Debunkers des rumeurs / hoax d'extrême droite

Debunkers des rumeurs / hoax d'extrême droite

Syrie 4: préférence nationale aux SDF, pas pour la propagande facho!

L’exode des réfugiés Syriens provoque des remous dans la fachosphère, c’est peu de le dire. Une de ces vagues est un artifice de propagande particulièrement intéressant…et particulièrement pernicieux…

 

nawak.jpg


L’extrême droite fonctionne sur un mode de clivage entre « eux » et « nous ». C’est-à-dire entre les éléments supposés inassimilables vivant sur le dos de la nation (« eux ») et « nous », les « bon français de souche » qui pensent, vivent et dorment selon les critères de normalité de l’extrême droite.
Un français « de souche » blanc, catholique pratiquant, hétérosexuel marié avec des enfants, travaillant si vous êtes un homme, au foyer pour une femme. On ajoutera à ce tableau des éléments folkloriques du style : manger du cochon et tous les éléments fantasmatiques inhérents à la « pensée d’extrême droite ».

 

La désignation des « ennemis » est en fait le principe mobilisateur par excellence qui alimente l’extrême- droite populiste . Il est d’ailleurs essentiel de noter que les dénominations sous lesquelles s’auto- désignent les droites extrêmes ( « camp national » ; « les nôtres », pour le Réseau Radical ; « nachii », dans le milieu national- patriotique russe ; Movimento Antagonista, comme se nomme un mouvement de la « gauche nationale »italienne) ont avant tout une double dimension, défensive et excluante.

 

Dans cette optique, les mouvements d’extrême droite présentent les pauvres comme des profiteurs qui vivent du système économique, des « assistés » ou « cassos » (« cas sociaux »).

 

12009795_898750520210278_7233814329518720457_n.jpg

 

Mais cette affaire des réfugiés semble changer profondément la donne.

Le clivage « profiteurs »/ »travailleurs » est actuellement en train de se déporter sur une autre fracture immigrés/ »Nos » SDF de souche.

 

  1. un (très pratique) bouclier anti-immigré
Comment clouer le bec à des militants qui défendent le droit à la dignité humaine et au logement digne pour tous, dont les Roms ? Agiter l’épouvantail du SDF français, bien sûr.
Ça tombe sous le sens : il faut aider nos compatriotes en souffrance en priorité. Le SDF devient un prétexte bien utile pour ne pas s’intéresser aux Roms qui sont des citoyens européens en errance (subie), qui n’ont de droits nulle part, et valsent (sans mauvais jeu de mot) d’expulsion en expulsion.
Finalement, à entendre ces bons patriotes, qui au passage ne font rien pour défendre « nos SDF français », il faudrait laisser ces derniers dans la rue. Cela ferait un rempart tout trouvé à l’immigration. Après tout, tant que le bruit et l’odeur restent bien français, c’est moins dérangeant.
 2.   De l’assisté qui vit grâce au travail des autres au compatriote qu’il faut défendre
Ce qui est intéressant à observer dans cet argumentaire d’un genre nouveau, c’est le glissement sémantique qui s’opère pour qualifier le SDF. De l’assisté, bon à rien, déchet de la société, alcoolique, on va vers le compatriote qu’il faut défendre.
Du parasite de la société, il devient le frère français, le camarade dont il faut s’occuper. Surprenant quand on connait les idéologies véhiculées jusqu’ici à propos des sans-abris et marginaux. Là encore, si le bon SDF français peut être un rempart aux Roms et autres, il mérite bien qu’on lui donne son RSA.

 

 

Si certains groupes d’extrême droite avaient déjà adopté cette autre position, il y a peu, cette tendance est en train de se généraliser à tous les groupes d’extrême droite.

C’est ainsi que vous voyez fleurir les slogans et panneaux/dessins qui reprennent cette nouvelle antienne.

Seulement, lorsque l’on observe attentivement cette nouvelle propagande sur le sujet, on a quelques surprises. Voyons donc lesquelles.

