11 avril 2020 | 1347 vues | "Les musulmans nous envahissent", Anti-intox

Covid19 & Jihad ou la prophétie auto réalisatrice de « Valeurs Actuelles »

Nous le rappelons parfois, les membres de notre équipe se frottent parfois les yeux devant des articles de propagande de la fachosphère. Et en l’occurence cet article de « Valeurs Actuelles » (VA) en fait partie.
Voici ce qu’il en est.

Gloubi boulga de propagande chez VA

Avec un tel titre, on ne pouvait qu’en savoir plus, et voici l’article proprement dit:

Pour le CFCM, un musulman mort du coronavirus est un “martyr”, ou le risque d’un nouveau djihad

Par

Auteur
Nader Allouche

/ Vendredi 10 avril 2020 à 16:02 15

Image d’illustration. Photo © SEBASTIEN BOZON / AFP

“Il faut s’attendre à ce que des éléments extrémistes, certes marginaux et peu nombreux, s’efforcent de propager le virus autour d’eux en enfreignant les règles de confinement”, redoute notre chroniqueur Nader Allouche, pour qui le président du CFCM doit revenir sur sa “rhétorique dangereuse pour l’ordre public”.

Pour le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Mohammed Moussaoui, un musulman mort du coronavirus est un martyr. Comme pour les soldats tombés au combat, pendant la guerre sainte, il doit être enterré sans toilette rituelle, afin d’empêcher la propagation du virus, qui peut être contracté au contact de son corps. La référence au martyre est gênante.

Les autorités musulmanes françaises ont eu raison de suspendre la toilette mortuaire, le temps de la pandémie de Covid-19, mais était-il nécessaire de déclarer « martyrs » les musulmans morts du coronavirus ? Le risque que des extrémistes profitent de cette opportunité de mourir « martyrisés », avec, en outre, la possibilité d’utiliser le Covid-19 comme une arme contre notre société infidèle, en  le propageant autour d’eux, via le non-respect du confinement, est sérieux.

En effet, « le coronavirus soldat de Dieu » est un thème largement repris par les prédicateurs salafistes, comme Omar Haddouchi, au Maroc, qui a déclaré dans une vidéo diffusée sur Youtube, que le Covid-19 est « un châtiment envoyé par le Tout Puissant contre les impies et les pêcheurs », et qu’il est le « meilleur djihadiste d’Allah ». Le cheikh Haddouchi compte plus de 10 000 abonnés à son compte Youtube et quelque 27 000 fans sur sa page Facebook officielle – et, parmi eux, nombre d’immigrés marocains installés en France et de Français originaires d’Afrique du Nord. J’ai d’ailleurs découvert pendant mes recherches, que deux de mes amis Facebook – qui ne le sont plus à présent – étaient abonnés à sa page. Vous pourriez, chers lecteurs, avoir également quelques surprises du genre : à vérifier !

Le discours du président du CFCM a été contredit par Al-Azhar, le « Vatican des musulmans du monde arabe », dont les jurisconsultes se sont réunis, à l’occasion de la pandémie de coronavirus, et ont rappelé, dans un communiqué du 24 mars dernier (traduit en français et disponible sur la page Facebook du centre mondial d’Al-Azhar pour la fatwa), qu’il faut distinguer deux catégories de martyrs dans la charia : les martyrs dit « de ce monde et de l’au-delà » – c’est à dire les djihadistes -, et les martyrs « de l’au-delà », mort d’une épidémie, de noyade ou d’une maladie abdominale. La comparaison des victimes du Covid-19 avec les martyrs de la guerre sainte est donc confuse.

Le CFCM est, pourtant, parti d’une bonne intention : permettre l’absence de toilette mortuaire pour les victimes de la pandémie, et éviter des échauffourées, à ce sujet, entre les familles endeuillées et les hôpitaux. En effet, les martyrs de la guerre sainte sont exemptés de la toilette mortuaire, contrairement aux autres. Le Conseil français du culte musulman a volontairement exploité le rapport d’analogie entre les deux cas, afin de calmer une situation potentiellement explosive liée aux rites funéraires en islam. Mais c’est au prix d’alimenter les discours salafistes qui voient dans l’épidémie tant un châtiment qu’une nouvelle arme pour combattre les infidèles.

