05 avril 2020 | 3542 vues | Anti-intox, Hoaxes officiels des droites extrêmes, Inclassable

Du 11/09 au covid 19, la grande ère du complotisme.

La pandémie de Covid-19 que nous connaissons actuellement est un événement majeur de notre histoire, tout du moins de la première moitié du 21ème siècle. D’un acte somme toute mineur, les conséquences sont absolument catastrophiques pour l’humanité toute entière. Cette pandémie touche tous les secteurs de notre vie, relations sociales, économie, santé, etc…

Quand le pangolin s’éveillera, le monde tremblera

Personne ne peut dire à l’heure actuelle de quelle ampleur seront au final ces conséquences. Il y aura bien entendu un lourd tribut à payer en vies humaines, mais il est impossible d’en déduire les suites polico/économico/ sociales.

Il semble à l’heure actuelle que certains pays déjà affectés par la lèpre populiste d’extrême droite en profitent pour muter vers des régimes encore plus autoritaires. Rien ne dit qu’ils n’en sortirons pas complètement dictatoriaux. Et la France n’est pas à l’abri

Répétons-le: bien malin qui peut dire ce qu’il se passe vraiment.
Sauf si l’on est complotiste.

L’effet Pangolin

Dans le monde fantasmatique des complotistes, tout est déjà planifié, écrit à l’avance. Eux savent.
Les debunkers savaient, quant à eux, et dès le début de cette crise majeure, vu son importance, que la complosphère allait se déchaîner sur le sujet. Et vous, ami(e)s lect(rice)eurs, vous le saviez aussi. Vous aviez déja constaté, dans votre entourage familial et amical, la présence au moins un(e) « spécialiste toutologue », cet individu qui a un avis sur tout, délivré généreusement et de docte façon. C’est ainsi qu’il est passé du statut auto-proclamé de spécialiste en explosifs, destruction contrôlée d’immeubles et relations internationales en 2001 à celui d’expert en virologie, pharmacologie, et fin connaisseur de la Chine et de sa culture…
Vous nous direz, il a des maîtres à penser. Enfin… »à penser », c’est beaucoup dire.

[Ouverture de l’aparté]
Car nos médias sont envahis de ces spécialistes que l’on case à toutes les sauces, ces mêmes « toutologues » tour à tour spécialistes en protéines virales, en Plaquenil® ou en mœurs chinoises (bizarres les mœurs, forcément bizarres) et qui, hier encore, nous beurraient la biscotte de leurs connaissances parcellaires et hasardeuses sur l’Islam, les banlieues et le terrorisme.

Gageons qu’ils vont persévérer avec zèle à squatter les chaines d’informations, en trouvant d’autres spécialités dans lesquelles ils brilleront par leurs approximations, leurs réflexions à l’emporte-pièce, nous montrant par là même avec brio qu’ils ont depuis des temps immémoriaux atteint les limites de leur incompétence.
Certains écument ces chaines depuis René Coty (si, si on vous assure)….
Avec des modèles aussi brillants, chacun peut se penser persuadé, grâce à l’exemple quotidien du poste, que tout le monde peut être aussi mauvais qu’eux…
[Fermeture de l’aparté]

D’où cet article qui se veut un peu « catalogue » des différentes théories qui circulent sur la situation actuelle. Nous l’avions déjà fait lors de l’accident ferroviaire de Brétigny-sur-Orge. Mais aussi en d’autres occasions. Le but de cet article est bien d’établir un catalogue, et non un debunkage en série de chacune des théories que nous mentionnerons, dont certaines relèvent du délire pur et simple. Certaines sont en effet tellement absconses qu’il en devient difficile de comprendre ce que veut dire la personne. C’est ainsi que nous avons parfois droit à des discours mystiques dont on se demande au final si la pensée de l’auteur relève de la religion ou de l’hôpital psychiatrique.
A vous de juger.

NDLR:
Nous avons émaillé cet article de dessins. Veuillez nous excusez par avance de ne pas avoir indiqué la source de toutes les œuvres produites; certaines ont été récoltées au détour de nos pérégrinations et leur origine nous est inconnue. Si vous en connaissez la source, n’hésitez pas à nous contacter, nous serons ravis de rendre à César ce qui appartient à César.

 

1) Théorie de la théorie du complot, les représentants officiels

a) Mécanique du complotisme et du bouc émissaire
Chaque événement apporte son lot de théories du complot. Il en va ainsi depuis la première croisade et les rumeurs de sacrifice humains par les juifs.

Mais les choses vont bientôt changer.

  • L’appel à la croisade d’Urbain II, au concile de Clermont Ferrand, en 1095, déclenche des persécutions de la part des paysans à l’encontre des communautés juives de France et de Rhénanie, et ce malgré les oppositions et interdictions de l’Église. Les participants à la croisade populaire ne sont pas les seuls impliqués, des barons croisés y prennent également part.

Dans les chroniques juives du Moyen Âge, ces persécutions sont connues sous le nom de Gezerot Tatnou, c’est-à-dire « Décrets de l’année [hébraïque] 856 ».

C’est la première fois que ces persécutions ont une note COMPLOTISTE.

Le moine Raoul Glaber accusera par exemple (sans preuve) des juifs qui auraient incité les musulmans à détruire les lieux saints de Jérusalem. Mais ce n’est pas tout ; une rumeur prétend que Godefroy de Bouillon aurait « juré de ne pas partir en Croisade avant de venger le sang du Christ, de sorte qu’il ne restera pas [de Juifs] en vie derrière lui » [Steven Runciman, Histoire des Croisades, Tallandier, 2006, p. 131]. L’empereur Henri IV, avisé de cet engagement par Kalonymos Ben Meshoullam, alors chef de la communauté juive de Mayence, promulgua une ordonnance interdisant de telles actions. Godefroy affirma par la suite n’avoir jamais eu l’intention de tuer des juifs. Mais par mesure de sûreté, les communautés de Mayence et de Cologne lui envoyèrent une somme de 500 marks.

Norman Golb, The Jews in Medieval Normandy : a social and intellectual history, Cambridge, Cambridge University Press, 1986.

Beaucoup d’historiens estiment cependant que la véritable première théorie du complot est forgée de toute pièce par l’abbé jésuite Augustin Barruel dans son ouvrage largement partagé à l’époque Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme, qui paraîtra en cinq volumes, de 1797 à 1803.
Les Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme en 5 tomes de Barruel soutiennent une théorie du complot selon laquelle les Illuminés de Bavière (les « Illuminati ») ont infiltré la franc-maçonnerie et d’autres sociétés, afin de renverser les pouvoirs en place, aussi bien politiques que religieux, dans le but d’asservir l’humanité. Ainsi, selon la thèse de Barruel, la Révolution française résulte d’un complot fomenté par les philosophes athées, les nouveaux Templiers, les Rosicruciens, les francs-maçons, ainsi que certains protestants contre l’Église et la royauté, sous l’influence des Illuminés. Cette thèse a connu une postérité considérable dans les milieux contre-révolutionnaires.
Vers 1806, il y incorporera une note antisémite en forgeant un faux connu sous le nom de « lettre de Giovanni Battista Simonini ».


Il est donc assez remarquable de constater que la source de la pensée contre-révolutionnaire est indissolublement lié à ce qui fera la marque de fabrique de l’extrême droite:

-Le complotisme
-La vision « Organiciste » de la société

Ainsi, les théories du complot entourant les attentats du 11 septembre 2001 n’ont de nouveau que la modernité de la technique de communication, internet. Même si il a connu de « beaux succès » par le passé (comme l’ouvrage de Barruel, ou Les Protocoles des Sages de Sion), le livre, en tant qu’objet, offre assez peu de potentiel viral. En particulier parce qu’il est très peu interactif, au contraire d’internet qui permet à n’importe qui de surenchérir. Chacun des adeptes de la théorie du complot crée un renforcement de la croyance en celle-ci et génère ainsi un effet multiplicateur connu sous le nom de « viralité ».
Chaque événement, du plus simple et local au plus important et international, connait désormais un développement complotiste faramineux. Et ce dans la mesure où plus le monde est complexe, plus les individus cherchent à le comprendre en le simplifiant. Il existe certainement une relation de cause à effet entre la complexité du sujet et la simplification abusive des théories du complot qui en découlent. L’axiome pourrait s’énoncer comme suit: « plus l’affaire est complexe, plus les complotistes vont en déduire des constructions simplistes ».
Les complotistes s’intéressent au sens du monde qui les entoure; ils lisent, s’informent, discutent. Le souci est qu’ils appliquent un  schéma préconstruit une fois pour toute à l’ensemble des problèmes rencontrés. Adieu la pensée complexe…
Pour quelqu’un qui connait un peu la « facho/complosphère », il est au final assez aisé de déduire par avance ce que tel ou tel groupe va développer comme explication paranoïaque sur tel ou tel sujet.
Pour le complotiste, chaque événement se décompose selon la trame suivante:
– Qui?
– Comment?
– Dans quel but?
Pour la plupart des complotistes, il est absolument IMPENSABLE que l’épidémie de Covid-19 actuelle ne soit que le résultat d’une zoonose, phénomène qui se répand actuellement par la voie de la mondialisation des échanges. Il y a quelques jours, nous debunkions une vidéo qui a eu un succès faramineux sur ce sujet. Dans cette vidéo, les trois questions essentielles que nous posons ci-dessus trouvent une réponse:

– Qui? => « l’Institut Pasteur »
– Comment? => La création d’une « chimère », une arme biologique virale
– Dans quel but? => L’argent, récolté par la vente des vaccins et des médicaments (une variante du sempiternel complot de Big Pharma)

Chaque groupe complotiste possède un schéma de pensée préconçu lui permettant de calquer ses propres obsessions sur une situation, quelle qu’elle soit.
Un soralien, par exemple, va trouver NÉCESSAIREMENT un complot où Israël/juifs sont liés avec le Big Pharma, c’est systématique. De fait, ces gens ne cherchent pas DES explications, ils ont UNE explication qu’ils appliquent à chaque événement. A la conclusion déjà-là ne reste qu’à faire coller le récit du déroulé.
Cette équivalence fonctionne également dans l’autre sens. Une accusation contre tel ou tel bouc émissaire favori d’un groupe d’extrême droite permet d’identifier rapidement, et quasiment à coup sûr, le groupe dont elle émane. Et, ouvrons une parenthèse, c’est paradoxalement parfois bien embarrassant pour certains de ces groupes. Les groupes anti musulmans comme le #RN se trouvent en effet fort dépourvus maintenant que la bise est venue: plus le moindre petit attentat, la plus petite ébauche de buzz à se mettre sous la dent en cette période où l’attention générale se porte uniquement sur le Covid-19.
D’où, sans doute, ces tentatives maladroites et désordonnées de la présidente du RN pour attirer l’attention.
Mais rassurez-vous, le RN a enfin trouvé pitance en ce samedi 4 avril, avec la tuerie horrible de Roman-sur-Isère:

La pitance de l’extrême droite

Toute l’équipe des Debunkers présente ses condoléances aux familles et proches des victimes.
Sur ce sujet, la récupération fonctionne de façon immédiate.
Mais si nous parlions plus haut de la responsabilité des médias dans ces récits, les politiques n’en usent et abusent pas moins de ces procédés. Il est bien évident que les politiques populistes vont nécessairement créer un récit qui correspond à leur vision du monde. La réalité elle-même n’est jamais relayée.
Voyons un peu ce qu’il en est, en France et ailleurs.

b) Les exemples complotistes « officiels »

  • En France

Il est assez intéressant de voir qu’en France, la fachosphère, principalement orientée vers le bouc émissaire « arabe/musulman », s’est tenue plutôt tranquille ces dernières semaines. Nous n’avons eu que très peu de sorties sur ce sujet. A quelques exceptions près néanmoins. Isabelle Surply, responsable au RN, a ainsi inventé une histoire abracadabrantesque à propos d’une pseudo agression qu’elle aurait subie:

Les RN se font agresser

Une des rares a avoir continué de dérouler son récit paranoïaque fantasmatique est une petite nouvelle dans le jeu, une certaine Agnès Cerighelli. Ancienne de LREM, elle a été virée de chez eux et condamnée récemment pour ses propos inadmissibles. Twitter vient d’ailleurs de fermer son compte. Compte qu’elle a immédiatement rouvert sous un autre nom.
On notera la difficulté d’établir une congruence entre le bouc émissaire musulman et le Covid-19. D’où ces tweets particulièrement maladroits et grotesques.

Les autres tentatives que nous avons vu passer sont tout aussi capillotractées.

« Riposte laïque » surfe sur la vague du virus créé à Wuhan:


Boutin « se pose des questions »:

Boutin « se pose des questions »

Jean Messiha s’essaye à contester la parole des spécialistes médicaux. Tâche hasardeuse venant d’un commis du RN qui ne connait manifestement absolument rien à ces questions:

Messiha dans la pataugeoire

Bercoff tente une plongée dans la théorie du complot de « Big Pharma », chasse réservée de la soralosphère:

Quand Bercoff marche sur les plates bandes d’E&R

Dupont Gnangnan visait quant à lui une vidéo extrêmement sérieuse sur la pénurie de masques mais las, il se ridiculise tout aussi sérieusement en portant le fameux masque… à l’envers…

Dupont Gnangnan se ridiculise

Bref on sent que la fachosphère française est à la peine sur le sujet. Par bonheur, l’étranger se montre nettement plus productif.

  • A l’international

C’est avec la scène internationale que l’on comprend le mieux pourquoi et comment le récit complotiste correspond à une nécessité politique du dirigeant qui l’utilise, avec un exemple absolument unique, celui de Trump.
On sait très bien que Trump joue son mandat sur les mensonges continuels qu’il profère. Or la crise du Covid ainsi que l’effondrement de l’économie qu’elle entraîne sont de nature à remettre en jeu sa réélection.

Le covid est notre ami

Une de ses premiers faits de gloire sur le sujet est d’avoir qualifié le Covid-19 le « chinese virus » (le « virus chinois »), pour des raisons évidemment strictement politiques:

Étant donné les antécédents de Trump à:

a) « militariser » le sectarisme et les stéréotypes à son profit politique et b) tenter de se soustraire à tout blâme ou responsabilité pour des erreurs commises par lui ou son administration, il est très difficile de penser que le président essaie juste, grâce à l’étiquetage du coronavirus comme «virus de la Chine», d’être géographiquement exact. Note complémentaire: selon les experts contactés par CNN, plus le virus se propage dans les communautés du monde entier, plus ce qualificatif devient aussi inexact que stigmatisant .

CQFD.
Mais nous reviendrons sur les incroyables récits de Trump à ce propos.
Toujours est-il que la réponse de la Chine ne s’est pas fait attendre… Et les officiels chinois de tenter à leur tour de glisser une théorie du complot: les USA seraient les premiers responsables  de la dissémination du virus dans la région de Wuhan… C’est la thèse tout à fait « sérieuse » du département diplomatique chinois:

La thèse alternative chinoise

Et, en raison de son absurdité même, traité de manière plutôt brève et lapidaire par nos médias:

USA contre Chine

On notera néanmoins que le twitt de l’officiel chinois reprend un infaux de Global research, site conspirationniste délirant et antisémite tenu par un certain Michel Chossudovsky. Le site est ami avec le régime russe, et Chossudovsky régulièrement invité sur RT (Russian Today), mais également avec le régime serbe. Il est à parier que l’affaire l’a aussi rapproché du régime chinois. Que de grands démocrates.
Que fait le régime chinois? Il tente (ainsi que par ses opérations d’aides à peu de frais) de faire oublier sa gestion CATASTROPHIQUE de la crise. En effet, si le régime chinois n’est pas responsable de l’apparition du Covid-19, il est par contre co-responsable de sa circulation dans le monde entier. De même que le Covid-1 avait, en 2003, failli s’étendre au reste du monde. D’où cette guerre de l’info, pardon de l’infaux que mène le pouvoir chinois.
En fait le pouvoir chinois fait du Trump.
Mais ce n’est pas tout:

– La dictature iranienne fait de même…
La télévision iranienne Press TV a affirmé que « des groupes sionistes [avaitent] développé une souche mortelle de coronavirus contre l’Iran ». De même, divers médias arabes ont accusé Israël et les États-Unis d’avoir créé et propagé le Covid-19, la grippe aviaire et le SRAS de 2003. Les utilisateurs iraniens des réseaux sociaux ont proposé diverses théories, notamment l’hypothèse selon laquelle les Juifs auraient fabriqué le Covid-19 dans le but de précipiter l’effondrement d’une bourse mondiale, et ainsi de profiter de leur position d’initiés. Un invité de la télévision turque a présenté un scénario nettement plus ambitieux selon lequel Les juifs et les sionistes avaient créé le Covid-19, la grippe aviaire et la fièvre hémorragique de Crimée-Congo afin de « façonner le monde, s’accaparer les pays [et] neutraliser la population mondiale ».

– Le député Tobias Ellwood, président du Comité restreint de défense de la Chambre des communes du Royaume-Uni, a aussi publiquement interrogé le rôle de l’Institut pour les produits biologiques de l’armée chinoise situé à Wuhan en vue d’une « meilleure transparence sur les origines du coronavirus ».

Zvezda, un média financé par le ministère russe de la Défense, a publié un article intitulé « Coronavirus: une guerre biologique américaine contre la Russie et la Chine », déclarant que le virus était destiné à nuire à l’économie chinoise, et à l’affaiblir lors du prochain cycle de négociations commerciales. Vladimir Zhirinovsky, un ultra-nationaliste dirigeant du Parti libéral-démocrate de Russie (un parti ultra-nationaliste d’extrême-droite), a affirmé sur une station de radio de Moscou que le virus était une expérimentation du Pentagone et de sociétés pharmaceutiques.

– Un sénateur philippin, Tito Sotto, a diffusé, lors d’une audience au Sénat en février 2020, une vidéo complotiste sur les armes biologiques suggérant que l’épidémie de coronavirus était une guerre biologique menée contre la Chine.

– Le 27 février 2020, le ministre de l’Intérieur estonien, Mart Helme (« populaire conservateur » -comprenez « extrême-droite ») a déclaré lors d’une conférence de presse du gouvernement que le rhume avait été renommé « coronavirus » et que, dans sa jeunesse, rien de tel n’existait. En guise de traitements contre le virus, il a recommandé de porter des chaussettes chaudes et des compresses de moutarde, ainsi que de répandre de la graisse d’oie sur sa poitrine. Helme a également déclaré que le virus passerait en quelques jours à une semaine, tout comme le rhume.

