08 octobre 2019 | 373 vues | Anti-intox, Hoaxes officiels des droites extrêmes, Inclassable

« Citoyens Souverains »(2): faux juges, faux avocats, fausses juridictions, fausses procédures

Suite à notre premier article sur les « Citoyens souverains », notre association a décidé d’occuper une partie de son temps à décortiquer le phénomène et de participer d’une lutte à notre niveau contre une éventuelle implantation en France.
Plusieurs personnes d’autres groupes facebook luttent dans le même sens et nous conjuguons nos efforts.
C’est pourquoi nous allons publier de temps à autres des articles qui démonterons un des pans de la propagande de ce groupe sectaire. D’autant que depuis le premier article, nous avons énormément avancé dans la compréhension de leurs concepts, de la connaissance de leurs groupes, mais aussi de leurs leaders que nous avons commencé à identifier.
Cet article qui s’offre à vous aborde la problématique des « instances de justice imaginaires » des souverains.
Car non contents de refuser toute instance judiciaire étatique officielle, les souverains ont des prétentions sur ce sujet. C’est pourquoi certains se revendiquent « juges » ou fondent des « cours de justice » imaginaires, sans aucune légitimité, ni aucun fondement juridique.

1) Les mouvements souverains : idéologie commune et différences
Dans l’introduction, nous qualifions le mouvement souverain en parlant de « groupe sectaire ». En fait, nous aurions pu parler de « groupe(s)sectaire(s) ». Pourquoi ce singulier/pluriel ?
Parce que le mouvement souverain est protéiforme. Aux USA, il se subdivise de par son idéologie « princeps ».
Vous vous souvenez que tous les groupes de souverains font du « révisionnisme historique ». Ils pensent tous que la constitution de leur pays est devenue caduque à un moment de l’histoire de leur pays pour d’obscures raisons complotistes.

Chaque groupe trouve donc une raison première à l’existence de leur mouvement et chacun de ces mouvements développe un (ou plusieurs leaders/gourous).

Mais globalement, ces différences se situent plus au niveau des sphères d’influence de chaque gourou que de différences fondamentales dans l’idéologie et les actes qui en résultent. On pourrait donc dire les « citoyens souverains » sont une forme particulière d’organisation entre  « galaxie » et « mouvement ».
En France, ce mouvement est naissant. A priori, il n’existe pas encore de différence de « mythe fondateur » comme aux USA.
A la rédaction de notre premier article, nous nous sommes demandés quel serait ce mythe fondateur, c’est-à-dire sur quel point de droit, quel point de société nos souverains hexagonaux allaient baser leur révisionnisme historique.

Le premier groupe que nous avions étudié était dirigé par une certaine « Michèle Ferris » (un pseudo). Elle basait ses convictions complotistes sur les thèses d’une gourou souveraine américaine « Anna Reitzinger ».
Pour elle, ce que les souverains nomment « fraude du nom légal » démarrait en 1933 lorsque Roosevelt décida de suspendre la convertibilité or/dollar. « L’Executive Order 6102 » est un ordre exécutif signé le 5 avril 1933 par le président des États-Unis Franklin D. Roosevelt dans le cadre de sa politique du New Deal.

« Executive Order 6102 » (Roosevelt 1933)

Ce décret présidentiel exécutif stipule que :
– Le dollar abandonne l’étalon or
– Que chaque citoyen doit remettre à la Réserve fédérale, pièces d’or, lingots d’or, et certificats ou titres rattachés à de l’or à compter du 5 avril et jusqu’au 5 mai 1933 : au-delà de cette date, la détention de tels effets est passible de pénalités, pouvant aller jusqu’à 10 ans de prison et/ou une amende de 10 000 dollars de l’époque. Passé le 5 mai 1933, les citoyens américains sont tenus de ne faire usage, pour tout type de transactions, que des billets de la Réserve fédérale des États-Unis. Déjà à l’époque les mouvements ultra conservateurs anti état avaient jugé la mesure inique et scandaleuse. Il n’est donc guère étonnant que les liens entre les « citoyens souverains » et les groupes de « Milices » aux USA, les mouvements « nationaux anarchistes », libertariens, « Posse Comitatus« , le mouvement « QAnon » (proche de Trump) soient étroits. En Allemagne, ces liens se font avec le « Reichsbürgerbewegung » (« Le Mouvement des Citoyens du 3ème Reich ») un mouvement séparatiste néo nazi…

Cette position de notre « gourou Ferris » a un avantage et un désavantage.

