Debunkers des rumeurs / hoax d'extrême droite

Debunkers des rumeurs / hoax d'extrême droite

Catalogue raciste à la sauce riposte laïque: répugnant, lourd, indigeste

Trouvé (après recyclage obligatoire)  sur un obscur blog, ce hoax fait le tour de la fachosphère française assez régulièrement:

 

nidnim.jpg

 

et connait en ce moment une seconde jeunesse :

 

 citoyens et français.jpg

la petition.jpg

24h.jpg

Disons le de suite, c'est long, c'est ennuyeux, c'est un catalogue de poncifs déjà rabâchés dix mille fois.

Mais c'est intéressant dans le sens où chaque réponse apportée à chacun de ces poncifs, vous permettra d'avoir une réponse rapide sans avoir à chercher. 
Chaque point commence par chaque point du hoax mis en citation, et la réponse que nous lui apportons.

 

 

Je l’avoue, cela faisait longtemps qu’écrire un tel article me travaillait, en parlant de la situation française. Alors je me suis mis au boulot, avec l’aide de mes amis de la rédaction, et voilà ce que cela donne.

Auteur de la rédaction du Monde, anonyme bien sûr. Cela commence mal.

Et puis, après 10 secondes de recherche, nous trouvons ceci :

http://www.donotlink.com/drqv

Oups, un texte issu de la mouvance fascisante néerlandaise recyclé à la sauce Française par "Riposte laïque" ("RL"). Ce texte lui-même et une analyse succincte se retrouvent ici :

http://www.huffingtonpost.fr/charlotte-goulmy/le-discours-extreme-un-depute-hollandais_b_6228826.html

Le député ayant proférer ces mots est issu d’un parti allié au fn au niveau Européen, rappelons-le.

La reprise française est en fait un texte de « Cyrano », le pseudo de Pierre Cassen, publié le 6 décembre 2014. Tant qu’à prendre un pseudo d’un personnage imaginaire au long nez, les Debunkers auraient préféré celui de Pinocchio. On repassera donc pour l’argument d’autorité, ce n’est pas la rédaction du Monde qui a pondu une telle bouse.
On remarquera que les thématiques du blog « nidnim » sont très semblables à celles de Riposte Laïque : un clone, une filiale de recyclage en quelque sorte

 

Sans l’islam, Riposte Laïque n’aurait jamais existé, n’aurait jamais édité des livres comme « Reconquista ou Mort de l’Europe », de René Marchand, ou « Musulmans, vous nous mentez », d’Hubert Lemaire. Et ne serait pas harcelé  juridiquement.

Remplacez « musulmans » par « juifs »,  « riposte laïque » par « je suis partout », et cela colle impeccablement. Bien sûr, les racistes existent à cause de l’existence des musulmans comme les viols sont causés par l’existence des femmes, c’est bien connu. Pour paraphraser Sartre, « Si les juifs n’existaient pas, les antisémites les inventeraient », nous pourrions dire « Si les arabes/roms/musulmans/ritals/espingouins/polaks/portos, etc… n’existaient pas, les racistes les inventeraient ».
Le racisme se nourrit des mêmes racines d’ignorance, de peur, de haine et de généralisation quelle que soit la victime désignée à la vindicte populaire.
Maintenant, que disent les articles du « Monde » consacré à « riposte laïque » ainsi que de « Christine Tasin » et « Pierre Cassen »?

http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2010/09/05/ce-quest-vraiment-riposte-laique/

http://blog.mondediplo.net/2013-04-16-Tirer-dans-le-tas-De-l-avenir-des-musulmans-en

http://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2011/07/26/l-inspiration-des-extremistes-post-11-septembre_1552880_3208.html?xtmc=tasin&xtcr=6

http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/01/28/de-la-liberte-d-eructer_1471919_3232.html?xtmc=tasin&xtcr=7

Etc… etc…

On sent que « Ces gens là » sont vraiment en odeur de sainteté auprès du Monde et de leurs journalistes…

 

Sans l’islam, la France ne subirait pas Hollande, élu grâce au ‘survote’ de 93 % de musulmans, depuis deux ans et demi.

Un hoax très répandu dans la fachosphère pour qui la réalité est binaire et jamais en nuance de gris. Car les analyses et les sondages réalisés sur le sujet sont beaucoup plus nuancés… et complexes. Tout d’abord les sondages dont parle RL (Riposte Laïque) sont ceux réalisés sur les Musulmans se définissants comme « pratiquants », soit environ deux millions d’électeurs…
Et la proportion n’est pas de 93% de votes pour Hollande, mais entre 85% et 93%.

 

En 2012, 2 millions d’électeurs musulmans qui ont voté à plus de 85% pour François Hollande

Officiellement, il est impossible de connaître ce que représente l’électorat musulman ou maghrébin en France. Mais cela n’empêche pas des instituts de sondages de donner des éléments. Ainsi pour l’élection présidentielle de 2012, l’électorat musulman a été estimé à 2 millions d’électeurs par l'institut de sondages OpinionWay.

Une enquête TNS Sofres pour le réseau Sciences Po, indiquait que 85 % des musulmans ont voté Hollande en 2012, contre 95% pour Ségolène Royal en 2007.

L’étude menée par OpinionWay et Fiducial le 6 mai 2012 indiquait que sur 10 000 votants, 93% des musulmans pratiquants ont voté pour Hollande.

Ces chiffres doivent être cependant pondérés par le fait que l’abstention chez les musulmans est beaucoup plus forte que la moyenne de la population française.

http://www.huffpostmaghreb.com/2014/08/06/gaza-israel-hollande_n_5654419.html
http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles/elecresult__PR2012/(path)/PR2012/FE.html

Quel fut le résultat du vote des musulmans non pratiquants ? Des maghrébins agnostiques, athées ???? Mystère.
En tout ca, la fourchette finale du nombre de voix entre Sarkozy et Hollande reste tellement courte qu’il est impossible de savoir si ce vote a vraiment été déterminant.
Quant à ce vote… Ont-ils voté contre Sarkozy, ou pour Hollande ??? Difficile à déterminer. Ont-ils voté plutôt contre une stigmatisation, pour des préoccupations sociales ou économiques, la population maghrébine étant globalement plus défavorisée (plus pauvre en moyenne et plus touchée par le chômage) ?..
Impossible à savoir.
Et enfin, ce vote n’est pas ancré à « gauche » puisqu’une partie de l’électorat musulman exprime aujourd’hui son intention de voter plutôt à droite aux prochaines élections, voire même au FN…  :

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20140418.OBS4429/le-ps-a-largement-perdu-l-electorat-musulman.html

Ce type de rhétorique a une finalité : accréditer l’idée essentialiste « d’un » Islam monolithique conquérant et politique. Idée quasi universellement répandu à l’extrême droite (remplacez « Islam » par « juifs » pour la Dieudosphère et le raisonnement est le même). Alors que les réalités historiques, géographiques, sociologiques et économiques démontrent exactement le contraire…

 

 

Sans l’islam, notre pays n’aurait pas été confronté à des attentats sanglants en 1986 et en 1995, avec plein de morts et de mutilés à vie.

Sans doute. Sans le nationalisme et le racisme, nous n’aurions pas connu la guerre de 1870, le génocide des arméniens, les deux guerres mondiales, les pogroms en URSS (et oui l’URSS était nationaliste), etc…
Nous n’aurions pas connus les vagues d’attentats de l’extrême droite des années 80, au nombre de 163 entre 1978 et 1980 ou l’attentat du train Strasbourg/Paris à hauteur de Vitry le François, le 18 juin 61 organisé par l’OAS et qui a fait… 28 morts… etc.
Et on ne parle pas des Breivik et compagnie…

 

Sans l’islam, Ilan Halimi serait toujours vivant, et n’aurait pas été torturé à mort durant trois semaines par le barbare mahométan Fofana et sa bande.