– Le 27 février 2020, María Alejandra Díaz, un membre de l’ Assemblée constituante vénézuélienne, a fait la promotion d’une recette qui, selon elle, guérirait du Covid-19. La recette se composait d’ingrédients souvent censés prévenir et guérir le rhume, comme la citronnelle, le sureau, le gingembre, le poivre noir, le citron et le miel. Díaz a également décrit le virus comme une arme de bioterrorisme. On notera que les soutiers du régime font également la même supposition:

Complotisme vénézuelien

Etc…etc…


En bref, tous les nationaux populistes, qu’ils soient au pouvoir ou pas, lancent des théories du complot à qui mieux mieux pour détourner l’attention de leur population vers d’autres responsables qu’eux… Un grand classique.

point Goebbels
point Goebbels

Au Brésil, Bolsonaro fait figure de médaille d’argent du n’importe quoi dans le gestion de la crise du Covid-19. Au point que même son gouvernement, et en particulier son ministre de la santé, Luiz Henrique Mandettane, le soutiennent pas. Les gouverneurs (même alliés) ne le suivent plus et appellent au confinement. La contestation est telle que dans certaines favelas, les gangs en appellent à la responsabilité et assurent eux-mêmes le confinement!
Mais rassurons nous car ce week-end, Bolsonaro a trouvé LA solution!

La solution miracle de Bolsonaro

c) Trump, champion du monde de la désinformation!

Mais c’est sur le cas des USA que nous allons nous attarder. En effet, le plus puissant pays du monde a cette chance de s’être doté du dirigeant le plus complotiste qui soit, prêt à affirmer n’importe quoi pour assurer sa réélection. Il a alterné, vrai/faux, chaud/froid dès janvier. Jugez-en par vous-même.
Voici une liste de toutes ces déclarations fausses et/ou contradictoires, commises du 22 janvier au 3 avril:

22 janvier

Dans une interview accordée au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, Trump affirme à Joe Kernen, co-animateur de Squawk Box : « Il est totalement sous contrôle», « c’est une personne qui vient de Chine. Elle est sous contrôle. Ça va très bien se passer. »

M. Trump tweete :
«La Chine a travaillé très dur pour contenir le coronavirus. Les États-Unis apprécient grandement ses efforts et sa transparence. Tout ira bien. En particulier, au nom du peuple américain, je tiens à remercier le président Xi! »

Bien que la réponse chinoise au coronavirus ait été plus transparente que lors de l’épidémie de SRAS, près de deux décennies plus tôt, on aurait du mal à parler d’un modèle de communication ouverte. Le gouvernement a ainsi continué de censurer les critiques et de supprimer les informations. En décembre, un médecin chinois a tenté d’avertir ses camarades de classe de médecine à propos du virus. Il est arrêté par les autorités pour interrogatoire. Il contracte le virus et décède deux semaines après le tweet de M. Trump.

M. Trump tweete :
«Je viens de recevoir un briefing sur le coronavirus en Chine de toutes nos GRANDES agences, qui travaillent également en étroite collaboration avec la Chine. Nous continuerons de suivre les développements en cours. Nous avons les meilleurs experts partout dans le monde, et ils sont au top 24/7! »

30 janvier : 

« Tout est sous contrôle, nous n’avons que cinq cas » aux États-Unis

« Tout est sous contrôle. On a très peu de problèmes ici. Nous n’avons que cinq cas. Et tout le monde se rétablit », dit le président américain. Le même jour, l’Organisation Mondiale de la Santé déclare que le coronavirus est devenu « une urgence de santé publique internationale », avec 7 711 cas confirmés et 170 décès en Chine.

31 janvier : 

Donald Trump ferme la frontière des États-Unis à la Chine

Les États-Unis sont l’un des premiers pays à interdire l’entrée du territoire américain aux voyageurs en provenance de Chine. L’immunologue Anthony Fauci estime que cette mesure de Donald Trump a contribué à ralentir la progression de l’épidémie outre-Atlantique.

M. Trump s’entretient avec la personnalité de Fox News, Sean Hannity :
«Nous l’avons pratiquement arrêté dès son arrivée de Chine», déclare M. Trump à propos du coronavirus. «Mais on ne peut pas faire venir des milliers de personnes qui pourraient avoir ce problème, le coronavirus. Donc, on va voir ce qui se passe, mais oui, on l’a arrêté.»

M. Trump s’adresse au National Border Patrol Council:
« 61 pour cent des électeurs approuvent la gestion par Trump du coronavirus. Et on a fait ça très tôt. On a fait un – j’ai été critiqué par beaucoup de gens au début parce qu’on était les premiers. On ne l’avait jamais fait auparavant. »

Ses prévisions sont optimistes:
«Il y a une théorie qui dit qu’en avril, quand il fait chaud – historiquement, ça a pu tuer le virus. Donc, on ne sait pas encore, on n’est pas encore sûrs.  »

Un temps plus chaud ne «tue» pas la grippe saisonnière, mais ralentit sa transmission. On ne sait pas si cela se vérifiera pour les infections à coronavirus, aux symptômes  similaires à ceux de la grippe mais dont l’origine virale est différente. Un jour plus tôt, le Dr Robert Redfield, directeur des Centers for Disease Control and Prevention, a retoqué la théorie de M. Trump sur CNN , où il déclare que « ce virus sera probablement là bien après cette saison, bien après cette année. »

M. Trump tweete :
«Le Coronavirus est sous contrôle aux États-Unis. Nous sommes en contact avec tout le monde et tous les pays concernés. Le CDC et World Health ont travaillé dur et très intelligemment. Je crois que les marchés commencent à être en forme ! »

Le 24 février, tout va bien

M. Trump, en visite en Inde, tweete :
«Cryin ‘Chuck Schumer se plaint, juste pour se faire de la publicité, il dit que je devrais demander plus que 2,5 milliards de dollars pour faire face au coronavirus. Si j’en demandais plus, il dirait que c’est trop. Il n’aimait pas mes premières restrictions de déplacement. J’avais raison. Il est incompétent!  »

Dans deux autres posts , il déclare:
«Le CDC et mon administration font un excellent travail de gestion du coronavirus, y compris avec la fermeture très rapide de nos frontières à certaines régions du monde. Les Dems ont protesté, «trop tôt», mais en fait c’était la bonne décision. Mais quoi qu’on fasse, le point de vue des démocrates est qu’on fait mal. Si le virus disparaissait demain, ils diraient qu’on a fait un travail vraiment médiocre, voire incompétent. C’est pas juste, mais c’est comme ça. Jusqu’à présent, d’ailleurs, nous n’avons pas eu un seul décès. Continuons comme ça! » Lors d’une conférence de presse, M. Trump est interrogé sur ses précédentes critiques de la gestion du virus Ebola par l’administration Obama en 2014. Il  répond: «A cette époque, personne n’avait jamais entendu parler d’Ebola ou jamais imaginé quelque chose où vous, fondamentalement, les gens se désintégrerait. Et on travaille toujours sur Ebola. » Il poursuit: «Le niveau de mortalité lié à Ebola – à l’époque, il était pratiquement à cent pour cent.» Trump exagère. Ebola tire son nom d’une épidémie de 1976. Le taux de mortalité moyen est d’environ 50% , mais il a varié, de 27% en Sierra Leone au cours de l’épidémie de 2014 à 2016, à 88% en République Démocratique du Congo en 1976. Le virus Ebola se transmet par contact direct avec les fluides corporels d’une personne infectée, tandis que le coronavirus se transmet plus facilement, par contact étroit ou dans les gouttelettes projetées lors de éternuements et de la toux.

Lors d’une conférence de presse à la Maison Blanche, M. Trump a adressé la critique démocrate de sa réponse:
« Nous devrions tous travailler ensemble », déclare-t-il, et ajoute : «Tout ce qu’ils veulent c’est en tirer un avantage politique. Mais il n’est pas question d’avantage politique. On essaye tous de faire ce qu’il faut. Ils ne devraient pas dire: «C’est terrible. Le président Trump ne demande pas assez d’argent.  » C’est stupide de dire ça ! S’ils veulent nous donner plus d’argent, c’est OK. » Le président répond également à la questions concernant la préparation des écoles américaines à la propagation du virus:
«Je pense que chaque aspect de notre société doit être prêt. Je ne pense pas qu’on en arrivera là, surtout parce que nous sommes à la baisse, pas à la hausse. Nous sommes très sensiblement en baisse, pas à la hausse. Mais, oui, je pense que les écoles devraient se préparer et, vous voyez, être prêt au cas où. » Il ajoute : «Tout est sous contrôle. Je veux dire, nous avons vraiment fait du très bon travail. »bSon affirmation selon laquelle les cas «baissent considérablement» est fausse et contredit ce que le secrétaire à la Santé et aux Services sociaux et un haut responsable des Centers for Disease Control and Prevention ont déclaré à peine quelques instants plus tôt dans la même conférence de presse: ils s’attendent, disent-ils, à « davantage de cas .  » A la Maison Blanche, Donald Trump parle de 15 cas diagnostiqués aux Etats-Unis, qui devraient « bientôt descendre à cinq », « voire deux ». A ce moment-là, il y a en fait 60 cas avérés aux Etats-Unis, et la Californie signale sa première infection d’origine inconnue.