  • Elle donne un fondement ancien à ses positions et tentent d’expliquer économiquement cette « fraude du nom légal ». Pour elle et Reitzinger, les USA ont confisqué l’or des citoyens et l’ont placé. Selon elle, les héritiers des générations successives des citoyens « spoliés » de leur or ont vu la somme gonfler au fur et à mesure des décennies.
    Elles affirment que cette somme revenant toujours selon elles aux descendants des citoyens se monte en millions de dollar par individu.
    La « fraude du nom légal » consistant donc pour les états à garder cet argent de manière juridiquement frauduleuse d’où son discours sur un « dol des états ».
    C’est délirant, certes, mais c’est la base de leur raisonnement.

L’inconvénient, c’est que cette théorie se heurte à deux obstacles:

  • Tout d’abord l’executive order de Roosevelt eu peu de succès. Très peu de l’or détenu fut réellement récupéré par l’état. Milton Friedman et Anna Schwartz dans leur essai « A Monetary History of the United States, 1867-1960 », sur une estimation de 13,9 millions d’onces d’or (432 tonnes) détenues par des particuliers avant le décret, seulement 21,9 % ont été remis au 1er janvier 1934 aux autorités… C’est peu.
  • Deuxio, et c’est beaucoup plus problématique, en quoi la France serait-elle concernée ? Si Reitzinger a toute une explication (toujours aussi délirante), le souci est que ces explications ne conviennent pas au droit français. Notre gourou Ferris invoque une obscure loi de l’Amirauté Britannique. D’autres sites proches de ses idées en rajoutent encore dans le jargonnage juridique incompréhensible pour appuyer cette explication. Cependant, on imagine mal comme une loi de l’amirauté britannique s’appliquerait légalement en France…
    D’ailleurs à chaque fois que nous avons demandé à un souverain de nous expliquer OU dans le droit leurs pseudos lois s’appliqueraient, ils ont été incapables de nous répondre. Ils font des liens parfaitement abusifs entre des choses qui n’ont que peu ou carrément pas du tout de rapport.

Un bon exemple est montré dans cette discussion: sur les vertus magiques que les souverains prêtent aux « majuscules ». Les souverains pensent que tout nom propre écrit avec des majuscules est en fait le nom d’une société, DONC comme votre nom de famille est écrit en majuscules sur certains documents administratifs, pour eux cela prouve qu’en fait l’état vous utilise comme une « fiducie » et ne vous considère pas comme « un être humain vivant ». Délirant? Oui. Nous avons discuté longtemps avec un souverain pour tenter de comprendre d’où ils tiraient de telles conclusions. Ca n’a pas été facile. D’où la complexité de la conversation avec deux de nos membres (nous avons anonymisé le nom des Debunkers en « 1 » et « 2 »).

Les vertus magiques des majuscules selon les souverains

La discussion vous parait absconse? Elle l’est. Ce n’est parce que vraiment nous nous sommes penchés sur les concepts des souverains et que nous sommes allés voir les textes que celui-ci nous indiquait que nous avons fini par comprendre. Accrochez vous, c’est…lunaire.
Ils se basent sur la loi du « 6 fructidor an II (23 août 1794) portant qu’aucun citoyen ne pourra porter de nom ni de prénom autres que ceux exprimés dans son acte de naissance. » Mais aussi sur la charte typographique du Journal Officiel.

Ne rigolez pas.
Sur votre acte de naissance, votre nom est écrit en majuscule. La loi de Fructidor stipule que vous ne pouvez pas le modifier; or dans la charte typographique du JORF, il est précisé que les noms de société doivent comporter une majuscule, voilà bingo.
Nom de naissance majuscule=> que vous ne pouvez changer=> Et comme c’est écrit dans la charte typographique que les noms de sociétés comportent une majuscule => donc votre nom est un nom de société fictive….
Délirant, mais c’est ca.