La désobéissance au confinement, observée dans les banlieues abandonnées aux islamistes comme en Seine-Saint-Denis, a-t-elle quelque chose à voir avec cette rhétorique djihadiste et martyrologique, relayée, bien maladroitement, par le CFCM ? Pour moi, il faut s’attendre à ce que des éléments extrémistes, certes marginaux et peu nombreux, cherchent à mourir en martyrs du coronavirus, et s’efforcent de le propager autour d’eux, en enfreignant les règles de confinement.

Il faut aussi se préparer au plus ignominieux : imaginons que des terroristes islamistes, qui ont volontairement contracté le Covid-19, forcent l’entrée des Ehpad pour exposer nos aînés. Le nouveau djihad consistera-t-il en la visite inopinée des lieux d’accueil de nos grands-parents afin de les contaminer ? Pour ces raisons, il est nécessaire que le président du CFCM revienne sur ses déclarations comparant les musulmans morts du coronavirus aux martyrs de la guerre sainte.

Je connais personnellement Mohammed Moussaoui. Il a participé à plusieurs conférences que j’ai dirigées, sur l’islam ou les chrétiens d’Orient. C’est un homme bien. Il est même le meilleur président possible pour le CFCM. Un homme dont la France et les musulmans ont besoin pour faire entrer l’islam orthodoxe dans la modernité.

Pour illustrer mes éloges, un rappel suffit : Mohammed Moussaoui est un de ceux qui ont, férocement et courageusement, soutenu la réforme sur l’apostasie, conduite par le roi du Maroc. Jusqu’au 6 février 2017 – date de la parution du rapport sur l’abjuration, du conseil supérieur des jurisconsultes chariatiques du Maroc -, l’apostasie, c’est à dire l’abandon de l’islam par un ex-musulman, était passible de la peine de mort. Grâce à Monsieur Moussaoui et à quelques très rares autres, les musulmans du Maroc et les français musulmans originaires du royaume chérifien peuvent, à présent, quitter l’islam sans que l’autorité religieuse ne se transforme en épée de Damoclès.

Nonobstant, les propos du président du CFCM, passés inaperçus dans la presse grand public mais fortement relayés dans les médias confessionnels, comme sur oumma.com, doivent être condamnés. Ils nous rappellent que les dirigeants musulmans même les plus réformateurs demeurent sous l’emprise d’une rhétorique dangereuse pour l’ordre public, qu’il est nécessaire de corriger en profondeur.

Mais le problème est, hélas, plus viscéral que juste rhétorique. Il est moral. A cet égard, l’islam trouverait à s’inspirer de ce passage de la première épître de Saint-Paul aux Corinthiens : « Présentement la foi, l’espérance et la charité demeurent toutes les trois ; mais la plus grande d’entre elles c’est la charité. » Le martyre musulman n’a-t-il jamais été charitable ?

Reprenons.
Qui est l’auteur de cette bouse, pardon, de cet article? Un certain « Nader Allouche », illustre inconnu. A noter qu’il reprend sur son compte twitter sa propre prose, jusque là rien de bien extraordinaire.

Un petit nouveau de la fachosphère?

C’est la première fois que nous tombons sur celui-ci. Et pourtant il semble très prisé à l’extrême droite. Chroniqueur chez « Causeur, il écrit aussi sur « BVoltaire », VA donc mais grenouille aussi chez « TV Libertés ». Il semble avoir ses entrées au RN puisqu’il est bien copain avec Marion Anne Perrine le Pen et Aymeric Chauprade.  L’homme serait aussi proche du régime d’Assad. Guère étonnant quand on connait le tropisme des extrêmes droites pour les dictatures baasistes.
Voilà comment il se présente chez « Marianne »:

La confusion

Étrange mélange des genres.
Revenons à nos moutons. Que dit en substance l’article de ce fameux « Nader Allouche »?
Que le CFCM aurait publié un article (dont l’auteur serait le président du CFCM) attribuant aux morts de l’épidémie de covid 19 le statut de « martyr », comme pour les musulmans morts à la guerre. Ce faisant le CFCM ouvrirait la porte aux « djihadistes » à des « attentats bactériologiques » dans les EHPAD…
Disons le tout ceci est extrêmement confus.
D’autant que, bizarrement, Allouche ne donne pas la source du texte. Et deuxio ne le cite pas. Il se contente d’en donner son interprétation. Or nous avons cherché et trouvé ce fameux avis du CFCM. Le VOICI.

