Debunkers des rumeurs / hoax d'extrême droite

Debunkers des rumeurs / hoax d'extrême droite

Exclusivité Debunkers : non, les 2 homos agressés à Nice ne soutiennent pas le Bloc Identitaire.

14 mai 2013.

Court extrait d'un article à paraître du journaliste professionnel , Jean-Christophe FELT : 

Internet, véritable force de frappe pour les identitaires

Les Debunkers ont son autorisation pour une reproduction partielle, en avant-première.

Voici les propos recueillis par J-C.  Felt auprès des  deux jeunes niçois, qui avaient été agressés en raison de leur homosexualité, le 23 avril.

Et en dessous, notre première contre-intox  publiée  le 30 avril 2013.

Les 2 jeunes niçois confirment, de nouveau, que s'ils se sont rendus au rassemblement qu'avait organisé, sans les consulter, "Nissa Rebella",  le nom local du Bloc Identitaire, ce n'était pas du tout en approbation des Identitaires, bien au contraire.

Les identitaires , impliqués dans la nébuleuse "Printemps français", voulaient faire croire que l'agression était un acte de "racisme antifrançais", voulaient aussi faire croire que les deux victimes  soutenaient ces détournement de leur image et déformation des  faits.

Pourtant, et  sans vergogne,  le site "Novopress" , prétendue agence de presse, en réalité site de lancement d'intox des identitaires,  a persisté dans la falsification délibérée.


« Nous y sommes allés par curiosité, pour nous assurer qu’ils ne distribueraient pas de tracts avec ma photo dessus », explique l’intéressé, « Ce qu’ils ont fait ! Ensuite, Philippe Vardon est venu nous parler pour nous expliquer son combat. Nous l’avons écouté, mais je lui ai dit qu’il ne fallait plus qu’il utilise ma photo car je ne suis pas d’accord avec leur opinion »

 

NB : l'article à paraître de Jean-Christophe FELT  contient d'autres exclusivités sur Novopress ......

________________________________

"Nice, l'agression des 2 homos, c'était du racisme anti-français" : récupération et falsification des identitaires

30 avril 2013    En bas : MISE A JOUR 30 avril 18h15

Décidément, au Bloc Identitaire, on ne recule devant aucune récupération, devant aucune falsification.

 

"A Nice, les Identitaires viennent rappeler que l’agression de deux homosexuels était surtout FRANCOPHOBE."

"Les victimes elles-mêmes sont venues assister à ce rassemblement et écouter l’intervention de Philippe Vardon, qui a pu s’entretenir longtemps avec elles à l’issue du rassemblement. Raphaël reconnaissait lui-même que le caractère francophobe de son agression avait été totalement laissé de côté par les grands médias."

 

En réalité si Raphaël et son ami étaient présents à ce rassemblement du Bloc identitaire de Nice, ce n'était aucunement pour dire leur approbation.

Les deux victimes entendaient protester contre la récupération de leur image par les néofascistes du Bloc Identitaire.

Et surtout, ils dénoncent la falsification opérée par les extrêmes-droites :

"l'agression était avant tout  HOMOPHOBE !"  réaffirme Raphaël .

 

                              La réalité  :                                                         L'intox :



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  •  Rappel des faits :

Le Parisien, 22 avril 2013 :   .... Sur sa page Facebook , l'une des deux victimes a raconté l'agression survenue samedi matin à 5 h 35 en plein centre-ville, accompagnant son récit d'une photo de son visage tuméfié. «On sortait de boîte de nuit gay avec mon copain. On ne se tenait pas la main, on ne s'embrassait pas non plus», précise Raphaël , 24 ans, danseur de cabaret. «Deux minutes seulement après être sortis, trois mecs nous appellent - Hé les gays !-, dont un qui nous court après et se met devant nous», raconte-t-il.
Après avoir réclamé une cigarette, qu'ils n'avaient pas, un des agresseurs a demandé à son compagnon, âgé de 20 ans: «Français ou Tchétchène ?». Celui-ci a répondu : «Français». Les agresseurs lui ont alors fait une clé d'étranglement, l'ont mis à terre et frappé «à la mâchoire et dans le cou», raconte-t-il.
Raphaël Leclerc raconte avoir lui aussi pris des «coups violents à la tête» et affirme avoir brièvement «perdu connaissance». Quand il s'est réveillé, sa tête était en sang.

 

Comme le dit Raphaël, la demande de cigarette n'était qu'un prétexte des agresseurs pour les "accrocher", de même que la question "Français ou tchéchène ?"  (rappelons que l'agression a eu lieu au moment à la Une de l'actualité se trouvait l'attentat de Boston, dont les auteurs sont deux jeunes américano-tchéchènes). 

C'est bien en tant que gays qu'ils ont été identifiés et agressés, et non pas parce qu'ils ont répondu "français" à la question-prétexte.

On peut d'ailleurs supposer que l'agression aurait été encore plus violente s'ils avaient répondu différemment... 

 

  • "On n'est pas homophobes, mais ...."

Les extrêmes-droites (dont bien sûr le Bloc Identitaire aussi)  ne peuvent supporter l'existence d'un gouvernement de gauche, même très très très modéré comme celui de F. Hollande.  Et depuis 6 mois,  elles s'agitent en tous sens et présentent le droit au mariage pour tous comme une catastrophe pour la civilisation ( cf ce député  UMP "avec cette loi, vous assassinez les enfants!" ).

Pour tous ces gens-là, les homos ne seraient pas  dignes de se marier, et encore moins capables d'élever des enfants.  Et lorsqu'on assiste  à des débordements et agressions homophobes, ils prétendent n'y être pour rien !

 

  • Les anti mariage-gays encouragent l'homophobie.

A Lille, les auteurs d'une agression ont été clairement identifiés : des  prétendus"patriotes" à crâne rasé, tels qu'on les affectionne au Bloc identitaire.   Doit-on s'étonner que les identitaires aient  conservé un silence pudique ?   Portraits et relations des néo-nazis ayant attaqué le bar gay du Vieux-Lille

 

BFM-TV, 17 avril 2013 :  Trois fois plus d'actes homophobes signalés début 2013

(.... ) Violences physique, insultes, discriminations au travail, dans la famille ou dans le voisinage: les raisons d'appeler ont triplé, selon SOS homophobie. Entre janvier et février, l'association a reçu autant d'appels qu'en un semestre en 2012.

"A Noël, les actes homophobes sont toujours plus nombreux avant de baisser en janvier, mais pas cette année. En janvier, ils ont continué à augmenter et nous avons reçu quatre fois plus d'appels que le même mois en 2012", déclare Elisabeth Ronzier à BFMTV.com.

La présidente de SOS homophobie ajoute: "Nous avons observé une baisse des appels juste après le débat à l'Assemblée sur le mariage pour tous puis ça a repris en mars, où ils ont triplé par rapport à 2012."

"Une conséquence du climat actuel autour du mariage pour tous"

Pour autant, les actes homophobes en eux-mêmes n'ont pas forcément triplé ces derniers mois. "Ils ont augmenté, c'est sûr", affirme Elisabeth Ronzier, "mais c'est aussi une conséquence du climat actuel, autour du mariage pour tous, qui pousse davantage de victimes à témoigner, elles en ont besoin. C'est très dur d'entendre que les homos ne sont pas capables d'élever des enfants, qu'ils ne sont pas normaux et qu'ils mènent à la fin de la société", raconte la présidente de l'association.

Contacté par BFMTV.com, l'Office national de la délinquance ne peut pas attester de l'augmentation des violences physiques à caractère homophobe, faute de recul sur un temps si court.

Six fois plus de demandes au Refuge sur un an

Mais le Refuge note également une augmentation des demandes. Frédéric Gal, le directeur général de cette association d'aide à des jeunes majeurs victimes d'homophobie et de rejet familial, avait constaté une forte augmentation des demandes de logement au court de l'année 2012. Des demandes qui restent fortes en 2013.

"Nous avons reçu 460 demandes de jeunes homosexuels rejetés en janvier 2013 contre environ 70 en janvier 2012", compare ainsi Frédéric Gal qui explique ces chiffres: "Cette hausse est en partie due au débat sur le mariage pour tous qui fait rejaillir des tas de propos que l'on n'entendait pas avant." (.....)

 

  •  La fabrication de faux, méthode habituelle de l'extrême-droite

Le Bloc Identitaire est coutumier  du travail de faussaire. En voici trois exemples :

"Islamisation des collégiens de la Roche sur Yon" : Exemple de la technique de fabrication de hoax

« Les musulmans veulent l’interdiction des croix vertes des pharmacies » : intox fabriquée par identitaires

"Avec sa mosquée, le maire de Talence appliquera bientôt la Charia" : comment le Bloc Identitaire fabrique ses intox

Une méthode  de faussaire qui se répand dans toutes les droites.

Exemple avec cet UMP, Samuel Lafont.  Vous savez bien ...celui qui est devenu célèbre, via twitter et facebook,  celui qui s'était fait "agresser par des pro-mariage pour tous",  -  euh non pardon, "par des roms", - euh non, pardon par des cubains, pour une histoire de "mauvais regard"... Mais oui, celui-là qui ne s'était pas gêné pour truquer et diffuser une photo d'une manifestante en faveur du mariage pour tous ...   

Montage photo anti-mariage pour tous : encore 1 de chopé, Samuel Lafont de l'UMP !

 

MISE A JOUR 30 avril 18h15   La Dépêche : Poitiers. Une jeune fille victime de deux agressions homophobes en 48 heures

Une jeune étudiante de 17 ans a été victime de deux agressions homophobes en 48 heures dans la ville de Poitiers, selon les informations de France 3.

Cette jeune fille qui se revendique comme lesbienne et militante du Nouveau parti anti-capitaliste a été agressée la première fois le dimanche 21 avril, après une manifestation pour le « Mariage pour tous ». "En regagnant mon domicile en plein centre de ville de Poitiers, deux hommes avec une carrure imposante m'ont arrêtée. Ils m'ont lancé des insultes homophobes et reproché mon appartenance à l'extrême-gauche. Ils m'ont mise à terre et m'ont frappé violemment. Je n'ai rien pu faire d'autre que d'essayer de me protéger avec mes bras" a expliqué l'étudiante de 17 ans. Cette dernière n'avait cependant pas porté plainte pour ne pas « inquiéter ses parents".

Mais, deux jours plus tard, le jeune fille a subit une seconde agression similaire. Sous le choc, la jeune femme a confié : « Un homme s'est approché, m'a frappé au visage avant de partir en courant sans dire un mot. Je me suis effondrée une nouvelle fois". Marquée par ces événements, la victime a confié avoir perdu le sommeil et l'appétit et avoir du mal à sortir seule de chez elle.



14/05/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2614 autres membres