Keep calm and take your haldol
Keep calm and take your haldol

Maintenant vous comprenez un peu mieux ce que nous nommons le « jargonnage juridique » des souverains. Et vous comprenez mieux sans doute l’embouteillage judiciaire que ceux ci provoquent dans l’appareil judiciaire aux USA. Au point que ces pratiques ont été dénommées « terrorisme juridique ».
Imaginez vous avoir des heures d’arguties juridiques incompréhensibles avec des gens qui ont décidé que votre maison, votre voiture ou un de vos quelconque bien appartient à un souverain, juste parce que celui-ci en a décidé ainsi… Et que cette procédure va s’étaler sur des années, des décennies…
C’est le premier niveau du danger que font courir les « citoyens souverains ».

Mais revenons à notre « mythe fondateur » des souverains français.
« Ferris » est bien seule à adopter ce mythe fondateur de « l’Executive order 6102 » en France.
A ce jour nous avons identifié d’autres gourous plus proéminents dans la galaxie souveraine en France :

Ces personnes utilisent une fake news qui avait eu un certain succès en 2016 comme quoi, suite à un décret de Valls, alors premier ministre, la France n’avait « plus de constitution ».
Il est à noter que ces personnes se réfèrent abondamment à un des théoriciens du complot de cette thèse délirante, Serge Petitdemange  , revenant sur la scène complotiste après en avoir disparu depuis 2003.
Précisons tout de même que si Petitdemange n’exprime pas ouvertement des idées « souveraines », il est connu pour être proche de Fiorile.

Nous décrirons tout ce petit monde dans un prochain article consacrés aux gourous du mouvement souverain en France.

Par contre ce qui est très inquiétant en France c’est que le mouvement souverain semble être le point de rencontre de toutes les théories du complot azimutées ou de tous les mouvements politiques plus ou moins aux marges de la politique française ( les GJ, l’UPR,  les conspi de tous poils, les antivax, les chemtrails, NESARA et GESARA, les vrais illuminés, tous les attardés d’un mouvement hippie fantasmé médecine douce et yoga …). Notre gourou Ferris ne manque jamais de rappeler cette convergence des théories du complot les plus folles:

La convergence des théories du complot

Contrairement à une secte classique, on ne peut pas cibler un gourou qui organiserait le mouvement pour en tirer des profits, ce qui est relativement facile à démontrer mais un tas de petits leaders (comme Ferris ) qui essaient au passage de récupérer un peu de fric, mais sans grand résultat. C’est une sorte de nébuleuse des plus cintrés, qui sont prêts à tout. Notre ressenti est qu’ils sont vraiment dangereux, une sorte « d’internationale de la folie » dont ils ne démordent pas.

C’est vrai!!!

Il ne faut jamais oublier que les « souverains » sont persuadés que cette « fraude du nom légal » fait que les états les spolient d’une somme d’argent gigantesque qu’ils nomment « fiducie du nom légal »:

La fiducie, corne d’abondance des souverains.

Et ainsi on comprend mieux leur acharnement.
C’est pourquoi il nous semble utile de « traiter » les points communs idéologiques de cette nébuleuse de groupes. Et un de ces points communs, c’est leur rejet de l’institution judiciaire.
Une gourou comme Ferris ne manque jamais de le rappeler, l’institution judiciaire est un groupe homogène qui agit de concert pour spolier les citoyens.

La justice, repaire du complot judéo maçonnique mondial

« Laurent Freeman » qui est en procès avec la Grande Loge de France (GLDF) fustige cette institution également. Georgia Pouliquen (qui a travaillé dans la justice) n’a pas de mots assez durs (et très délirants) pour attaquer les institutions judiciaires ; quant à Fiorile, il a réalisé de nombreuses vidéos/articles pour dénoncer ce qu’il appelle des scandales d’état concernant la justice (Robert Boulin, Bérégovoy, Coluche, « l’affaire Marc Granié », etc…)
C’est de toute façon, en général une obsession chez les souverains « lambda ».