Il accuse le même jour dans un tweet les démocrates et les médias d’amplifier la crise dans le but de provoquer l’effondrement la bourse:

Les prémices du complot

Lors du briefing sur les coronavirus du 26 février  Trump déclare:

« C’est une grippe. C’est comme une grippe »; « Maintenant, on traite ça comme une grippe »; « C’est un peu comme la grippe saisonnière contre laquelle on se fait vacciner. Et on va avoir essentiellement un vaccin contre la grippe assez rapidement. »

M. Trump tweete :

«Félicitations et merci à notre grand vice-président et aux nombreux professionnels qui font un si bon travail au CDC et à toutes les autres agences sur le coronavirus. On a un très petit nombre aux États-Unis et en Chine ça semble diminuer. Tous les pays travaillent bien ensemble! »

M. Trump tweeté :
« Alors, le Coronavirus, qui a commencé en Chine et s’est propagé à divers pays à travers le monde, mais très lentement aux États-Unis parce que le président Trump a fermé nos frontière et a mis fin aux vols, TRÈS TÔT, est aujourd’hui accusé, par les Démocrates-Qui-Ne-Font-Rien, d’être la faute de «Trump». »Il tweeté également:
«Les Démocrates-Qui-Ne-Font-Rien étaient occupés à perdre du temps sur le canular de l’immigration, et à faire tout ce qu’il pouvaient pour dénigrer le Parti républicain, pendant que moi j’étais occupé à en appeler aux premières fermetures de BORDER & FLIGHT, ce qui nous faisait avancer dans notre bataille contre le coronavirus. Les Dems l’ont TRÈS mal pris ! »

Lors d’un meeting politique, il l’assure à ses supporteurs, « le coronavirus est le nouveau hoax des démocrates ». Donald Trump a par la suite précisé qu’il visait ici les attaques des démocrates, et pas le virus lui-même.

Lors d’un rassemblement à Charlotte, en Caroline du Nord :
«Nous avons eu une super réunion aujourd’hui avec beaucoup de nos plus grandes entreprises, et elles vont avoir des vaccins, je pense, relativement bientôt. Et elles vont trouver quelque chose pour vous soigner, et ça ce sera là encore plus tôt qu’on le pense. »C’était trompeur. Selon les propres experts en soins de santé et dirigeants pharmaceutiques de M. Trump, qu’il avait rencontrés quelques heures plus tôt, un vaccin pourrait être disponible pour une utilisation généralisée dans un délai allant de un an à 18 mois. Il assure également : «Les États-Unis sont actuellement classés de loin au premier rang mondial pour la préparation.» C’est exagéré. Les États-Unis se classent alors n° 1 sur 195 pays dans le Global Health Security Index et au premier rang sur quatre des six critères. Mais l’index avertit par ailleurs qu’«aucun pays n’est complètement préparé aux épidémies ou aux pandémies». Et note également une faiblesse spécifique aux États-Unis: le manque d’accès universel aux soins de santé, ainsi que des frais non-remboursables élevés.

Le président compare également le coronavirus à la grippe: «De 27 000 à 70 000 personnes sont infectées et de nombreuses personnes meurent. Pensez-y, 27 000. Y a 27 000 personnes qui meurent à cause de la grippe banale. » (C’est trompeur. Les chiffres sont en grande partie exacts mais masquent certaines différences notables. Le coronavirus semble plus mortel que la plupart des souches de la grippe, et bien qu’il existe des traitements et des vaccins largement disponibles pour la grippe, aucun n’est encore prêt pour le coronavirus.

M. Trump déclare aux journalistes:
« Il n’y a qu’un seul point chaud, et c’est aussi à peu près dans un très – dans une maison, comme vous le savez, dans une maison de soins infirmiers. »C’est sous-estimé. La définition d’un «point chaud» de la maladie est imprécise, mais il y a déjà plus de foyers de coronavirus aux États-Unis que M. Trump ne le suggère. La rareté relative des tests peut également avoir biaisé le décompte du nombre de cas ainsi que leur localisation. Une semaine plus tôt, les Centers for Disease Control and Prevention ont également signalé une «propagation communautaire du virus» en Californie et en Oregon, en plus de l’établissement de soins de longue durée de la banlieue de Seattle cité par M. Trump. New York annonce un deuxième cas quelques heures après la prise de parole de M. Trump.

Lors d’une réunion à la Maison Blanche:
« L’administration Obama a pris une décision sur les tests et cela s’est avéré très préjudiciable à ce que nous faisons, et nous avons annulé cette décision il y a quelques jours. »La déclaration est trompeuse. M. Trump y fait probablement allusion à un «projet d’orientations» publié en 2014 qui étendait le pouvoir de la Food and Drug Administration à la règlementation sur les tests développés en laboratoire , mais qui n’a jamais été finalisé  ni appliqué. Une loi promulguée en 2004 développe le protocole et les conditions permettant de valider, en cas d’urgence sanitaire, l’utilisation de produits testés mais non encore approuvés. L’agence a certes annoncé quatre jours plus tôt qu’elle autoriserait des tests non approuvés d’ici 15 jours, le temps que les développeurs préparent leur demande d’autorisation d’urgence, mais elle n’a pas « annulé » les réglementations ou les lois. Plus tard, dans une interview avec M. Hannity, le président met en doute le taux de décès rapporté par l’Organisation mondiale de la santé:
«Et bien, je pense que 3,4% est vraiment un faux chiffre. Maintenant, c’est juste mon intuition, et – mais basé sur beaucoup de conversations avec beaucoup de gens qui l’ont, parce que beaucoup de gens vont l’avoir, et c’est très bénin. … Donc, si nous avons des milliers ou des centaines de milliers de personnes qui vont mieux simplement, juste en restant assis et même en allant au travail – certains d’entre eux travaillent, mais ils vont mieux . »

Le chiffre de 3,4 % faisant référence au taux de décès parmi les cas de coronavirus signalés, M. Trump a raison de ne pas y inclure les cas plus bénins. Le Dr Bruce Aylward, chef de mission de l’OMS sur le Covid-19, a estimé un taux ultime de 1 à 2%.

 sur Twitter, M. Trump réfute avec colère les critiques concernant ses commentaires à M. Hannity :
«Je n’ai JAMAIS dit que les personnes qui se sentent malades devaient aller travailler. C’est juste toujours plus de fausses nouvelles et de désinformation diffusées par les démocrates, en particulier MSDNC. Comcast couvre horriblement la situation du Coronavirus, ils cherchent juste à nuire à l’effort incroyable et réussi qui est fait! »

Le président participe à une émission publique de Fox News :

« Encore une fois, nous avons obtenu le taux le plus haut dans les sondages pour ce genre de choses. »

C’est trompeur. M. Trump fait ici allusion à un sondage Gallup dans lequel 77 % des sondés déclarent être confiants en la capacité du gouvernement à gérer une épidémie de coronavirus – ce  qui est plus élevé que lors des quatre dernières épidémies. Mais ce sondage a été effectué au début du mois de février, avant que des décès et une plus large propagation du virus ne soient signalés aux États-Unis.

Il vante également les mérites de ces premières actions:
«L’une des choses que j’ai faites est de fermer les frontières à la Chine et à d’autres régions qui sont très gravement touchées et qui ont vraiment beaucoup de problèmes – je veux dire, des pays et des régions de pays qui ont eu beaucoup de problèmes. Et je les ai fermés très tôt, contre l’avis de presque tout le monde, et nous avons reçu des critiques élogieuses. »

C’est exagéré. Au moment de la déclaration de M. Trump, les États-Unis ont interdit l’entrée aux ressortissants étrangers ayant voyagé en Chine et en Iran. (La plupart des pays européens seront ajoutés à la liste le 11 mars.) Mais ces restrictions ne s’appliquent pas aux citoyens américains, aux résidents permanents ou aux proches des citoyens américains, même s’ils sont soumis à un contrôle. Contrairement à la suggestion de M. Trump selon laquelle il refusait de tenir compte du fait que le secrétaire à la Santé et aux Services sociaux a déclaré que les restrictions de voyage étaient recommandées par les responsables de la santé de carrière .

M. Trump continue de de critiquer lourdement l’administration Obama, responsable selon lui du retard pris dans la possibilité d’utiliser les tests. Un membre du public lui demande alors pourquoi il ne s’est pas attaqué plus tôt à ces règlementations sur les tests. Il répond:
«Je sais, mais on n’y pense pas… Là je suis en train de penser à beaucoup d’autres choses, comme le commerce et des millions d’autres choses. Je veux dire, là on s’occupe de l’économie, donc on ne pense pas à ça. »

Tandis qu’il signe le projet de loi de financement à la Maison Blanche, M. Trump déclare :
«Et en termes de décès, je ne sais pas où on en est aujourd’hui. A 11? Onze personnes? Et en termes de cas, c’est très, très peu. »

Lorsqu’on lui demande s’il s’attend à plus de fluctuations dans le marché boursier, il répond :

«Non, je pense – je pense que beaucoup de gens restent ici et continuent de faire des affaires ici. Les gens vont se déplacer ici, ils ont leur résidences secondaires ici. … Et c’est peut-être pour ça que les chiffres de l’emploi sont si bons. Les gens voyages à l’intérieur des États-Unis. »
Plus tard, M. Trump visite les Centers for Disease Control and Prevention à Atlanta:
«N’importe qui peut se faire tester. Tout est prêt. Ils en ont là-bas. En plus ils sont en train d’en fabriquer des millions pendant que nous parlons, mais déjà maintenant et hier, celui qui avait besoin d’un test – c’est ça l’important – les test sont parfaits. »C’est faux. Les affirmations de M. Trump concernant la disponibilité des tests ont été contredites par les responsables de la santé publique et les patients de tout le pays, qui se plaignent qu’il n’y en a pas suffisament. Les membres du groupe de travail sur les coronavirus de M. Trump ont ensuite précisé que les tests étaient disponibles dans les laboratoires d’État, mais qu’ils devaient être prescrits par un médecin ou un professionnel de santé. C’est pour cette raison qu’ils n’étaient pas encore plus largement accessibles au public. Mais l’Association des laboratoires de santé publique affirme quant à elle que la demande continue de dépasser l’offre. Le président Trump évoque également le navire de croisière Grand Princess qui s’est vu refuser l’entrée à San Francisco, et sur lequel sont signalés des dizaines de passagers présentant des symptômes grippaux:
« Je préférerais qu’ils restent à bord, parce que j’aime bien les chiffres de contamination aux États-Unis tels qu’ils sont. Je n’ai pas besoin qu’ils doublent à cause d’un bateau. On n’est pas responsable de cette situation, et les gens sur le bateau non plus. D’accord ? Ils ne sont pas responsables. Et comme ce sont essentiellement des Américains, de toutes les façons je peux vivre avec ça. Personnellement je préférerais qu’ils restent à bord. Mais je comprends complètement qu’ils veuillent être évacués. Je laisse les autorités décider. »

Trump s’exprime depuis sa résidence privée de Mar-a-Lago: «Et bien, il y a aura encore d’énormes rassemblements. Et on s’en sort très bien. Et on a fait un travail fantastique en ce qui concerne ce sujet sur le virus. » Quand on lui demande s’il craint que le virus ne se rapproche de la Maison Blanche et de Washington DC, le président balaye toute inquiétude d’un revers de main :
«Non, je ne suis pas du tout inquiet. Non, vraiment pas. Non, on a fait un excellent travail.  »

Plus de 700 cas aux États-Unis et 26 décès. Les marchés boursiers connaissent leur pire chute en un seul jour depuis plus d’une décennie.

Le président retweete Charlie Kirk, le fondateur de Turning Point USA, qui critique la gestion de l’épidémie de H1N1 de 2009 par  l’administration Obama :
« Rappel du jour : Barack Obama a attendu jusqu’en octobre 2009 pour décréter la grippe porcine en tant qu’urgence nationale. Ca a commencé en avril 2009, mais Obama a attendu que 20 000 personnes aux États-Unis soient hospitalisées et plus de 1 000 décédées. Où était l’hystérie médiatique alors ? » Faux. L’administration Obama a déclaré que la grippe porcine était une priorité de santé publique (ce qui donne aux agences de santé une certaine flexibilité ) le 26 avril 2009, deux jours avant le premier décès signalé aux États-Unis. M. Obama a déclaré la grippe porcine en tant qu’urgence nationale (qui s’applique à l’ensemble du gouvernement fédéral et autorise une gamme d’assistance plus large encore ) en octobre de la même année. Au moment où M. Kirk poste son tweet, M. Trump a également décrété que le coronavirus une urgence de santé publique mais pas encore une urgence nationale. Sur Twitter, M. Trump suggère également qu’un mur frontalier serait efficace contre le coronavirus:
« Dépêchons-nous. Plus que jamais on a besoin du Mur! »Faux. Selon le directeur du CDC, un mur frontalier ne serait pas particulièrement utile pour enrayer une épidémie de coronavirus. Au moment du tweet de M. Trump et selon l’OMS, sept cas sont confirmés au Mexique.

M. Trump tweete :
«Notre équipe Coronavirus a fait un excellent travail. Même les gouverneurs démocrates ont été TRÈS élogieux! » Après un déjeuner avec des républicains du Sénat, M. Trump compare de nouveau le coronavirus à la grippe et réitère sa critique d’Obama:
«Non, je pense que les États-Unis ont fait un très bon travail en matière de tests. Nous avons dû changer ce qui avait été fait et qui n’était la faute de personne. Peut-être qu’ils voulaient faire différemment, mais c’était un processus beaucoup plus lent de l’administration précédente et nous avons changé ça»

A la Maison Blanche, Donald Trump appelle la population au calme « Ça [le virus] va s’en aller ». L’immunologiste Anthony Fauci le contredit devant le Congrès, prévenant que « la situation va d’abord empirer avant de s’améliorer. »

President Trump: « It will go away.  Just stay calm.  It will go away. »

Sur Twitter Trump s’en prend aux démocrates et aux médias, tout en remerciant son groupe de travail sur le coronavirus:
«Quelqu’un doit dire aux démocrates du Congrès que le Coronavirus ne se soucie pas de quel parti vous êtes. Nous devons protéger TOUS les Américains!»

«Le magazine Vanity Fair, qui sera bientôt fermé, et leurs faux reporters de troisième ordre, qui constituent des sources qui n’existent pas, ont écrit un autre hit hit bidon et ennuyeux. Les faits sont exactement le contraire. Notre équipe fait un excellent travail avec le CoronaVirus! »

Le président s’adresse à la nation depuis le bureau ovale:
«Pour empêcher que de nouveaux cas n’arrivent chez nous, nous allons suspendre tous les voyages de l’Europe vers États-Unis pendant les 30 prochains jours. Ces restrictions sont modifiables en fonction des conditions sur le terrain. Il y aura des exemptions pour les Américains qui ont subi des contrôles appropriés, et ces interdictions ne s’appliqueront pas seulement à l’énorme quantité de marchandises et de fret, mais à pleins d’autres choses, au fur et à mesure que nous obtenons l’approbation. »

Tout comme les restrictions de voyage imposées à la Chine et à l’Iran, les restrictions imposées à 26 pays européens s’appliquent aux ressortissants étrangers, mais pas aux citoyens américains, à leur famille immédiate ou aux détenteurs d’une carte verte. Trump se trompe également lorsqu’il dit que les restrictions s’étendaient aux marchandises (il précise ensuite qu’elles ne s’appliquent qu’aux personnes).

Il déclare:
« Plus tôt cette semaine, j’ai rencontré les dirigeants de l’industrie de l’assurance maladie, qui ont accepté de renoncer à tous les tickets modérateurs pour les traitements contre les coronavirus, d’étendre la couverture de l’assurance à ces traitements et d’éviter les « factures surprises. » »

Selon America’s Health Insurance Plans, une association de mutuelles, les assureurs ont certes accepté de renoncer au ticket modérateur pour les tests de coronavirus, mais pas pour le traitement. Plusieurs assureurs ont également précisé que les régimes Administrative Services Only(ASO) [les employeurs paient les frais médicaux de leurs salariés sur leurs fonds plutôt que de verser une cotisation à une assurance de santé] – pourraient choisir de ne pas couvrir les coûts. Les fondations de la famille Kaiser ont estimé que 60% des travailleurs étaient entièrement ou partiellement inscrits à ces plans en 2019.

L’Organisation mondiale de la santé reclasse l’épidémie en pandémie. Lors d’un point presse, le président américain s’agace : « Nous devons régler ce problème, il y a quatre semaines, personne ne pensait que ça serait un problème. »

Le même jour la prestigieuse revue  Science « met une fessée » à Trump :

« Vous ne pouvez pas insulter la science quand elle ne vous plait pas et ensuite insister soudainement pour qu’elle vous donne ce qu’elle ne peut donner sur demande.»

13 mars

Yamiche Alcindor, correspondante à la Maison Blanche pour PBS News, pose à Trump une question « difficile » qu’il qualifie de « méchante » .

Elle lui demande pourquoi il a dissout le « Comité Pandémie » créé par Obama suite à la crise du virus Ebola.
Trump se défausse en disant qu’il ne sait pas, que c’est certainement quelqu’un de son gouvernement qui en est responsable:

Le 16 mars, une vidéo fait surface: on y voit Trump expliquer qu’il a lui-même dissout le « Comité Pandémie », le 26 février de cette année:

« Certaines des personnes que nous avons virées n’avaient pas servi depuis de longtemps et si, si nous en avons  besoin, nous pouvons les récupérer très rapidement […] Plutôt que de dépenser de l’argent – et je suis un homme d’affaires, je n’aime pas être entouré de milliers de personnes quand vous n’en avez pas besoin – quand nous en avons besoin, nous pouvons les récupérer très rapidement. »

14 mars

Lors d’un briefing, Trump affirme qu’il a toujours su que « c’était une pandémie, longtemps avant que ça ne soit appelée une pandémie. » Il déclare l’état d’urgence et annonce que le professeur Fauci a rejoint son équipe.

24 mars

Trump déclare sur Fox News:

 » J’adorerais que le pays rouvre et se prépare à partir pour Pâques […] Nous devons rouvrir notre pays, je suis désolé. »

25 mars

Trump annonce vouloir rouvrir l’économie au plus vite, dans la mesure où les médias et les démocrates voudraient voir détruites ses chances de réélections.

M. Trump déclare également le 25 mars:

« Les États-Unis ont fait beaucoup plus de » tests « que n’importe quelle autre nation, de loin! ». Les dernières données officielles montrent quant à elles qu’un total de 418 810 personnes ont été testées aux États-Unis.