 

1)      2012 : le FN

 

Certains de nos lecteurs auront peut-être déjà deviné où nous voulons en venir.
Rappelez-vous de cette affiche du FN et surtout de la polémique qui s’est ensuivie:

 

 tract-marine-le-pen-fn-chomage-pauvrete-sdf-604-564x261.jpg

 

 Sur marinelepen2012.fr, le site officiel de la candidate FN, on peut effet trouver un tract sur le thème du chômage et de la pauvreté en France, illustré par une photo en noir et blanc d'un sans-abri dormant à même le sol.
Sauf que le fameux SDF français de Marine Le Pen n'est ni SDF, ni français : il s'appelle Brian, réside en Floride et pose comme modèle pour le site d'une photographe américaine, lisafxphotostock.com. La plupart de ses photos sont disponibles sur la banque d'images en ligne Fotolia.
Et il faut avouer que découvrir la série de photos dont est extraite l'illustration du tract FN nuit à son côté "photo choc" : Brian fouille les poubelles, Brian dort dans la rue, Brian va se faire casser la figure à coup de batte de baseball, Brian est aidé par une jeune volontaire... En somme, ce sont tous les clichés liés à la pauvreté que Brian a illustré, le temps d'une séance photo.
Mais Brian ne s'arrête pas là : pour le même site américain, il a également joué le rôle d'un cuisinier, d'un fan de foot américain et d'un travesti.
La prochaine fois, Marine Le Pen tâchera certainement de trouver un SDF plus crédible pour illustrer ses tracts... et plus français.

 

Oups.
Cette affaire avait illustré parfaitement la problématique de propagande de la fachosphère : il faut une image choc qui illustre parfaitement la vie de misérable jeté à la rue. Le froid, la faim, la solitude, le rejet et enfin le désespoir.
Bref une photo qui met en adéquation parfaite le sentiment que l’on veut inspirer au lecteur et le message.

Autant dire que les photos de SDF français bien de chez nous ne sont pas pléthore à rendre ce service aux petits Goebbels de l’extrême droite. Et qu’on peut rêver si on attend de ces gens-là une parfaite honnêteté intellectuelle. Tant qu’à manger français (du cochon de préférence), acheter français, se marier français, etc., le minimum seraient qu’ils illustrent français, surtout lorsqu’il s’agit de dénoncer une situation « française ».

Mais attendez, quoi ? Les nationalistes ne mettent pas un point d’honneur à publier une photo d’un SDF français ? Quand on prône la protection de celui-ci contre les hordes « d’allogènes » pasdcheznous, ça fait pas très casher, catholique pardon.

Et bien en fait, ils s’en foutent. Ce qui compte, c’est la photo-choc, pas l’honnêteté. Le message, pas la vérité.
En voici de nombreux exemples non exhaustifs.

 

 

2)      Des SDF biendcheznous pasdcheznous

 

  • « Tous en action pour notre nation »

Un obscur petit groupe fascistoide dont la seule action consiste à ce jour à se faire du blé en vendant des tee-shirts, porte-clés, etc.
Et à produire des hoaxes.
Exemple :

 

1.jpg

 

Le message est simple : dénonciation des médias qui participent d’un complot (le « grand remplacement » ou du même acabit) en mettant en évidence un fait évident pour les fafs.
Les réfugiés sont mieux traités que « nos » SDF.
Ceci par l’intermédiaire de photos chocs.
Sauf que seuls deux d’entre eux le sont. Les personnes sur la photo 1 et 5.
Et encore…
Qui vous dit que ces malheureux sont français ?
Réponse : parce que dans la petite tête des fafs, si vous vivez à la rue et êtes obligé de fouiller les poubelles pour survivre, c’est que vous êtes français puisque les étrangers sont systématiquement pris en charge, logés, nourris, blanchis…
Caricatural ?

 

Lier immigration et augmentation des SDF français de souche relève du débat public
Damien Rieu, actuel directeur adjoint de la communication de la mairie (FN) de Beaucaire, avait organisé des maraudes au profit des SDF en décembre 2013. Il était poursuivi provocation à la haine raciale pour les propos suivants tenus lors d'un reportage télévisé :
"Notre priorité est d'aider les Français de souche comme la priorité du gouvernement est d'aider les immigrés et les Roms de ce pays. Les Français de souche vivent aujourd'hui dans la rue. Ils ne peuvent accéder aux centres d'hébergement et ont des problèmes de logement. C'est le facteur immigration qui est responsable de cette situation."
Alors que le procureur avait requis 6 mois de prison avec sursis, il a été relaxé. Le tribunal a considéré que "les propos incriminés n'excèdent pas les limites du débat public dans une société démocratique". Le salon beige

 

Ou même pire et encore plus brutal :

 

Dimanche 18 mai, elle [Frédéricka Desaubliaux-conseillère municipale FN de Dijon-NDLR] a ainsi relayé sur son compte Facebook ouvert au public un message ciblant la communauté musulmane. On peut y lire : "Vous avez déjà vu un 'SDF musulman' en France ? Perso, je n’en ai jamais vu… Et vous ? Si vous n’avez jamais vu de 'SDF musulman' en France, cliquez sur 'Partagez'".  Un message accompagné d’une photo de Marine Le Pen et partagé par Pascal Fort, n°2 sur la liste Bleu Marine dans le 14ème arrondissement de Paris lors des dernières municipales.
conseillère fn musulman sdf.jpg

 

 

Le tout bien repris par le bon peuple faf :

 

pallanca.jpg

 

Comme d’habitude, cette opinion dégueulasse ne repose sur rien, nous en avions déjà parlé ici :
http://www.debunkersdehoax.org/non-les-sdf-ne-sont-pas-uniquement-des-francais

Mais revenons à nos photos. Comme nous le disions, seules deux photos ont des « chances » de représenter des citoyens français :

 

1.png

 

 

http://www.ladepeche.fr/article/2008/04/01/445611-ils-font-les-poubelles-pour-se-nourrir.html

 

 5.png

 

http://www.ladepeche.fr/article/2015/02/04/2043246-herault-des-glaneurs-de-poubelles-au-tribunal.html

 

Mais pour les trois autres…

 

 

2.png

 

Portugais...

http://scmtorresvedras.blogs.sapo.pt/tag/pobreza+e+exclus%C3%A3o+social

 

3.jpg

 

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2012/08/10/24861425.html

 

Quand à celle-là c’est le comble…Piquée parmi les « 20 photos les plus marquantes de l’année »…

 La propagande fasciste mérite ce qu’il y a de mieux et tant pis pour l’homme qui crève tous les jours représenté sur la photo…

 

 4.jpg

 

http://www.francetvinfo.fr/monde/retro-2014/vous-avez-elu-les-20-photos-les-plus-marquantes-de-l-annee-2014_788591.html

 

 

  • LGMT

Vous pensiez bien qu’avec un tel sujet, nous n’allions pas épargner frère borowski de la sainte propagande…

Tiré de cet article : http://www.donotlink.com/gqh6

Vertueuse indignation. Comme d’habitude.

 

 sdf-français-1.jpg

 

 

Mais réalité beaucoup moins vertueuse :

 

https://sites.google.com/site/mainguyen2210storiestoponder/album-anh

 

 Idem pour celle-ci :

 

http://lagauchematuer.fr/2015/09/06/manuel-valls-offre-1000-maisons-de-roubaix-aux-migrants-rien-pour-les-sdf-francais/

 

 sdf lgmt.jpg

 

Tirée d’ici :

http://revistamarcapasos.com/2234/el-eterno-vuelo-de-giselle/

 

  • « L’Union fait la force »

Un obscur site aux propriétaires inconnus, mais qui semblent proches du FN :

 

http://www.l-union-fait-la-force.info/modules/newbb/viewtopic.php?topic_id=7724

 

 UFLF.jpg

 

Photo et SDF espagnol…

http://www.espanol.rfi.fr/americas/20130430-sospechosas-muertes-de-indigentes-en-brasil

 

  • « Voxfnredekker »

Les sites du fn ne sont pas en reste. Exemple celui de Yann  Redekker, décédé récemment :

http://www.voxfnredekker.com/archives/2013/01/28/26272085.html

 

redekker.jpg

 

Que l’on trouve aussi sous une autre forme :

 

Et cela vient, bien entendu de « dreuz » qui réussit l’exploit de lier SDF au conflit Israélo-palestinien… http://www.donotlink.com/gqhh

 

1-francais-SDF1.jpg

 

Mais, il n’en reste que ce malheureux SDF est canadien :

http://www.cbc.ca/strombo/news/10-things-you-might-not-know-about-poverty-in-canada

 

  • Le bloc identitaire

 

Eux ont carrément fait une campagne sur le sujet.

http://www.donotlink.com/gqgq  

 

 BI.png

 

 Italienne.

http://www.bariristodelcuore.it/

 

 

BI2.jpg
 

Danois.

http://udfordringen.dk/2010/02/kun-med-hjertet-ser-man-rigtigt/

 

 

 Et pour la troisième, disons le, nous n’avons pas trouvé d’où provient celle-ci.

 

 BI3.png

 

 

 Elle nous a fait fortement penser aux photos de Lee Jeffries « Lost Angels » :

https://www.flickr.com/photos/16536699@N07/

Car malheureusement, la misère n’a qu’un visage, mais elle n’a ni race, ni religion, ni nationalité.

 

3)      Misère d’ici

 

a)      Propaganda !

Comme nous l’avons expliqué au début de cet article, nos fachos tiennent maintenant à protéger nos « SDF de souche » contre la vermine allogène qui vendrait lui piquer… bah rien en fait.
Ils poussent même le ridicule dans cette option à défendre aujourd’hui les restos du cœur !

 

 restos du coeur.jpg

 

Pour des mouvements politiques et des gens qui ont littéralement chié sur cette organisation pendant des années, c’est carrément un comble !

On se souviendra de ces hoaxes qui hantent encore la fachosphère (et nous les reverront une fois tout ceci oublié, soyons en sûrs !) :

http://www.debunkersdehoax.org/temoignage-restos-du-coeur-bidonnage-raciste

http://www.debunkersdehoax.org/aide-alimentaire-refusee-pour-15-centimes-de-depassement-de-plafonds-de-revenus-hoax

De toute façon le but est très simple : monter les pauvres contre les plus pauvres, faire croire que les immigrés ont plus que les français :

 

10559804_1537393519814211_4738371850068486686_n.jpg

 

Et pour cela n’importe quel intox est bon !

Affirmer par exemple que les immigrés cumulent des aides :

 

 Genoux.jpg

 

Que des structures existantes vont être vidées pour accueillir des migrants :

 

Capture01.jpg

 

Alors que ces structures démentent tout :

 

11220906_10153684131072764_7158738003163864482_n.jpg

 

 

Et de manière générale tous les hoaxes que vous connaissez malheureusement déjà.

Et pourtant…

 

«La France, c’est pas bon pour mon futur, en plus ça n’a pas la réputation de donner facilement un permis de séjour», explique ainsi Edward un Irakien de 24 ans, qui attend à Stockholm un bateau pour la Finlande. Autre difficulté : l’hébergement. Seuls un tiers des demandeurs d’asile sont logés dans des structures dédiées et il n’existe quasiment rien pour ceux qui décrochent le titre de réfugiés. En conséquence, de nombreux migrants se retrouvent dans des squats insalubres ou à la rue. Or, les exilés «échangent leurs expériences sur Facebook ou Whatsapp», souligne Sabreen Al-Rassace de l’association Revivre qui assiste les exilés syriens. «Pour eux, la France n’est pas un bon pays pour l’accueil».
Conséquence : la France n’attend qu’environ 65 000 nouvelles demandes d’asile cette année, comme en 2014, alors que les dossiers s’accumulent en Allemagne, qui prévoit d’accueillir près d’un million de réfugiés. Pour soulager son voisin, le président François Hollande a proposé, il y a deux semaines, d’aller chercher un millier de Syriens et Irakiens arrivés à Munich pour les réinstaller en France. Des agents français sont allés sur place, mais ils n’ont réussi à convaincre que 600 personnes de monter dans des bus pour la région parisienne.

 

Même le « Figaro » le dit :

 

Deux semaines plus tard, on est bien loin de «l'invasion migratoire» agitée comme un chiffon rouge par l'extrême droite. Les candidats à l'asile ne se sont pas précipités pour monter dans des autocars pour la région parisienne. Quelque «600 personnes» ont été «identifiées à Munich comme étant des réfugiés relevant du droit d'asile et sont aujourd'hui dans différents centres d'hébergement» en Ile-de-France, précisait la semaine dernière le directeur général de l'Ofpra, Pascal Brice. Comment expliquer ce manque d'attrait pour la France?

 

La France n’est pas ce pays de cocagne que pensent les fachos. Les immigrés ne viennent pas en masse pour nos allocs ou les soit disant cumuls de prestations inventés de toute pièce.

 

« Etre un utopiste c’est vouloir que son imaginaire devienne une réalité ; être d’extrême droite c’est croire que son imaginaire est une réalité. »

 

Au FN, le SDF est-forcément- français ou –au pire- européen, comme l’affirme sur la base d’UNE maraude, un membre du bureau politique du FN, Jean-Richard Sulzer ;

« Permettez-moi donc de ne vous décrire que les faits frappants. D’abord et surtout, nous n’avons rencontré que des européens de souche, à l’exception d’un maghrébin éméché. En clair, les minorités visibles protègent les leurs. Il est probable que leurs familles s’entassent dans des logements à la salubrité douteuse mais aucun des leurs n’est obligé de dormir à la belle étoile. Seul, l’Européen blanc est obligé de coucher dans la froidure. Au vu de cela, il ne faudra pas nous étonner de la montée en flèche des communautarismes".
« les SDF que nous avons rencontrés sont d’abord des compatriotes françaises et français. Le dialogue avec ces concitoyens, affectueux, sans agressivité et parfois assez cultivés montre les ravages de la désindustrialisation dans notre économie. Leur galère est jalonnée de fermetures d’usine :il est temps de protéger nos frontières. Nombreux sont également les femmes et les hommes venus des pays de l’est". »

 

En tout cas, hors de question d’aider les français musulmans mais aussi les français juifs, organisée à la base par le bloc les « soupes de cochon » ont trouvé leur défenseur au FN : Bruno Gogolnish himself

 

b)      Car le problème n’est pas si simple

 

Même antienne chez tous les fachos :

-les immigrés piquent les foyers/domiciles des SDF

Or rien n’est plus faux, tout d’abord parce que, répétons le la majorité des SDF n’est pas française (contrairement à ce qu’affirment, sans aucune preuves, les fafs :

 

En premier lieu, les SDF ne sont pas en majorité des Français. C'est pas moi ni un analyste lambda qui le dit, c'est l'INSEE. La composition de la population sans logis montre que seulement 47% des sans-logis sont Français.

"Parmi les 81 000 adultes sans domicile usagers de ces aides, 47 % sont de nationalité française, 18 % sont des étrangers non francophones (sources), 35 % sont des étrangers francophones. Un cinquième des sans-domicile étrangers sont nés en Europe (22 %). La part des étrangers parmi les sans-domicile est ainsi passée de 38 % en 2001 à 53 % en 2012. Elle est près de neuf fois plus élevée que dans la population de France métropolitaine. Cette hausse s’explique en partie par l’augmentation du nombre de demandeurs d’asile qui n’ont pas de place dans les centres d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA) et s’orientent donc vers les services d’aide aux sans-domicile."

Deuxio :

 

La réalité (issu du premier lien cité):

"Les hôtels accueillent principalement des étrangers (73 % des résidents francophones) ; ces derniers sont également nombreux parmi les sans-abri (45 % des sans-abri). Les femmes étrangères sont souvent hébergées en hôtel (33 %, contre 7 % de femmes françaises), particulièrement quand elles ont des enfants ; elles sont moins souvent en logement associatif (33 %, contre 55 % des femmes françaises). Les hommes étrangers vivant seuls connaissent des conditions de logement encore plus précaires (sans-abri ou dans un centre qu’il faut quitter le matin) que les femmes étrangères seules."

On récapitule : si les étrangers sont dans un hôtel, c'est qu'on ne leur réserve pas les centres associatifs stables et les structures adaptées pour sortir de leur situation. On voit bien que les femmes françaises sont privilégiées et que les hommes étrangers seuls sont abonnés aux centres précaires. On n'arrive pas à sortir de la rue et des dispositifs d'urgence quand on est d'origine étrangère, que très peu, ou alors les pieds devant.

On est loin du tableau idyllique ou apocalyptique selon, des étrangers logés nourris aux dépens des Français...

 

Et enfin :

 

Il existe un plafond de verre, encore pire que ce qu'on imagine, afin d'interdire aux "zétrangers" de venir squatter les HLM en masse.
Cela est bien décrit dans cet article des debunkers, qui s'appuie sur cette étude, dont ils soulignent la description du lent mécanisme qui décourage et interdit aux ménages d'origine étrangère d'accéder à un logement social.

"Ce délai pourrait s’expliquer par une offre faible de grands logements. Bien que les logements du parc HLM soient en moyenne de plus grande taille que ceux du parc privé, les grands appartements sont réputés se libérer moins vite que les autres, et les ménages immigrés demandeurs de logement HLM sont souvent de taille élevée : un sur trois comporte au moins six personnes, au lieu d’un sur six dans l’ensemble des ménages. Mais l’ancienneté de la
demande n’est pas seulement liée à la taille des familles, puisque les ménages d’une à quatre personnes sont proportionnellement aussi nombreux à attendre depuis au moins trois ans (graphique 4).
Les ménages immigrés sont plus souvent découragés que les autres face à une demande de logement HLM. En effet, certains ménages souhaitent changer de logement tout en envisageant
de rester ou de devenir locataires, mais n’ont pas déposé ou renouvelé une demande de HLM. Parmi eux, 15 % sont « découragés » : ils ont fait antérieurement une demande qui n’a pas abouti ;
ou bien ils ont fait une démarche auprès d’un organisme qui les a dissuadés de déposer un dossier ou a refusé leur dossier ; ou enfin ils pensent qu’ils n’ont aucune chance d’obtenir un logement HLM bien que leurs revenus ne soient pas supérieurs aux plafonds ; cette proportion
de 15 % passe à 27 % pour le
s ménages immigrés."

 

S’il suffisait de construire des foyers, l’affaire serait pliée depuis des années :

 

Le livre est remarquable et passionnant de bout en bout. Parce qu'il remet en cause nombre d'idées reçues, comme par exemple celle qu'il suffirait de construire davantage de logements sociaux pour que, par un effet de ruissellement, les mal-logés deviennent des bien-logés, libérant de la place pour les autres, donc pour les SDF. C'est une illusion, nous dit en substance l'auteur. Parce que nous confondons tout, et notamment l'insertion et la stabilisation, l'hébergement et le logement, le logement transitoire et le logement permanent, etc.
Une partie des SDF sont des étrangers récemment immigrés : ils ont besoin d'hébergement, pas de logement. Une autre partie sont des personnes plus ou moins désocialisées, qui ont besoin d'hébergement d'urgence, avec des soins et de l'accompagnement. Pour ces personnes, le problème n'est pas celui du logement, mais d'abord celui d'un espace qu'elles puissent s'approprier − une chambre, un cabinet de toilette, la non-remise à la rue chaque matin −, alors que l'hébergement d'urgence demeure encore trop souvent le dortoir pour la nuit. Certes, il faut davantage de logements sociaux et très sociaux, mais c'est un autre problème que celui de l'errance et de la rue.

 

CONCLUSION

Et enfin qu’en disent les SDF eux-mêmes de ces prétentions de nos fafs ?
Laissons-leur la parole :

 

La réponse d’Antoine, SDF « bien français », à ses nouveaux amis !
Un nouveau message est apparu sur Facebook, et en l’espace de quelques heures, il est déjà viral. Peut-être l’avez-vous déjà vu passer.
Collectif antoine.png
 Ce message a été posté à l’origine par Pascal Pistone, qui a depuis créé la page Facebook du Collectif Merci pour l’invit !Contacté par téléphone, ce musicien résident dans la région de Bordeaux a accepté de me raconter cette initiative.
« Je discutais avec trois SDF [à Bordeaux, NDLR], et on parlait bien sûr de l’actualité, de tout cet élan de solidarité, et je leur ai dit en rigolant : « j’espère que vous n’êtes pas hostiles à l’accueil des réfugiés ! ».
On a parlé de ça, et l’un d’entre eux, Antoine (il s’appelle vraiment Antoine) me disait qu’il voulait agir ; on s’est mis à discuter tous les quatre du message qu’on pourrait faire passer, et je me suis engagé à le poster sur les réseaux sociaux de leur part. »

 

Et encore plus claire cette interview sur le vif de SDF sur le sujet :

 

 

 

Avis donc aux « gros connards »…

 

11954782_855016294594180_1763528467184794524_n.jpg

 

En conclusion, nous conseillons à tous nos lecteurs qui veulent faire plus pour les personnes qui vivent dans la rue.
Un de nos membres fondateurs a créé cette association réellement efficace :

https://www.facebook.com/actionantifroid?fref=ts

Il existe peut être une antenne près de chez vous et sinon, il vous reste à la créer.

On ne peut que vous la conseiller !

 

 

Mais il en existe d’autres, l’important, c’est d’aider. Quel que soit l’être humain en face de vous.



23/09/2015
45 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2323 autres membres