30 juillet 2022 | 2252 vues | Actualité(s), Inclassable

Bigard et Dieudonné en spectacle : une question éthique

Foutu pour foutu…

Temps de lecture : 3 minutes

Dieudonné annonce une nouvelle tournée et un nouveau spectacle avec Jean-Marie Bigard cette fois-ci.

Nous n’avons pas grand chose à debunker sur ce coup là, c’est égalité et réconciliation qui nous annonce la nouvelle : le grand retour de l’humour. Dans une vidéo d’une vingtaine de minutes, Dieudo nous fait son numéro et annonce un « dernier exploit ».

On attend que Bigard relaie lui-même l’annonce pour être sur de notre coup, quelques éléments nous laissent songeur pour le moment. Mais quoiqu’il en soit, cette annonce s’inscrit dans une évolution logique de cette sphère. (voir Addendum en fin d’article)

Bon, en un mot comme en cent, on est rôdé à son sens du show. Dans sa vidéo, il passe plus de temps à s’en prendre à Eli Semoun et la communauté juive que de faire la promo de la tournée. Le blabla antisémite classique de la Dieudosphère.

Dieudonné continue de tourner en rusant comme il peut. Effectivement, le triste pitre est personna non grata à peu près partout. Et même, à force de la faire à l’envers, de réserver des lieux, d’en détourner l’usage et d’y faire ses spectacles, il arrive que ça finisse mal.

Mais on le connait, tout ça est très convenu. Attachons à regarder la nouveauté dans cette affaire.

Foutu pour foutu, un titre qui s’impose de lui même

C’est Dieudonné qui le dit, et pour une fois, il n’a pas complètement tort. Ce qui est plus intéressant, ce sont les enseignements que l’on peut en tirer.

Dans quel merdier est allé se fourrer Bigard ? Pourquoi faire un spectacle Bigard Dieudonné, avec tous les doutes que ça inspire ? Parce que justement ça sent le souffre. Parce que justement, à force de se construire un personnage de rebelle, le risque c’est la surenchère. Et Bigard ne fait rien à moitié. Après l’antisémitisme, place au virilisme et la vulgarité comme attribut de bouffon. Bouffon est d’ailleurs un statut qu’il revendique. On rappellera au passage que le bouffon est l’amuseur du prince, pas du peuple, mais ne perdons pas de temps en détail.

Donc, l’idée est de « montrer qu’on a des couilles ». On est pas non plus vraiment surpris par la colossale finesse du propos.

Humour, politique et complotisme… Jean-Marie Bigard, du rire au pire – Le 22 octobre 2021

Comment on peut pulvériser tout sens de l’éthique ? C’est l’ostracisation qui a poussé Bigard dans les bras de Dieudonné, au point de montrer un spectacle et d’organiser une tournée de 70 dates, avec tous les moyens et l’organisation que ça implique.

C’est un long cheminement d’un comédien grossier et vulgaire, sur la pente descendante qui s’est retrouvé à prendre une position politique, puis une autre… Et des gilets jaunes aux anti-masques, Jean-Marie Bigard a utilisé sa grande gueule et a finit par s’isoler. Et aujourd’hui, dans le monde parallèle de la fachosphère et de la complosphère, c’est logique de se dire « foutu pour foutu » et de surenchérir dans la provocation.

Il est loin le temps où Bigard se rêvait en nouveau Coluche.

Conclusion

Le grand gagnant dans cette affaire, c’est Dieudonné, pas Bigard qui ne remplit déjà plus ses salles comme pour son dernier spectacle. Jean-Marie Bigard s’est foutu tout seul dans cette galère le jour où il a mis un gilet jaune, à grand coup de provoc et de démagogie. Aujourd’hui, il part en tournée avec le plus sulfureux des antisémites.

La question qui se pose aujourd’hui est éthique : doit-on jouer la provoc jusqu’à se retrouver aux côtés de la fachosphère, ou le jeu n’en vaut pas la chandelle et la célébrité ne mérite peut être pas de renoncer à certains principes.

Mais c’est de l’humour, hein….

Addendum

Il y a de fortes chances qu’il s’agisse d’un fake venant de la Dieudosphère, il n’y aura à priori pas de spectacle Dieudonné Bigard. Ce dernier niant toute implication dans l’histoire.

En revanche on peut quand même rester circonspect sur cette affaire et ses enseignements.

  1. On a quand même dans l’idée qu’il y a eu des contacts et que l’idée a existé malgré tout.
  2. Par contre, on voit que Dieudonné ne recule plus devant rien pour un peu de visibilité. L’éthique, il s’assoit dessus (mais ça on le savait déjà)
  3. C’était plausible. Et si ça l’était, c’est parce que le personnage de Bigard suit cette évolution. La question éthique s’est donc posée de son côté, dans un sens tant mieux. Mais il est tout de même déjà très tard.
On ne peut pas dire qu’on avait envie d’y croire. On a écrit ce billet par agacement, et il y a de quoi. On ne va pas le supprimer pour garder trace de ça. On va quand même garder un oeil sur cette affaire, notre petit doigt nous dit qu’il y aura du nouveau assez vite.

Auteur de l’article : Pavel DBK

Laisser un commentaire