Sans doute. Et sans l’extrême droite, nous n’aurions pas vu Clément Méric assassiné par des militants de « 3ème voie » ; ni celle, il y a 18 ans, le 21 février 1995, à Marseille, du jeune franco-comorien Ibrahim Ali, par des colleurs d’affiches du FN ; ni celle de Brahim Bouarram, Marocain de 29 ans, noyé près du pont du Carrousel, à Paris, poussé par des militants de la manifestation annuelle du Front National. Ou les centaines d’agressions anti musulmanes par an…


Les Debunkers ne nient en rien la mort et le tragique de cette mort d’Ilan Halimi. En aucun cas.

 

Mais souvenons-nous qu’être musulman ne signifie pas être raciste et meurtrier comme Fofana. Il a tué parce qu’il était musulman ou parce qu’il était raciste ?
Et qui a défendu Fofana? …Dieudonné

http://www.liberation.fr/societe/2014/02/07/dieudonne-relaxe-apres-avoir-appele-a-la-liberation-de-fofana_978559

Et une position ambiguë de soral :

http://www.blog-runner.com/sionisme/billet-d-alain-soral,a963808.html b

Autant dire un autre groupe d’extrême droite comme RL, mais fustigeant, lui les juifs… Juste un autre bouc émissaire…

 

Sans l’islam, Hervé Gourdel serait encore vivant.

Mort d’Hervé Gourdel récupérée par l’extrême droite identitaire, proche, notamment… de riposte laïque…
http://www.debunkersdehoax.org/un-ami-d-herve-gourdel-denonce-les-identitaires-tentent-de-recuperer-sa-memoire

 

Sans l’islam, Merah n’aurait pas assassiné trois militaires et quatre juifs, dont des enfants, à Toulouse et à Montauban.

Environ 5 millions de musulmans en France… Tuent-ils tous les jours ???
Merah a tué au nom d’une cause. D’autres tuent au nom du nationalisme et même de la chrétienté ou du judaïsme. Est-ce que les autres doivent en payer le prix ?
Et rappelez-nous parmi les militaires assassinés ? Combien de musulmans parmi leurs rangs ?

 

Sans l’islam, des milliers de psychopathes ne seraient pas partis en Irak et en Syrie pour apprendre à nous faire la guerre sainte et à nous tuer quand ils reviendront.

Des milliers…
Entre 500 et 1300…
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/01/20/01016-20150120ARTFIG00450-hausse-spectaculaire-du-nombre-de-djihadistes-francais-recenses.php
Combien vont rentrer vivants ?
Combien vont rentrer ? Parmi ceux-là combien seront arrêtés ?
Parmi ceux-là combien détruits à vie, handicapés ?
RL agite la peur…

Et tant qu’on en parle…
http://www.sudouest.fr/2014/08/26/ukraine-des-francais-combattent-aux-cotes-des-pro-russes-1652081-4803.php
L’un d’entre eux est proche de la mouvance identitaire. Combien vont rentrer, armés et encore plus dangereux ?
L’avenir nous le dira.

 

Sans l’islam, il y aurait moins de coups de couteau à la gorge dans la rubrique faits divers.

C’est vrai c’est connu, le musulman veut absolument « halaliser » ses agressions, d’ailleurs les statistiques le prouvent, prenez cet exemple :

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2012/03/16/le-grand-blond-au-poignard_1669337_3212.html
Heureusement que le ridicule ne tue pas…

 

Sans l’islam, la France ne serait peuplée que de citoyens croyants, agnostiques ou athées, mettant de côté leurs spécificités et ouvrant pour mettre en commun ce qui rassemble, au nom d’une République laïque, sociale et démocratique.

Mais catholiques. « Catholique comme tout le monde, comme vous, comme moi, comme le bon dieu. »


 

Sans l’islam, jamais Brigitte Bardot, Michel Houellebecq, Charlie Hebdo, Fanny Truchelut, Pascal Hilout, Pierre Cassen, Renaud Camus, Christine Tasin, Dominique Jamet, Jacques Philarchein, Ivan Rioufol et bien d’autres isolés n’auraient été traînés au tribunal, comme des malfrats, par des commissaires politiques de l’antiracisme ou des musulmans rêvant d’instituer la charia en France.

Mélanger « Charlie Hebdo » au milieu de cette racaille raciste. .. L’AGRIF, l’association proche du FN ultra catho avait attaqué plusieurs fois ce journal.
Quant aux autres (à part Fanny Truchelut), ce sont des multi récidivistes du buzz raciste, de la provocation imbécile destinée à faire vendre, faute d’une quelconque once de talent.
Des poissonnières au marché de la vente de l’appel à la haine, de l’amalgame et de la stigmatisation.

 

Sans l’islam les médecins et infirmières ne seraient pas quotidiennement insultés ou frappés par des barbus arriérés refusant qu’on soigne ou accouche leurs femmes.

Encore une fois, amalgame, accusation et incompréhension. Un très bon article qui explique ce problème :
http://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2007/01/27/hopital-laicite-et-integrisme-s-affrontent_860536_3208.html
On notera que là, RL ne dit rien sur les violences faites aux femmes par les intégristes cathos qui s’enchainent devant les centres d’IVG, et on ajoutera que rien n’est dit sur les violences à la maison commises… par tous les hommes quelle que soit leur religion, ou leur absence de religion…

 

Sans l’islam, il n’y aurait pas deux mille agressions et deux cents viols par jour en France, selon les chiffres de Laurent Obertone, dans « France Orange Mécanique ».

Oui. Livre qui est un tissu d’âneries démontés en bloc par un vrai spécialiste de la délinquance, Laurent Mucchielli par des arguments rationnels et impossible à réfuter :

« Tout d’abord, les chiffres de la police ne mesurent pas une modification des comportements, mais bien plutôt du seuil de tolérance, donc du nombre de dénonciations. Il n’y a pas plus de viols, mais ils sont plus souvent dénoncés. Ensuite, les viols sont principalement commis par des proches, dans le cadre de l’interconnaissance. Le cas de la joggeuse, violée et tuée par un récidiviste, est l’exception, pas la règle. En réalité, le premier type de viol, c’est l’inceste. »

http://www.humanite.fr/politique/laurent-mucchielli-un-procede-marketing-et-pas-sci-516162

Ou bien par d’autres sources fiables :

 

« Cet accroissement peut s’expliquer par une propension accrue des victimes à porter plainte, explique Nicolas Bourgoin, auteur de l’ouvrage Les chiffres du crime. Statistiques criminelles et contrôle social (France, 1825-2006) (L’Harmattan, 2008). Le viol est de moins en moins toléré depuis 30 ans et de plus en plus sévèrement réprimé. Pendant très longtemps, il n’était même pas traité comme un crime et était requalifié en coups et violences volontaires. Ce n’est que dans les années 1970-80, qu’on est passés de tribunaux correctionnels aux assises pour juger les viols. »
[…]
« Les viols sont également loin d’être le fait d’une catégorie sociale en particulier. « Les enquêtes de victimation montrent que les viols dont les auteurs sont connus sévissent dans tous les milieux sociaux et dans des proportions comparables », rappelle la chercheuse au CNRS dans un entretien à Mediapart. Mais cette réalité, qui met en cause non plus l’inconnu qui rôde dans nos rues, mais les amis, collègues, et conjoints des femmes vivant en France, est passée sous silence par La France Orange mécanique. Pour son auteur, « le traitement des violences faites aux femmes » ne peut être qu’un leurre médiatique permettant « aux associations, médias et politiques d’incriminer essentiellement les maris et les pères de famille ». »
Ce chiffre est extrapolé à partir des enquêtes de victimation menées depuis 2006 par l’Insee et l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP). Chaque année, un échantillon représentatif de quelque 17 000 adultes est interrogé sur les infractions dont ils ont été victimes l’année précédente.
[…]
Contrairement à ce qu’a affirmé Laurent Obertone sur le plateau de Paris Première, les résultats de ces enquêtes sont publics et sont régulièrement repris par la presse depuis 2006 (au hasard dans Le Figaro, Libération,  Le Monde, Mediapart, Marianne). « C’est assez paradoxal, car l’auteur prétend que tout est caché, mais son livre n’est fait que d’information ouverte, que ce soient des statistiques ou des articles de presse », remarque Christophe Soullez, directeur de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP).
[…]
« Ensuite parce que ce chiffre ne fait pas non plus de différence entre meurtre conjugal, inceste, vol à l’arraché de téléphone portable, escroquerie à la carte bancaire, tag, consommation de joints, défaut d’assurance de véhicule, travail clandestin, etc. « Or tout le monde conviendra que ce n’est pas tout à fait la même chose d’avoir 3,5 millions d’homicides ou 3,5 millions de vols d’accessoires sur véhicule », remarque Christophe Soullez, directeur de l’ONDRP.
◦Depuis 1950, « le crime et la délinquance ont été multipliés par 7,5 ».
Basée sur le chiffre unique de la délinquance, cette affirmation n’a donc « aucun sens », selon Nicolas Bourgoin. Qui rappelle de plus qu’entre-temps, la population française est passée de 41 millions d’habitants en 1950 à 64 millions d’habitants en 2012. Si l’on tient malgré tout à faire le calcul, la délinquance constatée par la police (tous faits confondus) a en fait été multipliée par 5,89 entre 1950 et 2011. Et si on prend en compte l’augmentation de la population, la délinquance signalée n’a en fait été multipliée que par 3,95 entre 1950 et 2011. « C’est essentiellement la délinquance contre les biens qui nourrit cette hausse », précise Philippe Robert. Le chiffre donné par Laurent Obertone est donc largement surestimé.

https://ldhcibp.wordpress.com/2013/02/21/la-france-orange-mecanique-exemple-dun-flagrant-delire-securitaire/

Et ce livre n’est donc qu’un livre propagandiste, qui n’est basé sur aucun fait réel, et qui n’a aucune valeur sauf pour les agitateurs de la peur, qui tirent leurs revenus de cette peur.

 

Sans l’islam, il n’y aurait pas d’appels quotidiens à la haine religieuse et à la discrimination dans une grande partie de la population, ce qui détruit tout espoir de cohésion sociale et d’entente cordiale.

Tiens, les mêmes dont nous parlions au chapitre précédent. Les gens de RL et co. VIVENT et tirent leurs revenus de cette agitation sociale. Leur avidité de sensations fortes et leur volonté de médiatisation les poussent à ces multiples scandales.
Des commerçants du racisme.
Peut-être serait-il temps de les envoyer en formation professionnelle afin de trouver un nouveau métier ?

 

Sans l’islam, il n’y aurait pas eu de guerre d’Algérie, car la France n’aurait pas eu à intervenir dans la région en 1830, pour mettre fin aux barbaresques. Les pays d’Afrique du Nord ne seraient pas si désagréables à vivre et ne nous enverraient donc pas tant de délinquants et de criminels.

Il ne nous manquait plus que cela… Ignorance crasse de l’histoire ou plutôt distillation d’une histoire propagandiste comme nous l’avons déjà démontré dans un autre article :

http://www.debunkersdehoax.org/front-national-ou-le-bon-vieux-temps-des-colonies

Le fantasme et/ou le révisionnisme historique, une pratique régulière à l’extrême droite :

http://rue89.nouvelobs.com/2014/05/11/oubliez-game-of-thrones-les-identitaires-ont-theories-bien-plus-folles-252022  

et on consultera très utilement ce site très bien fourni  sur cette pratique à l’extrême droite :

http://www.leshistoriensdegarde.fr/

 

Sans l’islam, il n’y aurait donc pas eu non plus de traite atlantique, donc pas de repentance pour un phénomène que l’occident, d’une manière générale a en fait combattu et vaincu.

Remarquons la pudeur de donzelle de notre « ami » Cassen… « La traite atlantique »…
La traite des noirs, le commerce des esclaves, le commerce triangulaire, voilà ce dont il faut parler.
Il y a eu certes une traite dite « orientale »pratiquée par les « arabes » du Maghreb. Dont effectivement les pays européens ne sont pas responsables. Mais rappelons que la colonisation qui a succédé s’est servie de cette traite pour JUSTIFIER la colonisation, remplaçant l’esclavagisme par une autre forme d’exploitation. L’existence de la « traite orientale » n’est pas la raison de la « traite atlantique » !
La guerre de conquête en Algérie en est un très bon exemple, la conquête du Congo par les Belges un autre :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Soci%C3%A9t%C3%A9_antiesclavagiste_belge

Quant au mot repentance… il s’agit d’une astuce langagière de l’extrême droite. PERSONNE ne demande aux gens vivants aujourd’hui de faire « repentance » pour l’esclavagisme ou la collaboration.
Par contre ce qui est demandé, c’est la « reconnaissance ».
Que dit le texte de loi sur la reconnaissance de la traite négrière en France ?

Article 1
La République française reconnaît que la traite négrière transatlantique ainsi que la traite dans l'océan Indien d'une part, et l'esclavage d'autre part, perpétrés à partir du xve siècle, aux Amériques et aux Caraïbes, dans l'océan Indien et en Europe contre les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes constituent un crime contre l'humanité.

OU est-elle inscrite dans cet article, la « repentance » ? Idem pour les trois autres lois dites « mémorielles » :

La loi du 13 juillet 1990, dite « loi Gayssot », « tendant à réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe », suivie par la loi du 29 janvier 2001 qui, dans un article unique, dispose que « la France reconnaît publiquement le génocide arménien de 1915 » ; et la dernière en date est celle du 23 février 2005, dite « loi Mekachera » « portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés » d’Afrique du Nord et d’Indochine.

AUCUNE ne parle de repentance.
Il n’est pas question de s’excuser, il est question de se souvenir et surtout d’empêcher de nier que certains groupes, pour des raisons d’idéologies politiques, puissent le faire publiquement sans craindre des représailles de la loi.
Quels groupes politiques ?
Suivez notre regard, vous avez bien compris. Voilà pourquoi dans un esprit totalement Gramsciste de conquête des mots et des concepts, l’extrême droite ment honteusement aux Français et tente d’imposer dans la conscience collective des schémas de pensées.

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/loi-memoire/lois-memorielles.shtml

 

Sans l’Islam, les jeunes filles et les femmes de France pourraient vaquer dans la rue avec un taux « normal » de sollicitations plus ou moins galant.

