27 août 2018 | 2059 vues | "Les musulmans nous envahissent", Anti-intox, Inclassable

Fantasmes de l’extrême droite sur « la division du monde selon l’Islam »

Dar al-Islam et Dar al-Harb

Connaissiez vous ces deux notions: la terre d’islam (Dar al-islam) et la terre de la guerre (Dar al-harb)? C’est normal, car c’est un croquemitaine de l’extrême droite:

A.− Monstre imaginaire, fantastique et effrayant, de certains contes de fées, qu’on évoque pour faire peur aux enfants et dont on les menace pour s’en faire obéir. Une voix de croque-mitaine (Zola, Fortune Rougon,1871, p. 183).Prends l’arme de ce héros; Puis, en vrai croquemitaine, Tu feras peur aux marmots (Béranger, Chans.,t. 2, 1829, p. 184).Les mythes du loup, du coucou, du croquemitaine (Arts et litt.,t. 1, 1935, p. 8013).

C’est une notion qui est régulièrement utilisée pour prouver au bon chaland naïf combien l’Islam est méchant et combien il complote pour asseoir sa domination mondiale… Et pour se faire les exemples ne manquent pas, celui-ci par exemple, trouvé ces derniers jours:

La "terre d’islam" (Dar al-islam) et la "terre de la guerre" (Dar al-harb)
La « terre d’islam » (Dar al-islam) et la « terre de la guerre » (Dar al-harb)

Selon l’Islam, le monde se divise en deux catégories, la terre d’islam (Dar al-islam) et la terre de la guerre (Dar al-harb).

Un pays du Dar al-islam est caractérisé notamment par la liberté de la pratique islamique, ce qui peut se manifester par la possibilité de faire l’appel à la prière du haut des minarets. De fait, tout pays accueillant sur son sol une mosquée avec minaret, et dont l’imam du lieu effectue l’appel à la prière via ce même minaret, sera considéré comme Dar al-islam. A noter qu’un « Dar al-islam » à vocation à être gouverné par la Charia.

Il est à noter que l’actuel organe de propagande de daesh utilise ce concept, puisqu’il porte le nom de « Dar al-Islam »(anciennement « Dabiq » selon l’eschatologie particulière des sectaires de daesh).

Est-ce-que pour autant cette notion est elle judicieusement utilisée par l’extrême droite? Ces termes sont ils couramment utilisés dans les pays musulmans?

1)  Un terme « Islamique »?

Soyons clair: en aucun cas. AUCUN de ces termes n’apparaît ni dans le Coran, ni dans les hadiths. Ce sont des termes juridiques que des juristes développèrent dès le début de l’expansion de l’Islam. Cependant, il n’existe pas UNE juridiction de l’Islam… Tout simplement parce que, comme la chrétienté, l’islam est divisé en école.
Pas plus qu’il n’y a « UNE chrétienté », il n’y a « UN islam ». Tous les courants, toutes les écoles prétendant avoir raison.
Pour simplifier l’islam est divisé en trois courants:

Chacun de ces courants à des visions extrêmement différentes de la religion musulmane, mais ce n’est pas tout.
Le Sunnisme se subdivise en 4 écoles juridiques, 2 écoles théologiques, et enfin une tendance philosophique: le Soufisme. Même problème pour le chiisme. Trois grandes tendances forment l’essentiel du monde chiite d’aujourd’hui : le chiisme duodécimain, le chiisme septimain, dit aussi ismaélien, et les zaïdites. Et de même façon de nombreuses écoles existent. Et vous l’aurez compris, de même façon pour les kharidjites.
Et nous n’évoquerons pas les écoles ou courants disparus…

Mais ce résumé nous donne une idée de la multiplicité de possibilité interprétation de telles notions juridiques! Un site spécialisé dans l’interprétation de l’Islam consacre même un article sur le sujet. D’ailleurs d’autres termes sont apparus au cours de l’histoire musulmane.

Autant dire que pour une interprétation universelle, on repassera…

2)  Le mot « Harb »

Là aussi, pas d’interprétation unique possible. « Dar al-Harb » signifie le « domaine de la guerre » (en arabe : دار الحرب). Sauf que comme le mot « Jihad », ce terme a une multiplicité de sens. Le mot « Harb » signifie « guerre » dans divers sens du terme, guerre militaire de conquête, mais aussi « guerre » religieuse aux autres cultes et croyances, c’est-à-dire effort prosélyte et missionnaire.
Et dans un tel sens n’est ce pas ce que font TOUTES les religions?????

3) Le mot et son sens

Comme si ce n’était déjà pas assez compliqué, il faut QU’EN PLUS l’extrême droite donne sa propre interprétation…
On sait que ce courant politique se moque complètement de l’histoire qui n’a qu’un sens politique et n’a aucune valeur scientifique.