C’est pourquoi une de leurs occupations favorites est de rédiger des « lettres » de libération, de « souveraineté ». Exemples:

 

On les trouvent aussi sous forme de courrier dont la teneur n’a pas plus de sens:

A quoi servent ces déclarations? Et bien à récupérer leur « fiducie » imaginaire dont nous parlions plus haut, mais aussi à leur donner des droits exorbitants. En effet une fois cette déclaration faite, ils estiment ne plus relever du droit du pays où ils résident. Et donc peuvent faire…pratiquement n’importe quoi, comme conduire sans permis:

Autorisation de conduire sans permis

Sauf que la nature ayant horreur du vide ces gens inventent spontanément de nouvelles institutions judiciaires ou se proclament eux-mêmes juges/avocats ou autres. Sans aucun souci de l’absence TOTALE de légitimité démocratique/institutionnelle de ces créations ; ils les prétendent comme seules aptes à gérer la société.
Et quand ils n’inventent pas des juridictions, ils inventent des charges et ils inventent des procédures.
Vous allez trouver dans la deuxième partie de cet article des exemples de ces institutions ou de ces auto nominations de ces souverains à des postes usurpés ou de documents imaginaires qu’ils imaginent tout à fait légaux.

2) Juges et juristes autoproclamés; cours judiciaires imaginaires

a) Ana Reitzinger

De son vrai nom, Anna Maria Riezinger, alias Anna von Reitz (ou Reitzinger) est probablement la gourou la plus proéminente des souverains américains. C’est une auteure d’articles extrêmement prolifique et certainement une tribunicienne hors pair. Riezinger écrit de nombreux articles sur son site qui prêchent l’illégitimité des gouvernements fédéraux, étatiques et locaux presque quotidiennement, réitérant leurs crimes imaginaires et proscrivant des mesures complexes mais absconses pour que les Américains échappent au joug de ce qu’elle considère être une société inconstitutionnelle opérant en l’apparence de votre gouvernement et de ses fonctionnaires.
Alors qu’elle n’en a ni les compétences, ni la légitimité, elle s’octroie des titres ronflants de « juge ».
Comme « juge du tribunal de droit commun d’Alaska », ou même « Juge de la cour suprême d’Alaska »… S’appuyant sur ces titres autoproclamés, « von Reitz » a eu des moments de gloire.

Fin 2015, elle publie une lettre appelant les agents fédéraux à arrêter le président Obama, le congrès et le secrétaire du Trésor. Le site de vérification, Snopes.com, a jugé bon de réfuter l’affirmation selon laquelle un «juge de l’État de l’Alaska» aurait publié la demande d’arrestation, bien que la lettre ait reçu peu d’attention en dehors des cercles souverains.

En février 2014, Riezinger avait également rendu un pseudo-jugement judiciaire contre le gouverneur de l’Alaska de l’époque, Sean Parnell, ainsi que contre le lieutenant-gouverneur, le procureur général et la Cour suprême de l’État, leur ordonnant de se «corriger». Elle ordonnait dans son jugement bidon:

« Si vous ne le faites pas en temps voulu et ne remédiez pas aux personnes qui ont subi un préjudice, vous risquez d’être poursuivi en justice pour usurpation d’identité de responsables américains, double amende, jusqu’à dix (10) ans de prison pour chaque infraction, en dommages-intérêts commerciaux et en dissolution. du FMI, d’une franchise, d’une agence, d’une banque ou d’une autre charte de l’entité de fiction juridique pour laquelle vous travaillez. « 

Von Reitz se base sur une interprétation fondamentaliste de la loi, ce qui apparente le mouvement souverain à une secte. De façon identique, beaucoup de souverains français invoquent « dieu » ou « la loi naturelle » dans leurs verbiages. Les souverains croient – y compris Riezinger – que les licences de toutes sortes vous soumettent aux lois sur les sociétés ou aux entreprises, et que vous n’êtes pas obligé en tant que ressortissant d’un État de posséder de telles licences. Riezinger explique:

« Chaque fois que vous voyez une licence, un drapeau rouge doit se lever et vous devez dire:« Oh, qu’est-ce que je fais qui est illégal? La licence, en termes juridiques, consiste à obtenir une autorisation du gouvernement quelque chose qui serait autrement illégal. « 

Dit comme cela, cela parait incroyablement naïf et amusant, sauf que les souverains utilisent cette thèse d’une façon qui elle, n’est pas du tout amusante. Un autre juge autoproclamé, Bruce Doucette, un «juge de la Cour supérieure» pour le «Grand jury du peuple», a fait notamment l’objet de poursuites pour violation de la loi du Colorado sur le contrôle de la criminalité organisée, tentative d’influence d’un fonctionnaire, extorsion de fonds, représailles contre un juge, usurpation criminelle, défaut d’impôts et offrant un faux instrument pour l’enregistrement.