Le phénomène n’est pas nouveau, et a déjà été étudié, mais c’est le fameux reportage de Sofie Peeters qui a déclenché l’intérêt du public. Comme celui-ci a été tourné dans un quartier à « forte concentration d’immigrés », l’extrême droite se focalise, et affirme (bien sûr) : « ce sont les immigrés ». Voici ce qu’en dit la réalisatrice elle-même :

 

La plupart des hommes filmés sont des allochtones…
Oui, c’était une l’une de mes grandes craintes : comment traiter de cette thématique sans tourner un film raciste. Car c’est une réalité : quand on se promène à Bruxelles, 9 fois sur 10, ces insultes sont proférées par un allochtone.
Mais ce sont peut-être les «brebis galeuses»… ?
Exactement. Quand vous vous promenez dans le quartier, après 2 minutes, vous avez croisé 20 allochtones. Un seul d’entre eux vous aura fait une remarque. C’est bien sûr une de trop, mais elle n’est pas représentative de toute la communauté.

Voici ce qu’en dit Stéphanie Khoury, étudiante en sciences humaines, qui évoque d’autres explications dans un article de « Slate »:

« Comme toutes les violences faites aux femmes, elle ne connaît ni groupe social, ni critère économique, ni origine ethnique ».
Elle précise : « il est tout de même possible que ce soit effectivement le fait d’hommes d’origine étrangère et de modeste condition. En ce cas, la question du pourquoi devra se poser nécessairement : comment ces mécanismes se mettent-ils en place ? »
Et enfin, elle évoque la piste d'un conditionnement viriliste des hommes pauvres issus de l'immigration par la société d'accueil.

 

La médiatisation du harcèlement sexuel se voit ainsi reprocher, dans les pays occidentaux, de se focaliser sur des hommes de classe inférieure et souvent non blancs « manquant de respect » à des femmes blanches de classe moyenne ou supérieure, sans se soucier des biais et des implications politiques d'une telle focalisation. Elle se voit notamment reprocher de se focaliser sur l'espace public, alors que les cas de harcèlement sexuel et d'agression sexuelle sont plus fréquents dans la sphère privée (familiale ou professionnelle). Stéphanie Khoury évoque la piste d'une logique du bouc émissaire visant les hommes d'origine étrangère et de condition modeste, qui pourrait masquer la violence sexuelle ayant lieu dans l'intimité des classes dominantes.
D'une manière générale, il y a un certain manque de travail scientifique au sujet du harcèlement sexuel et des agressions sexuelles, alors que des études objectives permettraient d'éviter les rumeurs et les fausses représentations. Pour Stéphanie Khoury, « tant qu’on ne dispose pas de base solide pour s’exprimer, cela reste du « on dit », de l’empirisme bas de gamme, du « j’ai vécu donc je conclus » : bref, du parfait matériau pour construire et consolider des préjugés. » En octobre 2014, le réseau Hollaback! s'est associé avec Beth Livingston, professeure à l'Université Cornell, afin de réaliser une étude internationale du phénomène du harcèlement sexuel dans l'espace public.

 

Sans l’Islam, des dizaines d’adolescentes pourraient poursuivre des études et mener des existences libres sans se voir razziées ici et mariées là-bas, la plupart du temps avec des vieux vicelards qui pourraient être leurs grands-pères.

Il est vrai que certains pays où la religion d’état est l’Islam connaissent ce fléau. Et ils le connaissent bien. Sauf qu’il n’y a pas que dans ces pays-là…

Selon le Fonds des Nations unies pour la population, 14,2 millions de filles de moins de 18 ans seront mariées chaque année entre 2011 et 2020 dans les pays en voie de développement (Afrique subsaharienne et Asie du Sud principalement), soit 39 000 mariages précoces par jour.
http://www.lepoint.fr/societe/france-70-000-jeunes-filles-seraient-menacees-de-mariages-forces-11-10-2013-1742580_23.php

Et cette pratique est plus courante en Asie du sud est qu’au Maghreb ou au moyen orient…

www.unicef-irc.org/publications/pdf/digest7f.pdf

Enfin que cet affreux phénomène en France tend à diminuer, bien heureusement :

Une étude Ined/Insee publiée en 2011 estimait que le phénomène, qui concerne principalement les immigrées originaires de Turquie, du Maghreb et d'Afrique sahélienne, tend à diminuer.

http://www.lepoint.fr/societe/france-70-000-jeunes-filles-seraient-menacees-de-mariages-forces-11-10-2013-1742580_23.php

 

Sans l’islam, le professeur Robert Redeker ne vivrait pas comme un prisonnier dans son propre pays depuis 2006.

Les Debunkers ne soutiennent en aucun cas les menaces de mort émises à l’encontre de cet homme.   Les propos qu’il a tenus relèvent eux de la propagande raciste du même acabit que celle de RL.
Mais nous attendons avec impatience que RL condamne TOUTES les menaces, même celles provenant de l’extrême droite.

 

 

Sans l’islam, les autochtones ne seraient pas obligés de quitter leurs banlieues natales, où ils y avaient tous leurs souvenirs, leurs repères, leur avenir et dont ils ont financé les infrastructures, les équipements sportifs, les établissements et services publics. par leurs impôts et ceux de leurs aïeux.
Sans l’islam, ils ne seraient pas obligés de s’installer en milieux rural, loin de leurs lieux de travail, au prix de nombreux sacrifices, pour se mettre eux-mêmes, et surtout leurs enfants, à l’abri des islamo-racailles.

Comique. Les « français de souche » ont quitté les banlieues « à cause » des musulmans… C’est tout d’abord oublier que les entreprises s’installent dans les banlieues :

http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/12/03/la-tentation-de-la-banlieue_3524314_3234.html

Que les classes populaires connaissent les mêmes difficultés qu’autrefois, simplement le discours de la droite/extrême droite a « ethnicisé » le problème afin de faire disparaitre sémantiquement et effectivement les classes sociales :

 

« Ainsi, il apparaît que le sentiment d'appartenance à la classe moyenne n'est plus associé à un processus d'ascension sociale ou à un niveau de vie, mais à un statut socio-spatial et à des origines.
Les « quartiers sensibles », ceux où se concentrent les minorités, sont définis comme des « territoires sans classes moyennes ». On les appelle d'ailleurs les « quartiers populaires », et on ne conçoit pas que ces territoires puissent « fabriquer » des classes moyennes issues de l'immigration.
On assiste ainsi à un glissement vers une forme d'ethnicisation du concept, les classes moyennes étant associées aux « Blancs », tandis que les territoires ethnicisés deviennent ceux que la classe moyenne a désertés. Dans ce contexte, si les populations d'origine africaine et maghrébine ne peuvent a priori pas faire partie des classes moyennes, on considérera les ménages d'origine européenne comme en faisant a priori partie. À ce titre, il est frappant de constater que l'objectif de mixité sociale de la politique de la ville vise moins à accueillir des classes moyennes qu'à casser un processus d'ethnicisation : derrière la volonté affichée de favoriser l'accueil de classes moyennes, il s'agit en réalité d'attirer des ménages « blancs ». Ce faisant, on s'interdit de penser que ces territoires sont depuis plusieurs décennies pourvoyeurs de nouvelles classes moyennes. »

 

Que contrairement à ce que blablate RL justement, ces banlieues étaient déjà défavorisées lorsqu’il s’agissait d’ouvriers blancs qui y habitaient :

 

