fidélise 350 000 abonnés.

capture youtbe va plus
Valeurs actuelles sur Youtube, ou une bonne compréhension du modèle de la réinformation

Sud Radio

Sud Radio, à l’image de Valeurs Actuelles était une radio en déperdition. Lorsque Didier Maïsto s’empare de la direction de la station, ça n’est qu’un petit de la bande FM. Quelques années plus tard, c’est un mastodonte de la réinformation qui s’est construit sur ses chroniqueurs comme Bercoff ou Bourdin (après que celui ci ait été évincé de BFM, accusé de harcèlement sexuel). Mais surtout, on peut y entendre toute la complosphère qui gagne des heures de fortes audiences.

Toutes les émissions sont sur Youtube qui met à disposition des capsules. La chaîne est suivie par 700 000 abonnés et son contenu nourrit régulièrement les agrégateurs.

capture youtube Sud Radio
Chez Sud Radio tout est filmé et propulsé sur Youtube.

Radio courtoisie

Radio Courtoisie, c’est la bonne vieille droite ennuyeuse à mourir sur la bande FM. Si la radio revient sur le devant de la scène c’est d’abord parce que son patron dans les années 2010, Henri De Lesquen s’illustre par son absence totale de filtres dans son racisme. Il quitte la radio en 2017.

Dominique Paoli lui succède. Curieusement, cet objet poussiéreux commence à prendre le virage du net et se rajeunit, comme l’électorat d’extrême droite. la ligne éditoriale évolue et se calque sur les autres.

capture youtube ligne droite
Ligne droite, la matinale de radio courtoisie qui vient jouer dans la cour des grands.

On retiendra l’émission multiplateforme Ligne droite, crée en 2020 elle revendique 130 000 abonnés (la diffusion d’émission sur cette chaîne ne commence qu’en 2021 ce qui laisse supposer que la stratégie de la radio n’est pas improvisée).

Conclusion

En définitive, après des années à multiplier les essais, les sites de réinformation ont trouvé leur rythme de croisière. Beaucoup ont disparu, d’autres sont apparus, mais surtout ils trouvent un équilibre et forment un maillage avec la réinformation nationale.

D’autres médias, d’autres façons de produire du contenu (accéléré par la mise à disposition d’outils pendant les confinements) ont ouverts des voies à ces sites pour proposer un contenu plus riche et original.

Fuir les grandes plateformes pour certain, et miser sur Telegram, VK, Odyssee ou Discord, c’est aussi se couper de là où se trouve leur cible et leur audience, qui a du mal à quitter Facebook ou qui privilégie Youtube et Twitter.

Sur le fond

Finalement, il n’y a pas vraiment de différences sensibles de contenu de la part des sites de réinformation. Les personnalités en vogue vont passer sur tous les plateaux qui feront autant de contenu à partager. Les uns et les autres s’invitent et s’interviewent, puis se repartagent. Peu d’acteurs au final produisent ce contenu « original » qui demandent des moyens et du savoir faire.

N’importe quelle brève revue de presse sur ces sites permet d’identifier les axes de la communication de l’extrême droite et les différents angles pour les traiter : insécurité, immigration, complot des démocrates Américains avec l’Union Européenne…

 

Auteur de l’article : Pavel DBK

Laisser un commentaire