Pour cette même date, les chiffres de la Corée du Sud annoncent un total de 357 896 tests. Mais la Corée du Sud a effectué plus de tests que tous les autres pays bien avant cette date. Les États-Unis ont donc certes fait passer plus de tests au total, mais la Corée du Sud compte environ 51 millions d’habitants contre 328 millions aux États-Unis. Par conséquent, au 25 mars, les États-Unis avaient testé environ une personne sur 780, quand la Corée du Sud en avait testé plus d’une sur 150.

27 mars

Trump annonce qu’on peut appeler le coronavirus « une grippe », ou un virus ou un germe.

29 mars

Lors d’un point presse, Trump annonce:

«Nous avons fait plus de tests – des tests que n’importe quel autre pays du monde. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous avons plus de cas que d’autres pays, parce que nous avons testé. C’est aussi l’une des raisons pour lesquelles nous sommes à peu près les plus bas en termes de taux de mortalité. »

C’est faux pour le nombre de tests (voir ci-dessus). C’est aussi faux pour le taux de mortalité.

30 mars

Trump laisse entendre qu’un nombre de 100 000 morts aux États-Unis serait déjà « un très bon travail »:

Trump qui rit le 30 mars

Il annonce également que le confinement durera encore au moins 6 semaines.

Il accuse le même jour le personnel d’un hôpital de New York de voler les « équipements de protection individuels » (EPI):

« Il n’y a que deux ou trois choses qui pourraient arriver – est-ce que ça sort par la porte de derrière ? Et je l’ai signalé à la ville et j’ai laissé la ville y jeter un coup d’œil. Mais quand vous passez de 10 000 masques à 300 000 masques … « il se passe quelque chose »

31 mars
Lors d’un point presse, Trump montre un graphique qui annonce que le nombre de morts attendus est au minimum de 240 000:

Trump qui pleure le 31 mars

1 avril

Trump twitte:

«J’ai des centaines de millions d’abonnés. Numéro un sur Facebook. Vous saviez que j’étais numéro un sur Facebook? Je veux dire, je viens de découvrir que je suis numéro un sur Facebook. Je pensais que c’était très bien pour tout. »

Cela ne veut rien dire du tout, simplement parce que ce n’est pas vrai. Il est loin d’être le compte le plus suivi sur Facebook.  Trump compte 29 millions d’abonnés sur Facebook, bien en deçà de l’ancien président Barack Obama, qui en compte 54 millions. Cristiano Ronaldo, le footballeur portugais, en compte quant à lui 126 millions.

3 avril

Lors d’une réunion d’information, Jim Acosta, correspondant en chef de CNN à la Maison Blanche, rappelle à Trump qu’il avait affirmé que le virus disparaîtrait en avril, Trump rétorque :

« Il va disparaître. » Se souvenant qu’il avait déjà dit que cela disparaîtrait en avril, Trump poursuit : « Je n’ai pas dit de date. … J’ai dit que ça s’en va, et ça s’en va. »

Le 10 février il déclarait dans une interview à Fox Business: « Vous savez, en avril, on dit qu’il meurt avec un temps plus chaud. Et c’est une belle date à attendre avec impatience ».

« Beaucoup de gens pensent que ça disparaît en avril avec la chaleur – lorsque la chaleur arrive. A priori, ça disparaîtra en avril », a-t-il déclaré aux gouverneurs.

« On dit qu’en avril, en théorie, quand il fait un peu plus chaud, ça s’en va par miracle. J’espère que c’est vrai », a-t-il déclaré lors d’un rassemblement pour la campagne du New Hampshire toujours le même jour.
Le 14 février, Trump affirme aux membres du National Border Patrol Council:
« Il y a une théorie selon laquelle, en avril, quand il fait chaud – historiquement, ça a pu tuer le virus. Donc, on ne sait pas encore, on n’est pas encore sûrs. Mais ça vient, et ce sera une bonne chose en Chine et ailleurs « 
4 avril
Trump fait -à nouveau- volte face et annonce « deux semaines vraiment très difficiles » et de « nombreux morts »
On en finira avec Trump sur ces images :

Bien entendu, dénoncer avec force, comme nous venons de le faire, la rhétorique complotiste de Trump ne signifie pas que nous exonérons le gouvernement actuel. Ni les précédents. Bien au contraire. Et nous pourrons le faire avec force après la crise.

2) Les théories du complot sur le covid19, tout et surtout n’importe quoi

Maintenant que nous avons constaté comment les puissants de ce monde utilisent la théorie du complot pour servir leurs intérêts politiciens, plongeons-nous dans ce qui circule du côté des citoyens lambda et des relais de la fachosphère. On y lit un vaste fourre-tout, dont on se demande souvent si les rédacteurs ne sont pas tout bonnement « fous ».
Mais ce serait ne pas comprendre les mécaniques du complotisme.
Mécanique qu’il convient de ne pas négliger, dans la mesure où un sondage récent montre que 25% des français seraient adeptes d’au moins une des théories du complot sur ce sujet. La menace est tellement envahissante qu’on lui a donné le nom « d’infodémie« .
Et on y va!

a) Le Covid-19 n’existe pas
Commençons par le commencement. C’est bien évident, le Covid-19 n’existe pas. Ou alors il a été créé. Bref, la version officielle ne tient pas.

 

 

  • Fumisterie

  • Les armes futuristes

Plus subtile, cette explication : le Covid-19 n’existe pas, les morts actuelles sont dues à des essais d’armes militaires futuristes.

  • En fait le gouvernement est au courant. La preuve en est que le terme « coronavirus » apparaît bien avant 2020 dans la liste des substances sur lesquelles sont efficaces certains produits désinfectants …

(Encore un qui ne sait pas que les « coronavirus » sont une famille de virus et que le Covid-19 n’en est qu’une variété)

  • Et d’ailleurs ce virus n’est pas naturel. Regardez ma démonstration barrée!

b) Le grand classique du « Big Pharma »

Une théorie du complot protéiforme circule abondamment : celle de « Big Pharma ». Le monde serait régulé par les laboratoires, qui contrôleraient, au choix, l’achat de médicaments dans le but s’enrichir, la dépopulation, l’eugénisme, la vaccination, le génocide de certaines populations, le contrôle de certaines populations, etc… Cette théorie est très liée à deux autres, que nous évoquerons un peu plus loin : la « 5G » et les « chemtrails ». Nous aurions tendance à relier ces théories à l’inquiétude générale des citoyens quant à l’écologie, le cadre et les conditions de vie, bref à tout ce qui touche à la santé. N’oublions pas que les théories du complot sont liées aux problématiques collectives inconscientes  du moment.

 

  • Les virus sont des « chimères », des créations de l’OMS, du lobby pharmaceutique qui a pour seul but de s’enrichir et de faire baisser la population. Notons la présence de la famille Rockefeller, l’un des grands méchants des conspis, aujourd’hui en chute au hit-parade et devancé par Bill Gates, Soros et Rotschild, qui restent des valeurs sûres du complotisme.

  • Même vérité, avec Bill Gates en statue du Commandeur cette fois :

  • Le but? L’argent évidemment.

  • Le Covid-19 est un virus créé à des fins eugénistes :

  • Plus subtil, celui-ci prévoit une guerre civile

c) Les chemtrails

Les chemtrails vous connaissez?

Pour ceux qui vivaient dans une grotte depuis 20 ans, cette secte est organisée pour dénoncer un complot international qui consiste à  larguer des produits chimiques dans l’atmosphère au moyen d’avions . Ces produits ainsi largués « s’étalent » pour créer certains effets.
Nous disons « certains effets » parce qu’ils ne sont pas tous d’accord.
Certains disent que c’est pour réchauffer le climat (afin de permettre aux reptiliens de survivre), ou au contraire le refroidir. Certains disent que c’est pour diminuer la population en l’empoisonnant, d’autres que ces produits affaiblissent la volonté (???) dans le but de mieux asservir les masses. Etc…
La plupart publient des photos de nuages un peu bizarres (néanmoins bien connus des météorologues) ou d’avions soit disant chargés  de milliards de tonnes de ces produits chimiques.
Parce que, voyez-vous, pas un de ces experts ne pose les véritables données du problème.
Si en effet un tel complot existait, des milliers d’avions seraient mobilisés, jour et nuit. Des pilotes et personnels au sol seraient complices, ainsi que les aiguilleurs du ciel, les usines qui fabriquent ces produits, ceux qui les transportent, les chargent dans les avions, et ainsi de suite…
Bref,  au moins un quart de la population serait occupée à réaliser ce Grand œuvre, et c’est sans compter les coûts faramineux d’une telle opération, qui passeraient à la trappe sans que jamais personne ne l’ai remarqué…
Et tout simplement : pourquoi empoisonner le ciel avec des avions quand il est possible qu’empoisonner beaucoup plus facilement les châteaux d’eau.
Bref une théorie du complot parfaitement stupide au vent en poupe malgré ces objections simples auxquelles aucun de ces gens ne répond.

Le problème, pour les adeptes de cette théorie du complot, est de la faire rimer avec Covid-19. Mais pas d’inquiétude, qui veut peut, la preuve:

  • Pourquoi la Russie ne connait pas le Covid-19? C’est simple: parce que le Covid-19 est déversé par chemtrails et que le grand Poutine empêche les chemtrails de passer sur son pays…. CQFD. Sauf que la russie connait bien, également, l’épidémie.