« Les populations logées varient évidemment suivant les cités : ce sont des familles françaises chargées d’enfants du baby-boom, souvent migrants provinciaux ; les populations de rapatriés de la décolonisation de l’Empire français les rejoignent ; pas de personnes âgées, ni d’adolescents au début du peuplement. Ces familles de salariés sont sélectionnées par les gestionnaires des cités de logement social, et non par le libre jeu du marché immobilier : autour d’une majorité d’employés et d’ouvriers, on trouve des cadres moyens et supérieurs en nombre variable suivant la politique du gestionnaire.
Mais les plus pauvres, les familles très nombreuses, les populations étrangères et immigrées sont logées ailleurs : taudis des villes anciennes, bidonvilles, foyers pour célibataires immigrés, hôtels meublés, cités de transit ou d’urgence. Ces logements spécifiques, avec parfois un fort encadrement de travailleuses sociales, sont explicitement destinés aux « inadaptés sociaux », qu’il faut éduquer avant de les loger dans les cités nouvelles construites pour les salariés français, suivant des méthodes expérimentées dans l’entre-deux-guerres dans les cités-jardins. Le logement des étrangers est conçu alors sur le mode de la différenciation : soit ils se logent par eux-mêmes dans le parc ancien, soit la puissance publique contribue à leur fournir des logements à part, aux normes de confort inférieures. »
Et que les véritables raisons de ce départ des ouvriers blancs n’ont rien à voir avec les fantasmes racistes de RL :
« La conséquence est que les classes moyennes quittent les logements sociaux pour les pavillons en accession à la propriété des communes alentour, comme les Minguettes à Vénissieux, abandonnées pour les pavillons de Corbas, Solaize ou Saint-Laurent-de-Mure.
Sous l’effet des chocs pétroliers et de l’entrée dans la crise économique, le gouvernement met en œuvre une nouvelle politique d’immigration : fermeture des frontières, aide au retour pour les étrangers jugés responsables de la crise, maintien en l’état du nombre d’étrangers et autorisation du regroupement familial. Cette politique, lancée par Lionel Stoleru, aboutit au décret du 29 avril 1976 relatif aux conditions d’entrée et de séjour des membres des familles des étrangers autorisés à résider en France. L’intégration des familles passe par des conditions de logement semblables à celles des travailleurs français. Les mouvements de mobilité résidentielle, comme les règles d’attribution des logements Hlm, qui jusqu’alors ignoraient les travailleurs étrangers, allaient faciliter leur installation [3]. Il en résulte d’importantes modifications du paysage des banlieues populaires : les 255 bidonvilles de métropole, dont 120 en région parisienne, qui logeaient 50000 immigrés, sont résorbés et leur population relogée dans des grands ensembles sociaux ; le logement social s’ouvre de façon très volontariste aux familles étrangères, qu’on espère ainsi conduire aux normes de vie urbaine de la société française. Les employeurs payent, à partir de 1975, une taxe sur les salaires de leurs travailleurs étrangers pour construire de nouveaux logements, mais les fonds seront surtout utilisés pour rentabiliser ou construire de nouveaux foyers et très peu pour accroître l’offre locative sociale. C’est par le jeu des départs que se fera l’entrée des familles d’ouvriers issues de l’immigration dans le parc social. Les organismes qui gèrent les cités d’habitat social accueillent ces nouveaux locataires, d’autant que la loi Barre rend solvables les familles les plus modestes. L’idée est de répartir les familles immigrées au milieu des ménages français, suivant des quotas d’environ 15 %. Mais le souci d’intégrer les immigrés dans le logement social conduit à des logiques territoriales de regroupement communautaire qui n’ont été ni pensées, ni anticipées : les familles maghrébines deviennent majoritaires aux Minguettes au cours des années 1970. En Seine-Saint-Denis, la population scolaire étrangère passe de 17 % à 30 % entre 1975 et 1983. En 1992, 74 % des ménages maghrébins sont locataires d’une Hlm. »

 

Sans l’islam et ses incessantes requêtes liberticides, la France serait toujours le pays de la liberté d’expression.

Elle l’est toujours. La preuve RL a toujours pignon sur rue pour déverser ses torrents de haine et de désinformation.

 

Sans l’islam, on ne confondrait pas critique d’une religion avec racisme.

Non bien sûr. Parlez-en aux juifs des années 30 en France.

 

Sans l’islam, nous ne verrions pas ce spectacle pathétique de politiciens collabos se prostituant pour avoir les voix des disciples d’Allah.

Et les politiques se prostituant pour avoir les voix des racistes de RL et de tous les partis d’extrême droite ? Au vu des lois de ces dernières années et des déclarations chocs qui fusent sur les ondes, il semble qu’il n’y ait pas photo, ni sur leur nombre, ni sur leur influence.

 

Sans l’islam, nous ne serions pas agressés dans la rue par des voiles qui insultent la condition des femmes, font savoir que celles qui les portent sont réservées aux seuls musulmans, injurient les hommes, suspectés de ne pas être capables de se contrôler, et surtout constituent un marqueur sexiste incompatible avec nos valeurs.

Les Debunkers ne doivent pas avoir le même sens du mot « agresser » que RL. Parlons-en d’agressions :

http://www.huffingtonpost.fr/2013/11/23/islamophobie-france-agressions-femmes-voilees-hausse_n_4329369.html

http://www.slate.fr/story/96889/actes-islamophobes-ou-antimusulmans

 

Sans l’islam, la France n’aurait pas été obligée de faire face à l’offensive du voile à l’école, dès 1989, et à des dizaines de provocations contre les équipes enseignantes, de la part de jeunes filles soutenues par les associations dites anti.

RL le dit lui-même : des « dizaines » de provocations… C’est donc un problème infiniment grave… Et dont nous aimerions connaître la source permettant d’avancer ces chiffres, dont la précision n’a d’égal que l’honnêteté du rédacteur de RL : nulle.

 

Sans l’islam, notre pays n’aurait pas été obligé de mettre sur pied la commission Stasi contre les signes religieux à l’école (en fait seul le voile posait problème), en 2009, et la mission Gérin, en 2009, contre le niqab.

C’est là que l’on voit la tartuferie de « riposte laïque ». La laïcité, c’est bon pour les musulmans. Les sous-classes.
Non mesdames et messieurs la laïcité, c’est pour tout le monde.

 

Sans l’islam, la France ne serait pas confrontée à la présence prosélyte du voile à l’université, et à la multiplication de procès contre des employeurs qui le refusent sur leur lieu de travail.

Problème. Ou comme RL ou des enseignants comme Drighelli, http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Paul_Brighelli (récemment passé aux droites extrêmes), on en fait une affaire idéologique :

http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-paul-brighelli/brighelli-deferlante-de-voiles-a-l-universite-03-10-2014-1869088_1886.php

Ou bien on en discute de façon sérieuse et argumentée :

http://www.slate.fr/story/93017/voile-universite-gauche

http://m.leplus.nouvelobs.com/contribution/1324928-interdire-le-voile-a-la-fac-mes-etudiantes-le-portent-je-suis-contre-l-interdiction.html#http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=5&ved=0CD0QqQIwBA&url=http%3A%2F%2Fleplus.nouvelobs.com%2Fcontribution%2F1324928-interdire-le-voile-a-la-fac-mes-etudiantes-le-portent-je-suis-contre-l-interdiction.html&ei=7ObiVK74H8yBU4Htg9gC&usg=AFQjCNFBWdI_XA7pE3amXw2V1hGaozbE6Q

 

Sans l’islam, personne ne contesterait les sapins de Noël dans la rue, ni les crèches dans les mairies.

Que ferait-on à l’extrême droite sans les hoaxes de Noël ? Ces affirmations ont déjà été de nombreuses fois démontées par les Debunkers :

http://www.debunkersdehoax.org/plus-de-noel-a-cause-des-musulmans-hoax-a-gogos

http://www.debunkersdehoax.org/le-retour-du-hoax-du-pere-noel-de-montargis

http://www.debunkersdehoax.org/prime-de-noel-islam-laicite-et-creche-mauvais-melange-pour-les-fachos

http://www.debunkersdehoax.org/la-caf-doit-supprimer-la-prime-de-noel-des-musulmans-mais-il-n-y-a-pas-de-preference-religieuse-a-la-cafa-la-caf

 

Sans l’islam, nous ne subirions pas la présence de 2.500 mosquées, à raison d’une nouvelle par semaine, payées tantôt par les émirats du Golfe, tantôt par les pays d’Afrique du Nord, et trop souvent avec nos impôts.

Non. Il n’y a pas 2500 mosquées.

Il y en a 64…. Par contre il y a des salles de prières — de la taille d’une pièce, donc — et le tout additionné monte à 2500 lieux de cultes. On lira d’ailleurs avec intérêt cet article du Monde qui démonte pas mal de croyances sur la pratique de l’Islam en France :

« Si on rapporte le nombre de pratiquants de l'islam au nombre de lieux de culte, on arrive à un rapport significatif : si on compte 3 millions de pratiquants musulmans, on parvient à un lieu pour 1 200 fidèles. Si on compare avec le catholicisme, on recense environ 40 000 églises en France, pour 11 millions de catholiques pratiquants, soit une église pour 275 fidèles. »

 

Sans l’islam, autour de ces mosquées, nous n’assisterions pas à la mise en place d’un Etat dans l’Etat, où le petit Etat islamique ronge de plus en plus le grand Etat républicain et lui impose ses codes.

Où sont les preuves ? Les démonstrations ? L’argumentation ? Que dire donc… Juste 3 mots : « fantasmes », « paranoïa », « propagande »…

 

Sans l’islam, nous n’assisterions pas à une recrudescence d’agressions homophobes, antisémites et sexuelles, encouragées par les textes sacrés du Coran et la vie de Mahomet.

Pour l’augmentation des actes homophobes, nous allons plutôt remercier les petits copains de RL qui ne vont pas s’exonérer de leur réelle responsabilité :

http://m.leplus.nouvelobs.com/contribution/1200571-hausse-des-actes-homophobes-merci-barjot-boutin-et-la-manif-pour-tous.html#http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=3&ved=0CDMQFjAC&url=http%3A%2F%2Fleplus.nouvelobs.com%2Fcontribution%2F1200571-hausse-des-actes-homophobes-merci-barjot-boutin-et-la-manif-pour-tous.html&ei=neviVLSsOIvKaKK4gPgJ&usg=AFQjCNHGGyW11R9YGaiqYGKzJPaGoUAUaw

Pour les actes antisémites, il y a certainement une corrélation à voir dans l’exportation du conflit israélo palestinien en France. Conflit qui n’a rien de religieux au demeurant. Croire qu’il n’y aurait pas de racistes dans les populations issues de l’immigration serait aussi raciste de dire qu’ils le sont tous. Pas d’études là-dessus, mais on peut raisonnablement penser que les crétins sont répartis équitablement dans toutes les populations quelles que soient leurs origines… Et l’extrême droite soralo dieudonniste n’y est certainement pas pour rien. Que l’on prenne le musulman ou le juif comme bouc émissaire, le principe est toujours le même. Le couple Soral/dieudonné ne vaut pas mieux, mais n’est pas pire que le couple Tasin/Cassen.
Mais à nouveau n’exonérons pas les petits amis de RL :

 

« Entre janvier et septembre, 527 actes ont été enregistrés. Contre 423 pour toute l'année 2013. Cause notamment de cette augmentation: l'interdiction des spectacles de Dieudonné et la manifestation Jour de colère. Ainsi, pour le seul mois de janvier, 85 actes antisémites ont été recensés. Soit plus que tout au long de l'année 1999 (82 actes) ».

 

Pas de mention cependant, du fait que nos petits anges de RL ONT APPELÉ à participer à cette manifestation qui fut un haut lieu de manifestations antisémites ! http://ripostelaique.com/jour-de-colere-pourquoi-il-faut-y-aller/

Enfin quant aux agressions sexuelles, les statistiques vont complètement à l’encontre de cette assertion. Pire, elles exonèrent une réalité bien dérangeante pour la France :

Les trois quarts des femmes victimes de violence connaissent leur agresseur. Notamment, pour plus de 30 % d’entre elles, il s’agit du conjoint ou de l’ex-conjoint. Ces violences conjugales sont rarement suivies de plaintes, en particulier lorsqu’il s’agit d’agressions à caractère sexuel.

 

Sans l’islam, nous n’assisterions pas, dans certaines périphéries urbaines, à la mise en place d’une politique de Grand remplacement, de changement de peuple et de civilisation.

Rappelons ce qu’est cette théorie fumeuse ne résistant pas à l’analyse :

http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/01/23/le-grand-boniment_4353499_823448.html

http://rue89.nouvelobs.com/2014/06/11/grand-remplacement-lidee-raciste-propage-252747

Et que même Philippot, grand bateleur de la langue de bois frontiste, se voit prouver avoir tort lorsqu’il fait référence à ce genre de chiffres devant un démographe :

http://rue89.nouvelobs.com/zapnet/2013/10/30/soudain-chez-ardisson-discours-fn-limmigration-secroule-247074

 

Sans l’islam, Saint-Denis serait toujours la ville des rois de France.

Problème historiographique. Ne serait-ce pas plutôt Reims, la ville des « rois de France » ? Celle où ils étaient sacrés ? Mais baste.
Et bien St Denis est toujours « l’autre » ville des rois de France. Celle où ils sont enterrés. C’est notre histoire. Pas que la vôtre, mesdames et messieurs de RL.

 

Sans l’islam, nos policiers ne subiraient pas une guerre quotidienne, visant à saper l’édifice de l’Etat français.

Nous l’avions déjà expliqué ici :

http://www.debunkersdehoax.org/70-d-immigres-en-prison-ou-les-malheurs-des-fachos-avec-la-sociologie-et-les-statistiques

La délinquance est le fruit de plusieurs facteurs dont l’origine ethnique (et encore moins la religion ») ne fait pas partie. Ou alors acceptons au vu de l’Italie que le crime organisé mafieux fait partie des « gènes du catholicisme »….
Complètement absurde n’est-ce pas ?

 

Sans l’islam, nous n’aurions pas de halal dans l’armée française, ni des militaires musulmans qui refusent de se battre contre leurs frères.

Certes. Pas de halal. Sauf que ce n’est pas récent. Du tout même, puisque cela date de 1914 avec la première guerre mondiale :

« L’armée veut montrer qu’elle est respectueuse des pratiques religieuses en fournissant des rations sans porc et sans alcool, en autorisant la pratique du jeûne pendant le Ramadhan, en installant des mosquées dans l’arrière-front. La construction de la Grande Mosquée de Paris se décide aussi à cette époque. »

(On lira avec intérêt cet article qui montre que tout n’était pas rose pour ces soldats bien au contraire…)

Les militaires ayant exprimé un refus d’aller se battre en Afghanistan : moins de 5 cas, à l’échelle d’une armée…

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/01/14/01011-20090114FILWWW00644-des-musulmans-refusent-de-combattre.php

Par contre RL oublie bien opportunément de parler des deux militaires de confession musulmane tués par Merah, ou du policier, lui aussi musulman tué par un des frères Kouachi… Ou de l’employé musulman qui a fait ce qu’il a pu pour sauver des personnes de confession juives dans l’hyper casher…

 

Sans l’islam, nous n’aurions pas, sur le territoire français, la mise à mort barbare d’animaux égorgés sans étourdissement, qu’on laisse agoniser pendant un quart d’heure.

