Debunkers des rumeurs / hoax d'extrême droite

Debunkers des rumeurs / hoax d'extrême droite

Fausse citation attribuée à d'Ormesson par "la gauche m'a tuer"

"La gauche m'a tuer" vient encore de jouer et de perdre au jeu des citations mal attribuées:

 

CGT D'ormesson.png

 

Il est vrai que sur la fachosphère, on la voit systématiquement attribuée à d'Ormesson.
Le classique "argument d'autorité", tirée du bréviaire de propagande de frère borowski de la sainte propagande.

Pourtant, on la trouve surtout (et habituellement) attribué à Coluche qui dans le style en avait deux autres:

Le capitalisme, c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme, c'est le contraire !

  • Les syndicats et le délégué, Coluche, album Coluche : l'intégrale, vol. 3, 1989 chez Carrère.

 

La CGT : le Cancer Généralisé du Travail; à ne pas confondre avec FO; Farce Ouvrière. Krasucki n'est pas d'accord avec cette définition; il a raison, le cancer évolue - la CGT, non.

  • PC, CGT, Russie, Pologne

 

 

Rappelons le contexte: fin de la guerre froide, collusion dictature Soviétique avec le PCF de l'époque et la CGT était alors la courroie de transmission du PC. Effondrement progressif du PCF. Quand à Coluche il joue un sketch. Lorsque Desproges joue un personnage violemment antisémite personne ne peut croire qu'il l'est. Idem pour Coluche qui a toujours soutenu plutôt les forces de gauche quitte à les critiquer lorsqu'elles étaient trop molles ou se détournaient de leurs objectifs.
C'est que Desproges explique par cette phrase:

"On peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui".

 

 

 

Alors le rire, parlons-en et parlons-en aujourd'hui, alors que notre invité est Jean-Marie Le Pen. Car la présence de Monsieur Le Pen en ces lieux voués le plus souvent à la gaudriole para-judiciaire pose problème. Les questions qui me hantent, avec un H comme dans Halimi sont celles-ci :

Premièrement, peut-on rire de tout ?

Deuxièmement, peut-on rire avec tout le monde ?

À la première question, je répondrai oui sans hésiter, et je répondrai même oui, sans les avoir consultés, pour mes coreligionnaires en subversions radiophoniques, Luis Rego et Claude Villers.

S'il est vrai que l'humour est la politesse du désespoir, s'il est vrai que le rire, sacrilège blasphématoire que les bigots de toutes les chapelles taxent de vulgarité et de mauvais goût, s'il est vrai que ce rire-là peut parfois désacraliser la bêtise, exorciser les chagrins véritables et fustiger les angoisses mortelles, alors, oui, on peut rire de tout, on doit rire de tout. De la guerre, de la misère et de la mort. [...]

Deuxième question : peut-on rire avec tout le monde ?

C'est dur… Personnellement, il m'arrive de renâcler à l'idée d'inciter mes zygomatiques à la tétanisation crispée. C'est quelquefois au-dessus de mes forces, dans certains environnements humains : la compagnie d'un stalinien pratiquant me met rarement en joie. Près d'un terroriste hystérique, je pouffe à peine et, la présence, à mes côtés, d'un militant d'extrême droite assombrit couramment la jovialité monacale de cette mine réjouie dont je déplore en passant, mesdames et messieurs les jurés, de vous imposer quotidiennement la présence inopportune au-dessus de la robe austère de la justice sous laquelle je ne vous raconte pas.

Desproges au "Tribunal des Flagrants Délires", invité JM Le Pen

Fin de l’aparté.

 

En l’occurrence, la citation attribuée à d'Ormesson est d'André Frossard:

 

“Je n'ai jamais très bien compris pourquoi une semaine de grève s'appelle une semaine d'action.” Les Pensées

 

 

En conclusion, on ne se posera pas la question de savoir pourquoi borowski tente de nous faire passer qu'il faille que la CGT disparaisse. C'est dans l'air du temps et dans le discours de chaque fasciste. Les syndicats foutent la merde empêchent de travailler, cassent. Bien sûr, c'est le même qui défendra les bonnets rouges, les excités de l'Action française ou de la manif pour tous, les taxis, la FNSEA, etc... En fait la violence est acceptée quand elle vient de son camps.
Exit les classes sociales et la nécessité de lutter (parfois violemment) pour ses acquis sociaux et ses droits.
Petite musique de petite propagande d'une tout petit politocard.

Debunked !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



25/04/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2323 autres membres