La preuve aussi, c’est que l’application Flight radar a repéré les manœuvres des avions… Risible. A aucun moment, ce génie aéronautique ne se pose LA question: comment un complot mondial aussi complexe pourrait-il se faire repérer par une appli gratuite ? Pas grave, il ne pense pas non plus à l’évidente raison: les avions sillonnent le ciel avec une telle régularité pour les besoin de la cartographie aérienne. D’ailleurs l’avion repéré est du même type que ceux qu’utilise l’IGN…

  • Attention, nous arrivons sur du TRÈS subtil. Celui-là vous explique que l’épidémie de Covid-19 n’existe pas, qu’elle n’est qu’un false flag masquant les chemtrails qui sont, eux, responsables des morts.

 

d) La 5G

Nous entrons là dans la complexité scientifique. Les adeptes de cette théorie du complot ont le délire mystique assez facile. L’apprenti mystique affirme que la 5G est nocive, responsable de maladies et de décès. Basique. Mais les plus sages d’entre les mystiques nous expliquent que l’être humain est composé de vibrations (ou émet des vibrations – d’ailleurs tout l’univers vibre) et que la 5G serait une vibration nocive créée pour contrarier ces vibrations. Nous aborderons le sujet dans un autre chapitre sur les « gloubis-boulgas scientifiques ».

gloubiboulga
gloubiboulga

Les responsables? Vous avez le choix entre:

-Les gouvernements

-Le NOM

-Les reptiliens
Quant à ceux qui seraient intéressés par une explication physiques de ces fameuses vibrations, attention « c’est QUANTIQUE ». Bref, c’est quantique. Tu ne comprends rien, eux non plus; ta gueule, c’est quantique.

[APARTÉ]
L’auteur de ce billet n’a pas de formation scientifique. Ce qui ne m’empêche pas de m’intéresser à la physique quantique. C’est pourquoi j’ai lu quelques livres de vulgarisation sur le sujet. Ce qui m’a permis d’en déduire certaines choses:
– A un certain niveau de spécialisation scientifique, il devient difficile de tout comprendre sans d’autres bases (maths et physique classique);
– La physique quantique remet en question les bases même de notre compréhension du monde au point que c’en est parfois déroutant;
– Il faut parfois accepter de ne pas comprendre du fait même de ce manque de bases scientifiques;
– Conscient de mes limites, je ne me lancerai JAMAIS dans une discussion sur le sujet;
– En revanche je connais bien la complosphère et il est bien évident qu’à CHAQUE fois que ces gens évoquent ce sujet, il est clair qu’ils n’en ont, eux, absolument rien compris. La physique quantique leur sert de gloubi boulga scientifique leur permettant de dissimuler leur ignorance, d’éviter les demandes d’explications, d’entourer leurs explications foireuses d’un vernis de magie (« c’est quantique »- « Ohhhhhhhhhhh » (assemblée impressionnée)) et ainsi de faire passer des dogmes religieux sectaires sous prétexte de science alors qu’il s’agit de pseudo sciences.
Quant à moi, j’affirme, pour paraphraser le sage: « Je sais que je ne sais rien. »

[Fin de l’aparté]

A notre avis, ces histoires de 5G, comme celle des vaccins, s’inscrivent dans le cadre d’une méfiance plus générale en la science et le « progrès scientifique ». Il est certain que les scandales sanitaires et graves catastrophes industrielles à répétition ont entamé la confiance des populations. Nous pensons que ces théories du complot sont là pour combler ces méfiances.

  • La 5G et le Covid-19 sont corrélés. Comme d’habitude ces gens confondent « cause et corrélation ». En clair, la véritable explication c’est la population… Plus de population = plus de cas de Covid-19 et plus d’antennes 5G. Corrélé, mais pas dépendants l’un de l’autre…

  • D’ailleurs c’est la 5G qui tue, pas le Covid-19. La preuve ? La 5G empêche l’oxygène d’arriver aux cellules… C’est bien connu. Où a-t’il trouvé ca? Ah mais nous n’en avons aucune espèce d’idée. C’est juste complètement foireux.

  • Nouvelle preuve: l’Iran développe la 5G et c’est pour cela qu’elle est très atteinte par l’épidémie. C’est oublier que le lancement de la 5G n’a pas encore commencé mais baste.

  • Et tout ça pour quoi? Pour empêcher les manifs des GJs. C’est le beau-frère du cousin de la concierge de ma sœur par alliance qui bosse à Aldi qui me l’a dit. Ca vous la coupe hein?

Tout ceci pourrait prêter à sourire, si ce n’était pas aussi tragique. En Grande Bretagne, des allumés de cette théorie du complot sont tellement persuadés et effrayés par la 5G qu’ils ont commencé à commettre des actes terroristes contre des antennes 5G. Bientôt chez nous!

e) La finance

Nous avons également trouvé cette étrange explication,  peu partagée chez les conspis : le Covid-19 aurait été créé pour spéculer sur les « pandemic bonds« , des « obligations pandémies », produit financier mis en place après l’épidémie du virus Ebola en 2017. Basé sur des faits réels, l’explication reste foireuse.

Maintenant que nous avons un peu fait le tour des théories du complot sur le « pourquoi », voyons un peu le « qui ».

f) La Chine

L’origine du virus étant la Chine et des politiciens comme Trump le martelant, le Covid-19 est un « chinese virus« . Les théories du complot accusant la Chine ne pouvaient que fleurir.

  • Le Covid-19 est une arme bactériologique chinoise. Exit la pensée complexe, les explications de zoonose…

  • Le virus n’existe pas, il a servi a remettre au pas les opposants Hongkongais

  • C’est une arme et c’est pas clair.

  • Le Covid-19 n’est pas un virus, c’est un gaz toxique militaire initialement utilisé en Afghanistan par les américains. Vilains américains aujourd’hui concurrencés par la Chines, qui l’ont introduit dans ce pays…. Un gaz contagieux…Tiens, tiens, tiens. Mais comme c’est plausible.

g) Un grand classique c’est la faute « du gouvernement »

  • Pas vraiment la faute de Blanquer, mais il était au courant, la preuve…

  • Bon là c’est sûr, c’est la faute de Buzyn et de Raffarin, d’ailleurs les chinois nous cachent quelque chose.

  • Increvables Gilets jaunes…

  • En fait, le Covid-19 a été voulu (comment ? On ne le saura pas) par le gouvernement dans le but évident d’éliminer physiquement les électeurs du RN… Ca semblait si évident…. Encore un qui confond cause et corrélation, pour la même cause: le nombre d’habitants.

h) Les milliardaires

Attention, pas tous mais toujours les mêmes. Si ça concerne la santé, ce sera Bill Gates. Il faut dire qu’il est souvent visé. Mais rassurez vous Soros n’est jamais très loin.

i) Les juifs
Quand on parle « millionnaire », on parle forcément de Soros et de Rotschild, et dans ce cas, la patte du juif n’est jamais loin. Un bon complot sans juifs, c’est comme une pizza sans pâte. Et devinez qui tient le haut du panier pour ce raprochement?
Les deux duettistes de l’antisémitisme français! On les présentent plus…

  • Dieudonné

Extraits choisis… Préparez un sac à vomi.

« (…) Le mépris extrême que nous renvoient ces marionnettes de la banque Rothschild [le gouvernement] est étonnant et exponentiel. Ils semblent n’avoir aucune limite… ll n’y a plus de limite à leur arrogance. Votre vie et la mienne ne représentent pas plus que celle d’un poisson pris dans les filets d’un chalutier : on vous ramasse, vous n’existez pas. Nous ne sommes que de la matière première indispensable à leur mécanisme de domination. Rien n’a vraiment changé d’ailleurs depuis l’abolition de l’esclavage… si ce n’est que l’esclave à présent a accepté sa condition.

(…) Finissons-en avec cette imposture de démocratie représentative, une démocratie représentative qui ne représente que les intérêts de la banque Rothschild et consorts… Nous ne sommes pas nés esclaves, nous le sommes devenus, par cet endoctrinement. On peut même parler de dressage : nous avons été dressés, comme des chiens… Qu’ils nous considèrent comme des animaux, ce n’est pas un problème, le tout c’est qu’on n’ait rien à voir avec eux, qu’ils soient pas dans nos pattes.

Et qu’ont donc fait les Rothschild? C’est évident. Mais rassurez-vous, Dieudonné a LA solution; vous devez placer vos éconocroques dans SA monnaie virtuelle à lui. Bien entendu, ca vous rapportera, une opération gagnante et sans risque. Dieudonné est tellement, tellement désintéressé et vertueux…

(…)  certaines personnes bien informées renchérissent : le coronavirus et sa propagande de terreur vont justifier une crise financière hors du commun par laquelle Rothschild et consorts vont dérober la totalité de l’épargne des moutons partout sur la planète. (…) Ne soyez pas les derniers à comprendre ce qui est en train de se passer. Placez votre épargne à l’extérieur de leur champ d’action. Dépêchez-vous. Ils ont pour projet de le saisir. Placez-le dans la cryptomonnaie, et plus précisément dans le sestrel [projet de cryptomonnaie de Dieudonné], le sestrel qui grimpe, qui grimpe, qui grimpe, la première cryptomonnaie de culture française. Elle se situe à l’étranger parce qu’en France évidemment… Vous savez : ne vous faites plus saisir votre argent par un Etat que vous jugez voyou. »

  • Et Soral
« Pour moi c’est forcément Israël… »

Dans une vidéo publiée sur YouTube le , l’idéologue d’extrême-droite français Alain Soral reprend à son compte les théories d’une conspiration américaine et laisse sous-entendre que des personnalités juives seraient responsables de la crise sanitaire :

« Je vais citer les gens aujourd’hui qui ont en charge la médecine d’État. Nous avons donc Lévy, Buzyn, Hirsch, Guedj, Jacobs, Salomon. C’est la Liste de Schindler ! ».
C’est ici que l’on constate que l’antisémitisme reste plus que jamais d’extrême droite et porte toujours en lui les mêmes relents conspirationnistes. Les juifs tiennent « la finance » et « la santé ». Rien de bien nouveau.