Nous avons déjà cela en France sous une autre forme, mais là nous n’entendons pas RL hurler au scandale :

Ou la barbare Afeitado des corridas :

La chasse à courre :

Et on pourrait continuer avec les animaux abandonnés, les abattoirs chevalins, le gavage des oies, les conditions inhumaines d’élevages, etc.
Mais là chut !!!!!! Ca ne fait pas vendre pour RL…

 

Sans l’islam, nous n’aurions pas l’impression, dans certains quartiers, d’avoir changé de continent.

Parlent-ils du 16ème arrondissement de Paris ?! Ou de « la villa Montmorency » le « ghetto du gotha » ?
http://www.lesinrocks.com/2012/11/04/actualite/jai-fait-le-tour-dun-ghetto-de-riches-avec-les-pincon-11319235/

 

Sans l’islam, le Qatar ne serait pas en train d’acheter des pans entiers de la France.

Ridicule. Allez RL, on la refait :

« Sans le PETROLE, le Qatar ne serait pas en train d’acheter des pans entiers de la France. »
On comprend tout de suite mieux, non ? Allez Tasin et Cassen, vous n’utilisez plus du tout la voiture, vélo pour tout le monde sinon vous financez l’Islam !

 

Sans l’islam, nous ne subirions pas sur les plateaux de télévision les enfumeurs comme Tariq Ramadan, Malek Chebel, Dalil Boubakeur, Dounia Bouzar et bien d’autres, qui roulent dans la farine les ignorants en leur faisant le coup de la RATP.

Oh on supporte déjà Zemmour, Rioufol, Brunet, Finkielkraut, Lévy, Ménard, Brézet, etc…
Ceux-là on les entend beaucoup, beaucoup trop.
http://ecrans.liberation.fr/ecrans/2012/10/09/radios-garanties-avec-conservateurs_948299

 

Sans l’islam, un Français d’origine pourrait aimer une née-musulmane sans être obligé par sa belle famille de se convertir.

« Née musulmane »…. C’est beau le racisme en toute innocence.
L’auteur de cet article tient à rappeler qu’il est athée et que sa compagne est musulmane pratiquante…
CQFD

 

Sans l’islam, il y aurait moins de crachats sur les trottoirs, et le maire de Béziers n’aurait pas été obligé de faire un arrêté municipal pour sanctionner les fautifs.

Comme expliqué dans un futur article, le racisme procède des mêmes préjugés éternels. Ces réflexions imbéciles furent autrefois utilisées contre d’autres populations considérées comme « allochtones », comme… Les Bretons par exemple…

« ... un petit demeuré qui a lâché un mot de breton comme on s’oublie dans sa culotte, un petit sale que les rires de ses camarades ne châtient pas assez. Le maître en rajoute donc : si l’enfant n’a pas réussi avant la fin de la classe à dénoncer quelqu’un d’autre, il le traîne sous le préau et lui fait épeler l’écriteau : Défense de cracher et de parler breton. Il l’oblige à nettoyer les cabinets puisque parle breton, parle cochon.... ».

 

bretons cracher.jpg

 

Sans l’islam, nos médecins et l’ensemble du personnel médical ne risqueraient pas de se faire agresser par des maris violents qui refusent qu’un homme observe leur épouse.

RL à l’Alzheimer. Ils ont une mémoire immédiate qui leur échappe…
Rappelons une de leurs assertions plus haut :

« Sans l’islam les médecins et infirmières ne seraient pas quotidiennement insultés ou frappés par des barbus arriérés refusant qu’on soigne ou accouche leurs femmes. »

Nous, nous ne répéterons pas notre réponse…

 

Sans l’islam, nous n’aurions jamais subi, dans un pays laïc, des prières musulmanes sur nos trottoirs ou dans les rues, afin de marquer la volonté d’occupation de l’espace public.

C’est vrai. C’est mal. Mais il semble que cela n’existe plus depuis qu’une solution a été trouvée.
Mais nous aimerions savoir ce que RL préconise pour ces prières de rue là :

http://atheisme.org/prieres-de-rue-civitas-sos-tout-petits.html

http://www.huffingtonpost.fr/2013/01/29/linstitut-civitas-fait-priere-rue-devahnt-assemblee-nationale-contre-mariage-gay_n_2575468.html

Et là si ce n’est pas une volonté d’occupation politique de l’espace public, qu’est-ce ?????

 

Sans l’islam, les enfants juifs pourraient encore aller dans les écoles publiques en Seine Saint-Denis.

Que ferait RL sans la simplification à outrance ? La réalité est complexe, peut-être trop difficile à comprendre ?

http://www.europe1.fr/societe/seine-saint-denis-plus-d-enfants-juifs-dans-les-ecoles-publiques-2375505

 

Sans l’islam, on pourrait parler de Charles Martel dans nos écoles.

Ah l’histoire selon l’extrême droite…
Un peu de lecture sur le fameux « Charles Martel » :

http://www.debunkersdehoax.org/tu-parles-charles-te-met-pas-martel-en-tete

Et un peu de défense intellectuelle contre la mainmise de l’extrême droite sur l’histoire :

http://www.leshistoriensdegarde.fr/

 

Sans l’islam, nous n’aurions pas d’appel au muezzin par haut parleur, comme à Nanterre.

Nous n’irons pas plus loin sur ce sujet qui mérite un article à lui tout seul. Nous y reviendrons dans un futur article…

 

Sans l’islam, nous n’aurions pas de revendications alimentaires dans nos cantines scolaires, dans les entreprises.

Oui et pas non plus de poissons le vendredi dans les cantines, l’agneau de pâques, la galette des rois, etc…

Nom d’un chien mais qui est ce que ça gène à part les « normopathes » « ethnocentristes »  de RL et de l’extrême droite ????

 

Sans l’islam, nous n’aurions pas d’accompagnatrices marquant leur religion par un voile lors des sorties scolaires.

Mais on ne l’a toujours pas…

Il faudrait se souvenir que les femmes « de nos campagnes bien dchez nous » n’auraient jamais eu l’idée de sortir découvertes, il y a à peine 40 ans.  Que dans les années 80, la non mixité était de mise dans les églises basques…
http://feemyrtille.canalblog.com/archives/2010/08/05/18747459.html

 

Sans l’islam, nos enfants ne seraient pas en danger, lorsqu’ils mangent halal sans que leurs parents ne le sachent, à cause du bacille e-coli, comme nous en alerte le docteur Alain de Peretti.

Oui. Et non.
http://www.lepoint.fr/societe/abattage-halal-ou-est-donc-passe-le-principe-de-precaution-21-02-2012-1433680_23.php
Par contre, on se demande pourquoi RL ne s’inquiète pas du casher….

 

Sans l’islam, il y aurait davantage de places dans nos prisons.

Voir notre article : http://www.debunkersdehoax.org/70-d-immigres-en-prison-ou-les-malheurs-des-fachos-avec-la-sociologie-et-les-statistiques

Encore et encore…

 

Sans l’islam, les Français ne connaîtraient pas la souffrance de voir leur pays défiguré.