Selon l’acte d’accusation , Doucette et son groupe ont menacé les agents publics de trahison et ont déposé de faux privilèges à leur encontre après l’arrestation d’un membre de leur groupe soupçonné d’avoir violé une ordonnance de protection. « Doucette » a finalement été reconnu des 34 chefs d’accusation et condamné à 38 années de prison.
Il est à noter que Reitz n’est pas considérée comme dangereuse car elle ne promeut pas la violence pour faire appliquer son idéologie. Il n’empêche qu’elle est une porte d’entrée vers ce mouvement et à d’autres interprétations plus néfastes.

b) « Georgia Pouliquen »
En France, nous avons notre « Von Reitz » débutante. « Georgia » n’est pas son vrai nom et nous nous pencherons sur son cas dans un prochain article.
Mais il est à noter que cette personne suit le chemin de Reitz et s’attribue des titres et compétences qu’elle n’a pas.
Tour à tour, « avocat pénaliste », « juriste » ou « sniper juridique pour les gilets jaunes », son CV ne comporte pour autant qu’un maigre DEA de droit privé « général et européen »:

Notons qu’on la retrouve très régulièrement sur « stopmensonges de « freeman » », mais aussi sur « Egalité et réconciliation »… Elle semble comme eux légèrement obsédée par la franc maçonnerie et -bien entendu- les « sionistes ». Sa vidéo sur « stopmensonges »:  » Dégagez Les francs-maçons, corporations, syndicats, partis et UNISSEZ-VOUS BON SANG!  » a tout de même fait plus de 36 000 vues.
Sa carrière est débutante et elle n’a pas le CV de Von Reitz comme souveraine. Nous y reviendrons un autre jour.
Il est à noter qu’à nouveau le mouvement des Gilets Jaunes semble perméable aux « citoyens souverains ».

c) Le « tribunal anglais de droit commun »

Et puisque nous en sommes à parler de « Georgia Pouliquen » abordons donc une de ses vidéos, également publiée sur « stopmensonges »:

L’affaire de la Common Law

Diable! Un juge français serait jugé par une cour en Angleterre pour crimes? Qu’en est il? On trouve sur internet un site nommé « Common Law Court » qui relate cette affaire.

Et comme vous le devinez cette cour n’a AUCUNE légitimité, aucune existence légale. C’est un bidule de souverains. En Caroline du Nord en 1996, un souverain a fait de même. Il a finalement été arrêté et condamné pour « fraude aux impôts ». Cela n’a donc rien de nouveau.
Cette « Common Law Court (CLC) » bidon semble avoir été fondée par un citoyen d’origine écossaise qui se présente sous le pseudo de « John Smith » (un pseudo très courant dans le monde anglo saxon).
Ce qui est intéressant c’est de voir quels sont les plaignants et le pourquoi de leur plainte.

CLC contre le reste du monde

David Noakes et Linda Thyers sont en fait deux escrocs notoires accusé et condamné pour trafics juteux  de faux médicaments. Les deux ayant été extradés vers la France par les deux juges accusés par la « CLC », ce qui a déclenché leur ire. Le médicament vendu est reconnu comme n’ayant aucun effet…
Intéressant. Nous pouvons donc conclure sur cette affaire que les souverains ne sont pas contre donner un coup de mains à des charlatans mettant en danger des patients atteint de maladie grave. Ce qui est logique car comme nous l’avons déjà vu les souverains « copinent » allègrement avec toutes les théories du complot concernant la santé.
Bien entendu, aucun des deux juges accusés ne se rendra à la convocation bidon de la CLC dans un Holliday Inn…

d) « Tribunal international pour la justice naturelle »

Dans le même style, nous avons trouvé une autre instance bidon l’ITNJ ou « International Tribunal for Natural Justice »…

Le Tribunal international pour la Loi Naturelle

Un organisme tenu par un certain « Robert Steele » qui tiens par exemple, des commissions d’enquête sur les trafics internationaux d’enfants:

ITNJ Commission d’enquète

Cela ne semble a priori pas bien méchant, sauf lorsque l’on commence à creuser un peu. Le fameux Robert Steele promeut des théories du complot à grande échelle. Il affirme qu’il y a des colonies sur Mars et que les enfants enlevés servent d’esclaves là bas.Théorie qui a eu tellement de succès que la NASA a du démentir.   Il prétend aussi que les enfants enlevés sont sacrifiés rituellement pour produire une drogue: « l’adrénochrome » qui est, bien heureusement une drogue fictive dont le concept est tiré du film « Las Vegas Parano ». Steele serait un « ancien de la CIA », soutien de Trump, (et des théories d’Anna Reitzinger) et qui promeut à peu près à tous les complots existants de QAnon, à l’incendie criminel de Notre Dame, au « deep state », au « Pizzagate »…
Notons qu’il est bien relayé, ainsi que son faux tribunal au Québec par un politique d’extrême droite théoricien du complot: Guy Boulianne.

e) Les lettres administratives imaginaires

Mais les souverains ne se contentent pas de créer de fausses juridictions ou de s’arroger des prérogatives qu’ils n’ont pas, pour le citoyen souverain lambda, ils concoctent de faux documents administratifs ou des lettre des revendications abstruses. Nous conclurons cet article sur ces documents.

>>ATTENTION<<<

Le fait de publier ces lettres n’est PAS un encouragement de notre part à les utiliser!!!! Bien au contraire!!! Nous conseillons à toute personne tentée de les utiliser de ne pas le faire ou bien à toute personne connaissant un proche tenté de les utiliser de l’en dissuader. En effet, ces documents n’ont aucune légitimité juridique et n’ont aucune base légale. Il s’agit de jargonnage juridique qui n’a aucun sens réel si ce n’est à tromper le gogo. 

Il existe de nombreux exemples de lettres de souverains. Il faut se souvenir qu’ils estiment que leur vie est trompée par une utilisation frauduleuse de la loi et que notre vie est réglée par un article du Code de l’Amirauté (???), le « cesthui de vie ».  Cette loi ancienne stipule qu’un marin perdu en mer depuis plus de 7 ans est considéré comme décédé. Pour les souverains nos gouvernements -corrompus forcément- ont réussis à faire appliquer ce point du Code à l’ensemble de la population. Le tout en utilisant le « Code Justinien » qui serait truffé de pièges juridiques…Ne nous demandez pas où cette loi est stipulée, pas un souverain n’a été fichu de nous l’expliquer !!!
C’est pourquoi ils y font souvent référence:

Beaucoup d’entre eux expliquent comment se comporter devant un juge pour réclamer cette fiducie du « cesthui de vie »:


Ils réclament un retour à la loi « naturelle ou divine, ce qui expliquent qu’ils aiment aiment particulièrement les courriers/déclarations qui touchent au Pape et au St Siège. A noter que beaucoup de souverains pensent que le St Siège a fait un acte officiel annulant toutes les dettes et leur permettant de récupérer cette fameuse fiducie. Par contre, ils ne sont pas tous d’accord sur la nature de l’acte et sur la date de sa rédaction. Et pour cause: cet acte n’existe pas!
Exemples:

Puis vient la longue liste des lettres que les souverains pensent judicieux d’envoyer aux autorités compétentes pour les soustraire au droit.

Le refus du recensement:

Mais en général il en existe pour à peu près tout:

Le refus d’une amende

Refus d’une facture

Refus d’un prêt que vous avez contracté

Lettre banque de France pour vous décharger de toutes vos dettes:

Lettre banque de France

Refus de toutes les lois, traités, licences existantes (un peu radical)

Enfin il existe même de la monnaie (de singe) pour les souverains!

Monkey Money pour souverains

CONCLUSION

Nous avons fait le tour (non exhaustif) des faux titres, des fausses juridictions que les citoyens souverains établissent. Aucune d’entre elle n’a la moindre légitimité, la moindre valeur. C’est pourtant un point important du programme du mouvement souverain. Et qu’il importe de connaitre.
Nous allons continuer à vous informer ainsi jusqu’à ce que nous estimions que nos informations sont suffisamment nombreuses pour pouvoir lutter efficacement contre les souverains.

Auteur de l’article : Sutter Cane

Sutter Cane

Laisser un commentaire