Sur 8 pages, l’avis en contient 4 qui reprennent intégralement l’avis du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) publié le 20 mars 2019 sur la prise en charge des corps des personnes décédées du covid19. Le reste (3 pages et demi) est donc un avis religieux qui reprend et applique INTEGRALEMENT les recommandations du HCSP… On a vu pire.
Encore mieux le CFCM donne les avis suivants:

L’avis du CFCM

Et c’est pourquoi le CFCM « déterre » une vieille jurisprudence islamique sur le « martyre » des défunts morts d’une maladie.
Les religions monothéistes ont toujours considéré les épidémies comme des manifestations divines. L’iconographie moyenâgeuse en atteste.
L’islam y ajoute une valeur « d’épreuve ». Celui qui accepte la maladie sans se plaindre et en meurt accepte la volonté de dieu et meurt donc en « martyr ».
Mais dans la même tradition de lutte du moyen age pour la lutte pour la vie, la priorité se porte tout d’abord vers les vivants. On ne pleure pas le martyr car il n’est pas mort.

Le problème c’est que VA en fait une interprétation toute personnelle.
VA s’empare de n’importe quoi concernant l’islam et se débrouille pour le ramener vite fait au terrorisme.
Si, par exemple, on prends cette phrase: « les décédés en période de pandémie sont élevés au rang des martyrs » sortie de son contexte, on peux lui faire dire n’importe quoi. Or le contexte est très clair, c’est celui de la toilette mortuaire:

« Dans la tradition musulmane, « il est utile de rappeler que les décédés en période de pandémie sont élevés au rang des martyrs. Et que, même s’ils n’ont pas le statut de martyrs de guerre pour qui aucune toilette mortuaire n’est pratiquée, ils sont victimes d’une guerre contre l’épidémie qui exige des pratiques exceptionnelles. La suspension de la toilette mortuaire fait partie de ces pratiques exceptionnelles prévues dans la tradition musulmane » »

En fait VA inverse le lien de cause à effet :
« un musulman mort du coronavirus est un martyr. Comme pour les soldats tombés au combat, pendant la guerre sainte, il doit être enterré sans toilette rituelle, afin d’empêcher la propagation du virus, qui peut être contracté au contact de son corps. »
C’est VA qui fait à nouveau le lien: « Le risque que des extrémistes profitent de cette opportunité de mourir « martyrisés », avec, en outre, la possibilité d’utiliser le Covid-19 comme une arme contre notre société infidèle, en le propageant autour d’eux, via le non-respect du confinement, est sérieux. »

Enfin est il sérieux de supposer un instant qu’un « terroriste islamiste » va avoir besoin de l’avis du CFCM pour passer à l’acte? D’autant que les sectaires de daesh considèrent des organismes comme le CFCM et les musulmans qui suivraient leur avis comme des « infidèles ». Comme à leur habitude, VA (et toute la fachosphère « oublie bien opportunément que les attentats touchent en premier lieu des musulmans dans les pays dits « musulmans ». Et qu’en France, ils ne se sont jamais posés de question pour tuer ou pas des musulmans dans leurs meurtres de masse.
Là où il est raisonnable de penser que le CFCM tente de donner un cadre respectant la religion tout en intégrant toutes les recommandations sanitaires en cette difficile période, les bargeots de VA y voient un appel au terrorisme.
On se frotte les yeux pour y croire.

Et on conclura sur ce monument de dégueulasserie:

La désobéissance au confinement, observée dans les banlieues abandonnées aux islamistes comme en Seine-Saint-Denis, a-t-elle quelque chose à voir avec cette rhétorique djihadiste et martyrologique, relayée, bien maladroitement, par le CFCM ?

Voilà, c’est dit, si dans le 93, « on » ne respecte pas le confinement c’est en raison de l’islamisme. C’est une petite musique aux accents bien désagréables qui monte régulièrement. Ce n’est pas du tout, bien entendu, parce que c’est l’endroit ou la pauvreté, l’entassement dans des 30 M2 insalubres à 5, fait que l’on connait paradoxalement plus d’intimité dans le hall de l’immeuble que dans l’appartement…. Non, c’est l’islamisme.
Alors posons les questions, est ce que les habitants de la Baule sont des « islamistes »?

Les confinés de la Baule

Est ce que les confinés de l’ile de Ré sont des « islamistes »?
Est ce que les riches 200 000 parisiens ayant quitté la capitale pour leur résidence secondaire sont des « islamistes »?
Et enfin est ce que le scandale des inégalités sociales que le covid 19 a mis en évidence relève de « l’islamisme »?

Debunked !!!

Faux logo: Valeurs actuelles
Faux logo: Valeurs actuelles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur de l’article : Sutter Cane

Sutter Cane

Laisser un commentaire