10 février 2023 | 1282 vues | Anti-intox, Inclassables

Verity France, une officine antivax

Temps de lecture : 8 minutes

Mais qui est l’association Verity France ? L’un de nos membres a pris cet autocollant en photo il y a quelques temps, et force est de constater que tout cela est bien mystérieux. Mais dans un contexte post-Covid*, on a quand même quelques soupçons. Alors on va regarder ensemble ce qui se cache derrière et si notre intuition se vérifie.

photo autocollant association verity france

Pour vérifier notre intuition légendaire, on va donc tirer le fil. Et on va vous expliquer comment on s’y est pris, étape par étape.

C’est quoi l’association Verity France

Tout commence donc avec cet autocollant. Dans l’ordre :

  • Un hashtag #Sofia
  • le nom de l’association et son logo
  • l’adresse du site
  • Un qrcode

Notre enquête commence donc avec le QR code

On commence à être rôdé pour les QR code, et pour le coup c’est grâce au Covid. Et ce scan renvoie d’abord à une erreur 404 sur le domaine www.actiontemoignages.fr. Quelques temps plus tard, on retente d’aller sur ce site qui affiche cette fois un trombinoscope. Les photos de personnes décédées défilent (des photos publiées avec l’autorisation des proches)

capture action témoignage
Quand on scanne le QR code on tombe sur ce site.

Le site internet

Comme à ce moment là, le QR code ne donne rien, on va consulter l’url du site sur le sticker. Sur la page d’accueil se trouvent trois portraits dont celui d’une jeune fille entre deux autres avis de décès d’adolescent.

Notre fille Sofia, jeune fille de 16 ans, est décédée le 21/09/21.

Voici donc la Sofia de l’autocollant. Sous ces portraits, une brève présentation de l’association, de sa croisade pour la vérité, mais aucune occurrence du mot vaccin sur la page d’accueil. Jusque là, rien d’alarmant. Il faut aller un peu plus en profondeur dans le site, lire les portraits et tous impliquent le vaccin à ARN messager contre le Covid, c’est à dire les Pfizer et Moderna.

La directrice de la publication est une certaine Emilie Nicolas, une webmaster basée en Corse qui revendique 15 ans d’expérience comme ingénieure de la santé.

Le logo

Regardons maintenant le logo de l’association. Une pieuvre enserre le V de vérité (le V pour Verity, pas pour vendetta) à l’image des serpents du caducée. Pour des esprits un peu chagrin qui en ont vu dans ces sphères, la pieuvre n’est pas un symbole innocent. Il invoque un imaginaire fait d’une menace gloutonne, de puissances voraces et de secret.

logo Verity france
Le logo de Verity france

On retrouve cette imagerie essentiellement dans des caricatures antisémites, mais soit, pas seulement. Un logo qui a une légère coloration complotiste, donc.

L’association Verity France

Regardons maintenant qui a crée ce collectif.

Nous sommes en 2021, les vagues se succèdent et le système de santé tient bon gré mal gré. Des gens meurent et les chiffres sont vertigineux. Parmi eux, certains décès sont à première vue difficilement explicables. Des cas vont être médiatisés, un peu. Comme pour Maxime, 22 ans, décédé le jour de sa vaccination. Ou le cas de Sofia, 16 ans, décédée quelques jours après sa première injection. Encore la Sofia de l’autocollant !

Ces histoires sont tragiques. En tant que parents pour la plupart, nous même savons à quel point c’est une hantise de devoir faire le deuil de son enfant. Et d’autant plus difficile que les services de l’état sont débordés et s’avèrent retord pour accompagner ces familles dans leur douleur.

L’autopsie du jeune Maxime ne livrera pas de conclusions claires. Son père, Frédéric Beltra fera une première vidéo faisant un lien entre le vaccin et le décès de son fils. Puis appellera au calme.

Début 2022, deux familles (Benharira et Macip) se joignent aux Beltra pour créer l’association Verity France. Géographiquement, les trois enfants étaient respectivement de Sète, Gardanne et Beziers. L’association est crée le 10 janvier 2022 et enregistrée à Saintes-Maries-de-la-Mer et ses status sont déposés :

Objet : regrouper les familles ayant été victimes d’effets secondaires ou de difficultés à la suite des vaccinations contre la COVID ; Assister ces familles par un soutien, une écoute, des conseils ; réunir, informer, soutenir, défendre et représenter tout citoyen français constituant une victime directe et/ou indirecte du virus « Coronavirus COVID-19 » ; Constituer une base de données des effets secondaires des vaccins COVID 19, grâce à un espace dédié sur notre site pour que les victimes déposent leurs témoignages sur la plateforme ; Constituer une plateforme indépendante sur les effets secondaires des vaccins anti-covid et réaliser un état des leiux tant médical, que juridique et sociétal et communiquer sur les cas suspects liés aux politiques de vaccination contra la covid ; Assurer une veille sur ces thèmes ; Echanger avec les autorités compétentes sur la notion de principe de précaution ; Proposer un accompagnement juridique aux membres victimes ; Regrouper et fédérer des associations, des organisations poursuivant un but similaire ou connexe
https://www.net1901.org/association/VERITY-FRANCE,1000140289.html

Les témoignages

Nous avons donc vu dans les statuts du collectif qu’une de ses missions est le recueil de témoignages. Et effectivement, les comptes de l’association sur les réseaux sociaux diffusent des témoignages en nombre, centralisés sur le site. Fin 2022, ils revendiquent les témoignages de 500 familles.

Certains sont décédés, mais la plupart sont des personnes qui attribuent leur mal au vaccin et les expressions de ce mal sont nombreuses, des douleurs chroniques aux œdèmes pulmonaires. Pour une partie d’entre eux, cet épisode va entraîner le diagnostic de maladies plus ou moins grave : neuropathie, virus Epstein Barr, etc…

Parmi ses activités, l’association organise quelques rassemblement, comme en décembre dernier à Grenoble.

Liens avec l’extrême droite

Évidemment, avec tout ça on est pas loin du complotisme. Et si Verity France ne traite de rien d’autre que les vaccins Pfizer/Moderna, on est sur une tonalité globalement antivax. Même s’il ne s’agit que du Covid et n’évoque jamais les vaccins de la poliomyélite, de la rougeole ou le tant attendu HPV, il s’agit bien d’un discours antivaccin.

Le discours

L’essentiel de l’activité de l’association tourne autour de la question des vaccins.

Mais c’est dans une interview du président de l’association qu’on va en apprendre plus, et ça devient plus ambiguë. Par exemple, quand Frédéric Beltra fait le bilan après un an de fonctionnement. Il explique avoir disséminé les archives du collectif, « parce qu’on sait à qui on se frotte ce n’est pas de la paranoïa. ». Puis contre les lenteurs administratives et les difficultés à obtenir des informations, il dit :

« Là maintenant, on va agir en conséquence, ça veut dire reprendre la pleine conscience de ce qu’est un citoyen. un citoyen a pour rôle de contrôler aussi ce qui est fait par les institutions par les moyens légaux. Demander les documents dans les ministères… Qu’on les contrôle ! »

Et enfin de dénoncer la gabegie des élus ! On reconnaît ici des tournures qui nous sont familières, pour avoir suivi depuis longtemps les activités d’Étienne Chouard, puis des gilets jaunes. Mais c’est un peu léger tout ça.

capture citizen light beltra

Sauf si on regarde à qui Beltra raconte ça. Il est interviewé par un site, Citizen Light, qui se revendique citoyen, la source c’est vous! et c’est un certain Pierre Bernérias qui interview notre père endeuillé. Oui, le réalisateur de Hold Up, film antivax qui a fait scandale à sa sortie.

Un tonalité citoyenniste …

On a continué à chercher des informations sur ce collectif, avant de tomber sur un ancien post de l’association sur Twitter. En mémoire de Sofia, celle de l’autocollant.

capture twitter verity france
Le tout sauf Macron avec une tonalité très gilet jaune

Cette vidéo est un montage avec des images de gilets jaunes et de violences policières. C’est encore très familier pour qui a suivi attentivement cette séquence politique. Profil qui rappelle d’ailleurs celui de Cat Antonio. Malgré tout, le message à l’avant veille du second tour des élections présidentielles est un peu étrange, et semble déborder de l’objet de l’association. Continuons.

Nos recherches nous mènent enfin à cette vidéo, une interview de la tante de la même Sofia. Elle parle à Vécu, un média revendiqué Gilet Jaune et disparu corps et bien depuis. L’extrait est publié sur le canard Républicain, un média citoyenniste et surtout confusionniste.

capture vécu tante sofia
Sur le Canard Républicain, média citoyenniste, une vidéo venant de Vécu

… et surtout confuse

Enfin, à force de gratter, on revient sur Twitter avec ce post encore plus ancien. Guy Macip est filmé par NTD Français pour le programme « Esprits Français ». Et la capsule (un extrait court adapté à ces plateformes) est relayée par l’association. Là, on est clairement sur une accointance douteuse, la chaîne youtube étant clairement d’extrême droite avec une tonalité pro-russe.

capture twitter verity france macip
Le père endeuillé répond à une chaîne d’extrême droite

Le faisceau de présomptions

Donc pour résumer, les animateurs de l’association ont parlé à ceux qui voulaient bien les écouter, c’est à dire des médias relativement modestes, mais surtout à tendance complotiste, confusionniste (Vécu) et nationaliste (esprits français – NTD).

L’étau se resserre.

La boutique Contre propagande

Pour pouvoir diffuser son merchandising, l’association a recours à une boutique en ligne : Contre propagande. Le nom du site nous incite déjà à la méfiance. On retrouve dans le catalogue des références douteuses : Le front médiatique (lancé par le toulousain Renaud Schira, alias Akina, fondateur de Inform’Action), le rappeur complotiste Mysa et tout un tas de collectifs antivax comme les mamans louves, RéinfoCovid, les frères dissidents, Citizen Lights (de Pierre Bernérias), Réintégration (pour la réintégration des soignants mis à pieds).

capture boutique contre propagande
La page Verity France sur le site contre-propagande

 

Project Veritas

Difficile de ne pas trouver un lien avec le Project Veritas, collectif américain ouvertement d’extrême droite qui se met à relayer la propagande antivax autour du Covid fin 2021.

Même si ça relève plus de la coïncidence, il y a des similitudes dans la forme. À commencer par le nom, très proche et qui appelle le même imaginaire de vérité cachée. Mais soit. Un an après s’être illustré avec une camera cachée fin 2021 tentant de démontrer que Pfizer cache des secrets, le collectif récidive fin 2022.

À la fin de cette brève enquête, nous avons pu rassembler des éléments qui constituent un faisceau de présomptions à charge contre cette association.

Conclusion

Finalement, rien ne nous permet de dire que les membres de verity France sont d’extrême droite. En tous cas, ils ne s’en revendiquent pas. En revanche, sur la forme, l’association promeut un thème qui a une écoute dans les milieux confusionnistes. Il s’agit d’un discours clairement antivax qui se mêle à un croisade pour la vérité au ton citoyenniste. Et comme nous l’avions vu, la rancœur contre le pouvoir a été largement instrumentalisée pour la porosité de ses courants.

En revanche, il suffit de gratter un peu pour trouver un écosystème que l’on connaît bien : un pied dans le complotisme (Bernérias) et un pied dans le confusionnisme (médias connotés). Et notre collectif antivax ne semble pas trouver malice à se faire inviter par ces médias de ré-information, qui cultive la confusion, faux-nez de l’extrême droite.

Pas de cordon sanitaire antifasciste chez les antivax, donc.

*entendons nous bien sur ce que l’on entends par post-Covid. Le virus n’a pas disparu, loin de là, mais en février 2023, les chiffres sont au plus bas. Peut être que c’est lié au fait que le nombre de tests est en baisse également. Malgré tout, nous avons appris à vivre avec.

Auteur de l’article : Pavel DBK

Laisser un commentaire