  • « Panamza » fait dans le même bouillon rance. Comme d’habitude.

  • Bien sûr Israël va utiliser le Covid-19 comme arme biologique (pourtant nous avons vu plus haut qu’étant donné les soucis que le gouvernement Israélien rencontre avec les ultra-orthodoxes dans la gestion de cette crise, il a d’autres chats à fouetter.)

  • Et au final, c’est Israël qui va tirer ses marrons du feu car le pays va commercialiser un vaccin (comprendre: c’est eux qui ont crée le Covid-19) ou sponsorisent les médicaments spécifiques contre le virus (comprendre la même chose que précédemment)

  • Et enfin le gloubi boulga mystico-délirant sur les juifs, les satanistes, la kabale, les ennemis de dieu et autres fariboles

j) Le « Nouvel Ordre Mondial »

Un des concepts favoris des complotistes, le « NOM », est une sorte d’entité protéiforme qui engobe « l’oligarchie, les financiers, les banquiers, les milliardaires, les juifs, mais aussi les illuminatis, les reptiliens, etc…

Bref,’est un concept qui ne veut rien dire et qui a un sens différent suivant chaque personne qui le prononce. Eux-mêmes n’ont pas idée de ce qu’ils disent.

  • Le NOM et ses plans

 

  • Et le NOM, c’est qui?

M’enfin c’est évident, ce sont les juifs francs maçons lucifériens. Ne faites pas semblant de ne pas savoir, on sait que vous êtes complices!

  • Et le NOM il était où hein, il était où?

k) Les QAnon

Toujours plus loin dans les abîmes du « bizarre », attaquons les théories de jour en jour plus délirantes des QAnon, que nous avons décrites dans un précédent article. Mais rassurez-vous, si vous avez lu cet article, vous ne serez pas perdu dans leurs délires. Rien que de très prévisible, ce ne sont que des variantes autour de leurs thèmes favoris. Trump a été choisi par l’armée pour lutter contre le Deep State, « l’état profond », une obscure entité satanique composée notamment des démocrates, reptiliens clones cannibales pédophiles qui tuent les enfants pour en extraire une substance leur assurant la longévité: le fameux « adrénochrome » (qui n’existe pas puisque son existence provient de l’imagination de Terry Gilliam, fantaisiste réalisateur du film Las Vegas Parano)…
C’est délirant? Oui. C’est débile? Oui, aussi.


Et allez, on embarque au pays des Merveilles et de Matrix (parce que les QAnon portent une affection passionnée à la symbolique ces deux œuvres).

  • Les enfants

Les enfants tiennent une place très importante dans la mythologie QAnon. Leur libération est l’ultime but de Trump et des QAnon. Pensez donc, qui refuserait d’aider des enfants? Ils sont retenus dans d’atroces conditions pour que le Deep State puisse les exploiter sexuellement et les torturer. Disons que c’est ce qui donne leur légitimité aux agissements des QAnon. Un but aussi important et aussi désintéressés les fédèrent. Dommage qu’il n’y ait aucun début de commencement de preuve pour accréditer leurs délires sur le sujet… Mais ce n’est pas très important car ils vont exploiter n’importe quel évènement pour le faire coller à leur réalité alternative et surtout, ils vont inventer des événements. Oui, inventer.

Par exemple, qui seraient ces fameux « pédophiles »:

Ensuite il faut expliquer comment ces enfants sont transportés.

Et où sont-ils cachés? Dans des tunnels secrets. Et le coronavirus (et le confinement) est l’occasion pour les forces armées de Trump de retrouver ces gouffres de l’horreur, sauver ces enfants et faire ensuite sauter les tunnels. La « cabale » ne peut pas commettre de meurtres de masse en représailles sur la population puisqu’elle est si bien protégée par Trump. Avouez, vous étiez au courant? D’ailleurs c’est tellement évident étant donné la façon dont Trump gère la crise du Covid-19. Vous aussi aviez deviné, non?
D’ailleurs, le fameux « bateau hôpital » de l’armée envoyé à New York est destiné à soigner les enfants sortis des tunnels. Bah enfin, ça aussi c’était tellement évident.

Et pour quoi faire ces enfants? Leur extraire le fameux « adrénochrome ». Et pourquoi « Q » insistait-il sur le fameux « lapin blanc » qu’il fallait « chercher au fond du trou »? Parce que Q nous expliquait là de façon cryptique cette histoire d’enfants et de tunnels et nous indiquait que la molécule d’adrénochrome ressemble à… un lapin blanc.  Ah ah ah, ça vous la coupe hein?

Rappelons que l’adrénochrome existe vraiment mais que sa fabrication est bien connue (et de nature chimique) et fort simple. Qu’elle n’a aucun pouvoir psychoactif et qu’elle est parfaitement légale aux USA. Normal puisque ce n’est pas une drogue…

  • Qui est le Deep State, les méchants du film « QAnon » ?

Et bien ca dépend, ce n’est pas toujours très défini. Ca peut être aussi bien :
Les musulmans:

Mais le plus souvent, c’est « la cabale » (bon en fait personne ne sait qui c’est) et la crise du Covid-19 un nuage de fumée pour les arrêter (la fameuse « Tempête » de QAnon):

Même qu’en Europe, c’est déjà fait. Merci Trump!

Et pourquoi cette opération « Covid nuage de fumée »? Mais enfin, c’est évident, pour ruiner la « cabale ». Voici le plan: le faux Covid sert à déclencher une fausse crise économique qui ruinera les véritables intérêts des vrais dirigeants occultes du monde. Élémentaire mon cher Watson. C’est pourquoi, invariablement, les QAnon prédisent (depuis deux ans) que nous allons connaitre une sombre période de dix jours pendant lesquelles les dirigeants de la cabale seront arrétés, les enfants libérés et les finances assainies et refondées.
Imaginez-les lorsque Trump a annoncé deux semaines de shutdown et « très difficiles »…. C’est leur apocalypse, ils sont persuadés que leurs prédictions se déroulent actuellement et qu’à la fin de la crise du Covid, Trump et ses alliés pourront enfin tout révéler au monde entier. Et qui sera bien étonné ? Vous et nous, vilains et médisants contempteurs des courageux soldats de « QAnon »….
Nan, on déconne, il ne se passera rien, on se refoutra de leur gueule et ils trouverons une excuse (une énième excuse pour reporter leurs prédictions apocalyptiques…)  La seule chose qui pourrait les faire taire, c’est que Trump soit battu aux élections de novembre… Et encore, on peut prendre les paris que certains seraient persuadés que le Deep State a repris les commandes et qu’il leur appartient de faire justice eux-même. On pourrait alors s’attendre à des assassinats et des tueries de masse commises au nom de QAnon. D’autant que c’est déjà arrivé

En attendant, voici les thèses des « financiers » de QAnon sur le Covid-19 et le krach boursier actuel:

l) Le gloubi boulga

Pour terminer, nous avons réuni ici ce que nous nommons le gloubi boulga, des thèses sur l’existence du Covid-19 tellement mystiques, tellement absconses que nous ne sommes mêmes pas certains de comprendre. Satanisme, physique quantique, vibrations, les thèses du « grand monarque, le messie cosmique » le gourou Sylvain Duriff, ou celles de « Glaviot » pardon Gladio, ou encore d’un autre gourou nommé Marc Delantre qui affirme que le Covid-19 est la manifestation de l’armée divine et de la fin du monde dont il est l’annonciateur, ça parle de 5G, bref…

Un joyeux bordel de personnes qui auraient plus leur place dans une unité de soins psychiatriques qu’à une tribune publique, les réseaux sociaux, où ils peuvent laisser fleurir leurs délires sans contradictions. Vous n’y comprendrez souvent rien de rien, rassurez-vous: nous non plus.
Méli-mélo, pêle-mêle:

CONCLUSION
Nous vous l’avions bien dit : cette crise sans précédent du Covid-19 serait sans aucun doute l’occasion pour les complotistes de tout poil d’exprimer leurs peurs, leurs obsessions, et les délires correspondants seraient plus variés et surtout plus nombreux, à la mesure de la gravité des événements.


Vous avez peut être remarqué que nous n’avons pas parlé des théories du complot sur les thérapeutiques. Un article sur ce sujet ne serait pas complet sans aborder le sujet.
Voici donc ce que l’on peut trouver sur le sujet:

Ce ne sont que quelques exemples. Mais souvenez vous que la réalité c’est ça, et que ce qui suit est finalement ce qui reste vraiment à retenir de ce long article:

Les faux remèdes contre le covid

La prise en charge et les soins contre le covid 19

Distinguer les rumeurs de la réalité

Comment lutter contre les infoxs

Sur l’origine du covid

Auteur de l’article : Sutter Cane

Sutter Cane

Laisser un commentaire