« L’histoire qui sert, c’est une histoire serve. » Lucien Febvre

  • 1er exemple

Dans notre capture qui sert de base à cet article voici comment le/les admins de ce site néo nazillon interprètent les sens de « dar al-islam »:

Un pays du Dar al-islam est caractérisé notamment par la liberté de la pratique islamique, ce qui peut se manifester par la possibilité de faire l’appel à la prière du haut des minarets. De fait, tout pays accueillant sur son sol une mosquée avec minaret, et dont l’imam du lieu effectue l’appel à la prière via ce même minaret, sera considéré comme Dar al-islam. A noter qu’un « Dar al-islam » à vocation à être gouverné par la Charia.

Sauf que non. Comme on l’a vu il existe une multiplicité d’interprétation, comme l’explique ce site théologique musulman. La page « ligue des nations » utilise une définition ambiguë qui sert à effrayer ses lecteurs. Le but est de convaincre qu’autoriser le culte musulman sur son territoire, c’est ouvrir un cheval de Troie à la charia. Ce qui est faux.

  • 2ème exemple

Cette capture donne encore une autre version:

Le concept de dar al-islam et la loi en occident
Le concept de dar al-islam et la loi en occident

Avec un passage tout à fait remarquable, et parfaitement mensonger:

La division Dar al-Islam ou « domaine de la soumission à Dieu » signifie que le terrain sur lequel est bâtie une mosquée devient d’office une terre islamique et ne peut plus redevenir une terre d’infidèles.

Plus vous construisez, plus vous vous assurez de la non-survivance d’une civilisation ou dogme religieux antérieurs à celui de l’islam.

Nous parlons donc d’un projet politique et non d’un besoin urgent pour des fidèles de posséder partout et souvent plusieurs mosquées dans une même ville sous le fallacieux prétexte que certaines se différencient par leurs rites.

L’extension des territoires devenus « purs » dans le langage du dogme islamique ne souffre aucun retour vers une autre foi ou tout bonnement une autre entreprise.

Disons le de suite, c’est du pur délire. Là nous ne sommes plus dans la petite interprétation, mais l’invention caractérisée. Nulle part nous n’avons trouvé cela. Ce qui ne veut pas dire que certains mouvement intégristes musulmans n’aurons pas cette interprétation, mais elle n’est pas majoritaire dans le monde musulman. Tellement, que nous ne l’avons pas trouvé!

  • 3ème (et dernier) exemple

Le dar al-islam selon Millières (Dreuz)
Le dar al-islam selon Millières (Dreuz)

Dans la vision du monde inhérente à l’islam, le monde se divise fondamentalement en deux : le dar al islam, territoire déjà conquis par l’islam, et le dar al harb, territoire de la guerre, ou territoire pas encore conquis par l’islam, et que l’islam doit conquérir. Tout territoire qui a été un jour territoire conquis par l’islam est censé, selon l’islam, l’être à jamais. Une part de l’Europe a été un jour territoire conquis par l’islam. Cette part de l’Europe doit, selon l’islam, revenir à l’islam. Le reste de l’Europe est censé être dar al harb. L’islam y mène la guerre pour que cette part de l’Europe rejoigne le dar al islam… Pour que ce soit le cas, les dirigeants de cette part de l’Europe doivent se montrer soumis, et les populations que ces dirigeants régissent doivent elles-mêmes se montrer soumises. Les dirigeants de cette part de l’Europe, dont les deux tiers de la France, la Belgique ou l’Allemagne, font partie, tiennent, fondamentalement, le discours de la soumission. Les populations que ces dirigeants régissent, en leur grande majorité, se montrent soumises.

Cette fois, on ne rigole plus, là la réalité des termes est carrément abolie. Pour Millières, « islam »=guerre.

4) Et « Eurabia » dans tout cela?

Et oui comme vous l’avez vu la carte comporte la mention de la très navrante thèse complotiste d’extrême droite d’Eurabia. Nous n’y reviendrons pas, car le sujet est abordé un peu plus en avant dans un autre de nos article, détaillant cette vision « néo conservatrice ».

 

CONCLUSION
Une fois de plus, la conclusion est sans appel, l’extrême droite ment, interprète comme cela l’arrange au mépris de toute vérité historique. Ca n’est pas nouveau. Mais nous ne conclurons pas définitivement ce petit article sans une remarque sur quelque chose qui nous semble assez savoureux.
Il nous semble tout de même assez incroyable que ce soient des groupes glorifiant la « civilisation occidentale », son passé, son présent et son avenir qui se préoccupent de savoir si un hypothétique « front musulman mondial » s’aviserais de faire la guerre à ce même occident. Venant d’un continent dont les pays ont porté la guerre, la colonisation, la conversion religieuse, au prix de massacres sans noms au cours de l’histoire, reconnaissons le: c’est assez savoureux. Mais sans doute assez significatif du raisonnement paranoïaque qui caractérise la pensée d’extrême droite. La « projection », mode dé défense favori du paranoïaque est de transférer sur les autres les pensées, les raisonnements et les pulsions que l’on a soi-même.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur de l’article : Sutter Cane

Sutter Cane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *