Debunkers des rumeurs / hoax d'extrême droite

Debunkers des rumeurs / hoax d'extrême droite

Syrie 5: Migrants dans un cimetière entre la Serbie et la Croatie, mensonges par omission et intoxs

Depuis plusieurs semaines et signalés tant et plus par nos vigilants lecteurs, des photos trainent sur la fachosphère de migrants ayant établis un campement dans un cimetière.

De "fdesouche":

 

fdesouche.jpg

 

à "l’Observatoire de la Christianophobie":

 

observatoire christianophobie.jpg

 

Notons que comme à son habitude, fdesouche se contente de reprendre une info, la plupart du temps vraie, en "oubliant" le contexte et en parsemant des commentaires pseudo indignés.

 

Le choix est bien sûr drastique, vous ne verrez jamais de faits divers ou d'histoires en général concernant des blancs, catholiques et français sur fdesouche. C'est ce que l'on nomme les sites de "réinformation" de la fachosphère. Information partielle et partiale.

 

Pas de croisement des sources, pas de contexte, choix des "infos", lorsque ce ne sont pas des "infaux".
L'observatoire va un peu plus loin.

On notera la "fine" allusion "y font leur cuisine et sans doute le reste". Un grand classique de la rhétorique fascisante. Suggérer. Et suggérer quoi? Que ces gens fuyant une guerre, épuisés par des semaines d'errance, ayant risqués des centaines de fois leur mort, ne pensent qu'à copuler au milieu des tombes.
c'est normal, ce sont des sauvages...
Un grand classique de l'extrême droite!

A la fin du XIXème siècle, les immigrés belges sont considérés dans le Nord comme bagarreurs et dotés d'une sexualité exacerbée, tout comme, plus tard, les italiens, les espagnols, les Arabes et les Noirs d'Afrique. Les vices et vertus attribués aux étrangers sont en dehors de ces constantes éminemment variables.

 

Et puis, tout ceci étant bien timide, on atteint le troisième étage avec ceci:

 

Capture01.jpg

 

Le cimetière est à Calais, et bien sûr ces gens qui ne craignent plus rien (ils sont en France) pique niquent au milieu des tombes.
Exit les costumes des forces de l'ordre qui ne sont pas ceux des policiers français, exit les inscriptions sur les tombes écrites en cyrilliques utilsés (entre autres) par les Serbes.
Résultat?
14 000 naïfs qui partagent une propagande mensongère.

 

Idem sur twitter:

 

twitter.jpg

 

 

En fait cette histoire est un peu plus complexe que celle présentée par nos concitoyens fascisants et ignorants.

Ces terribles images proviennent de reportages comme celui ci issu de l'agence Reuters:

 

http://www.reuters.com/video/2015/09/22/migrants-in-balkans-seek-shelter-in-ceme?videoId=365678210&utm_source=mandiner&utm_medium=link&utm_campaign=mandiner_201512

qui malheureusement explique peu ou pas le problème.

L'affaire se déroule le 22 septembre 2015 près de la ville de Sid sur la frontière Serbo/Croate:

 

sid.jpg

 

 

Nous avons trouvé un article qui explique un peu plus le contexte:

http://www.stuff.co.nz/world/europe/72320824/serbia-and-croatia-at-odds-over-handling-refugees-border-crossings

 

Plus de 30 000 réfugiés, en majorité Syrien sont entrés de Serbie en Croatie suite à la fermeture de la frontière Hongroise avec la Serbie. En rétorsion, le gouvernement Croate connaissant des tensions avec la Serbie a alors fermé toutes ses routes hormis un axe routier entre Belgrade et Zagreb. La Croatie a alors conduit ses réfugiés au nord vers sa propre frontière avec la Hongrie vers l'Autriche. En conséquence certains groupes de migrants se sont dirigés vers d'autres points d'entrée, menant à un camps de réfugiés près de "Bapska", et qui a rapidement atteint ses limites de saturation. Certains de ces réfugiés se sont alors trouvés coincés dans un "no man's land" entre Sid en Serbie et Tovarnik en Croatie.
Coincés et épuisés, ils ont attendus là le temps que la Serbie et la Croatie trouvent des arrangements et certains ont alors passé la nuit dans ce fameux cimetière.

 

carte.jpg

 

Le tout bien évidemment sans que ces réfugiés soient volontaires d'être à nouveau les enjeux de politiques sans regards sur leur situation:

 

 

Des dizaines d'entre eux ont trouvé refuge... dans un cimetière, où ils ont établi un campement. Bon nombre de Syriens s'y sont installés provisoirement avant de pouvoir traverser la frontière.

"Nous avons un problème dans notre pays"
Feu de camp, tombes transformés en lit, ordures par terre: sur les réseaux sociaux, certains dénoncent une situation inacceptable. La vidéo, réalisée par l'agence Reuters, est reprise par plusieurs sites d'extrême droite.

"Regardez, tout le monde peut le voir. Nous avons des hommes et des vieilles femmes avec nous. La nuit dernière, il faisait froid et ils ont fermé la frontière. Ils ne laissent plus entrer personne. Je ne sais pas ce qu'on va faire. Croyez-moi, nous n'apprécions pas la situation, nous restons ici parce qu'il fait froid. Si nous n'avions pas des problèmes dans notre pays, nous ne viendrions pas", témoigne Mohammed, réfugié syrien.

Tensions entre la Croatie et la Serbie
La situation est extrêmement tendue entre les deux pays de l'ex-Yougoslavie. La Croatie accuse sa voisine de rediriger, en complicité avec la Hongrie, tous les migrants à sa frontière, créant une situation difficile à gérer. 

"Tout ce que nous demandons à Belgrade c'est de faire cesser un flux aussi intense de migrants" a déclaré Zoran Milanovic, le Premier ministre croate, assurant que son pays ne pouvait gérer qu'entre 4 et 5 000 migrants par jour. "Cela ne peut plus durer (...) La Serbie doit soit mettre en place des camps d'accueil, soit rediriger les migrants vers la Hongrie", a-t-il ajouté.

 

 

En bref, cette situation n'est pas le fait de ces réfugiés, mais bien de gouvernements.

Debunked !!!

 

 

 



14/01/2016
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2316 autres membres