Comment dire… Poliment….
Désolé là c’est Joker. Et sans racisme, xénophobie et les abrutis de RL notre pays serait-il plus beau ?
Oui certainement.

Sans l’islam, ils pourraient savourer les douceurs, les insouciances délicieuses et les frivolités légères qu’offre souvent la vie.

Alors là je veux qu’on nous explique au nom de quoi, de Zeus et de ses roubignoles:

 

l’Islam empêche-t-il cela ????
Ou alors les parano de RL ne sortent plus de chez eux ???? Mais dans ce cas là le problème vient d’eux…

 

Sans l’islam, les chers souvenirs resteraient doucement mélancoliques et ne seraient pas devenus des regrets brûlants de nostalgie et de rancœur.
Sans l’islam, le passé ne serait pas si présent, sans l’islam, l’avenir ne serait pas si terrifiant.

On dirait le refrain des vieux…. Des vieux qui regrettent leur passé et pensent que tout était mieux avant… Mais l’Homme a la mémoire courte, et tendance à oublier tout ce qui clochait « avant » pour ne garder de son passé qu’une image idéalisée, et sans doute pour les partisans de RL, bien plus blanche.

Quand on est con:


 

Sans l’islam, nous ne subirions pas dans la rue les tenues guerrières des salafistes en djellaba ou en kam de certains musulmans.

Avez-vous vu un terroriste islamiste en djellaba en France ? Si oui prévenez nous d’urgence !!!!
Ceux-là ne comptent pas, on vous prévient :

http://www.lanouvelletribune.info/insolite/16888-france-4-etudiants-sement-la-panique-dans-un-hopital-deguises-en-terroristes#!/ccomment-comment=137633

Le kam ????

Mais qu’est-ce donc que cette bête-là ??? Il nous a fallu un temps de recherche pour comprendre que les Tasin/Cassen parlaient du « qamis » http://fr.wikipedia.org/wiki/Qamis    ….
On sent qu’ils savent de quoi ils parlent, c’est rassurant…
Est-ce une obligation selon le Coran ?
Certainement pas :

http://havredesavoir.fr/le-qamis-et-le-jilbab-est-ce-la-sunna/

 

Sans l’islam, on pourrait consacrer davantage d’argent à nos malades et à nos retraités, sans oublier toutes les aides utiles qui font avancer une société.

Sous-entendu : les musulmans ne méritent pas leur retraite, ne méritent pas d’être soignés, et ne font pas avancer la société. Bravo.

 

Sans l’islam, nous ne subirions pas, un mois par an, le cirque du ramadan, avec le bruit, les violences et les entreprises désorganisées.
Sans l’islam, après le ramadan, il y aurait moins d’absentéisme à l’école.

Encore et toujours le facho recycle sa propre prose, il aime s’écouter parler et ânonner les mêmes sempiternels mensonges :

http://www.debunkersdehoax.org/hoaxes-en-vrac-autour-du-ramadan-par-riposte-laique

 

Sans l’islam, nous n’aurions pas des abattoirs mobiles où les jeunes garçons prennent l’habitude de voir égorgés des animaux de manière barbare.

C’est vrai. Et si nous n’avions pas des films américains violents glorifiants la violence non plus. Et si nous n’avions pas la chasse et la corrida non plus…

 

Sans l’islam, nous n’aurions pas des clips agressifs, sexistes et racistes de rappeurs haineux.

Il nous semble exister des rappeurs non musulmans et même qui semblent ne pas aimer l’Islam, Fifty Cent ou Eminem pour ne citer qu’eux. Ils sont certes américains, mais n’oublions pas que d’après RL, l’Homme définit sa nationalité plus par son rapport à la religion qu’à son droit du sang ou du sol. Mais que RL se rassure, on trouve maintenant des rappeurs d’extrême droite qui porteront leur bonne parole :

http://rapaces.garap.org/communiques/comm04.htm

http://www.lepoint.fr/societe/akhenaton-on-aura-un-jour-un-rap-d-extreme-droite-21-11-2014-1883315_23.php

 

Sans l’islam, les sites internet ne seraient pas pollués par des messages haineux et menaçants, qui nous menacent de mort, disent qu’ils vont faire la loi dans notre pays, et que nous sommes foutus.

Au hasard un petit texte :

«  Les musulmans, qu’ils soient Français ou pas, auront donc le choix. S’ils veulent rester en France, ils seront dans un pays où disparaîtra toute visibilité de l’islam, le voile, le kami, l’abattage rituel, les boucheries halal, les prénoms musulmans, les mosquées… Les nés-musulmans pourront alors librement abdiquer l’islam et devenir apostats ou pratiquer leur culte de façon totalement privée, chez eux, sans en faire état. Si cela ne leur convenait pas, ils auraient le droit de gagner un des cinquante-sept pays musulmans de la planète où règne la charia. À cela s’ajoutera un moratoire sur l’immigration s’accompagnant de mesures de préférence nationale pour les prestations sociales, afin de supprimer l’appel d’air permanent qu’elles suscitent. Bien sûr, il faudra ou sortir de l’Union européenne ou la faire exploser puisqu’elle voudra nous empêcher de faire la loi chez nous, et reconstituer une Europe des nations.
Bien sûr, il y aura contestations, émeutes et même menaces terroristes. Le pouvoir y mettra fin grâce à sa détermination sans faille, et, s’il faut sacrifier quelques extrémistes pour redonner à 65 millions d’habitants paix et protection, il faudra faire savoir que l’armée, dépêchée à chaque menace, n’hésitera pas à tirer dans le tas. C’est terrible, mais il n’y aura pas d’autre solution pour calmer le jeu et imposer notre loi. » C. Tasin

C’est vrai que comme « message haineux et menaçant, qui nous menace de mort, dit qu’ils vont faire la loi dans notre pays, et que nous sommes foutus », Madame Tasin nous montre l’exemple.

 

Sans l’islam, nous ne partagerions pas les angoisses de Michel Onfray, jugeant que dans cinquante ans, notre pays sera intégralement sous domination musulmane.

Onfray a définitivement sombré… tristesse :

http://blogs.mediapart.fr/blog/clement-dousset/191113/michel-onfray-nouveau-soldat-contre-lislam-et-les-musulmans

Mais en plus, il ment :

http://www.hoaxbuster.com/hoaxliste/invasion-musulmane-bis

Allez encore un effort Michel, et un poste de sous-secrétaire d’état vous sera réservé dans un hypothétique gouvernement Le Pen.

 

Sans l’islam, nos enfants ne seraient pas confrontés à un choix terrible : devenir résistants ou dhimmis, avec forcément beaucoup de dégâts dans les deux cas.

Nous vous proposons une autre alternative. Dire que l’islamisme terroriste a un discours totalitaire qui ressemble singulièrement à tous les discours de l’extrême droite française.
Cela fait de vous un anti fasciste.

 

La France ne redeviendra un pays formidable que quand elle se sera débarrassée définitivement de l’islam.

Et de Dupont/Tasin et de Dupond/Cassen, les deux duettistes en goguettes qui vivent comme des tiques sur le racisme français.

 

Pour un pays formidable, nous militerions plutôt pour nous débarrasser du racisme ambiant tel que celui colporté et attisé par Mme Tasin et M. Cassen. Chacun ses priorités.

 

Il ne vous est pas interdit de faire suivre cet email d’un journaliste en colère

 

Du moment qu’il est accompagné de notre « débunkage », vous pouvez y aller !


Debunked !!!



19/02/2015
21 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2323 autres membres