Debunkers des rumeurs / hoax d'extrême droite

Debunkers des rumeurs / hoax d'extrême droite

« Nous les arabes, nous allons tous vous sodomiser » : faux tract, écrit par des fachos

15 février 2013

" Horreur ! Honteux !!!  un tract distribué à Nîmes par des algériens qui annoncent qu’ils vont sodomiser la France entière, si nous nous ne soumettons pas à la charia islamique !!!  "


« Ce n’est pas un faux ! la preuve, c’est un ami gendarme qui me l’a envoyé !  » « C’est eux, les racistes, c’est pas nous ! ! »    « A diffuser par tous les moyens »  « On va se faire bouffer ! «   « Vivement Le Pen,  vivement Marine, avant qu’il ne soit trop tard !!! »


Faut-il s’en étonner ? à Nîmes,  personne n’a jamais  trouvé trace de ce tract, qu’on nous présente comme écrit par des  « algériens et des arabes ».

D’ailleurs,  si ce tract menaçant et ultra-violent avait été été réellement distribué, cela n’aurait pas manqué de provoquer des réactions.
Depuis plusieurs années, ce « tract d’algériens et d’arabes« ,  « distribué à Nimes » , circule par mail ou sur des sites de la fachosphère. Jamais on ne donne de renseignement plus précis sur les lieux, dates  de distribution du tract, ni les auteurs, ni les témoins, jamais on n’indique une source  vérifiable.

Il est possible qu’une de ses premières versions soit apparue dans les années 90, glissée  de façon anonyme dans des boîtes à lettres à Saint Ouen.

En 2012, élections aidant, on l’a vu réapparaître dans des courriels ou blogs, accompagné d’appels à voter Le Pen.  Pas impossible que sa diffusion connaisse un nouveau regain,  à l’approche de nouvelles campagnes électorales…

 

Un faux évident, probablement inspiré par le  fameux   « Protocole des Sages de Sion » : cette brochure était présentée comme ayant  étant rédigée par les juifs eux-mêmes. Ils étaient censé y dévoiler leur plan secret pour pervertir et dominer le monde. En réalité, il s’agissait d’un faux,  fabriqué au début du 20ème siècle par la police du Tsar de Russie qui voulait combattre la révolution montante en excitant à la haine antisémite.   Ce faux « Protocole des sages de Sion » a ensuite été abondamment utilisé dans la propagande des nazis et des ligues fascistes, dans  l’Europe (et les USA) des années 30 et 40.

 

Dans ce tract,  que nos fachos  présentent  comme rédigé par des « Algériens et arabes« , on ne trouve qu’une très très mauvaise imitation du style « djihadiste ».

Par contre, le texte transpire le vocabulaire et les idées fixes d’une extrême-droite bien de chez nous :

  • Passons sur les obsessions de caractère sexuel, qui dénotent une véritable fascination des auteurs de ce texte. En tout cas,  on voit mal des fondamentalistes islamiques revendiquer si ouvertement la pratique de la pédophilie. C’est par contre une manie  dans la propagande des  obsédés anti-arabes et anti-musulmans de  lier sodomie, pédophilie à l’islam.
  • On voit mal des musulmans se dire eux-mêmes  « fidèles au Coran et au  terrorisme  islamique« ,  même parmi les djihadistes les plus cinglés.  Mais c’est un lieu commun dans la fachosphère d’assimiler Coran à terrorisme.
  • « la France et son peuple enjuivé jusqu’à la moelle »,  « l’influence de la juiverie et de la franc-maçonnerie » : autres thèmes  qui font  partie des obsessions traditionnelles de l’extrême-droite française.
  • La « contre-colonisation » de la France, son occupation par des arabes prolifiques, et les français « qui payent pour ça » : là encore, il ne s’agit pas du vocabulaire et des thèmes des islamistes, mais bien de ceux qui sont repris  en boucle dans  la fachosphère.
  • La « Francabia » : néologisme directement inspiré du mythe  « Eurabia », propagé par les extrêmes-droites ( ce terme signifiant le complot selon lequel les dirigeants européens se seraient secrètement et lâchement soumis à la domination et à l’invasion arabo-islamique)
  • Hervé Bourges est  mentionné parmi les convertis . L’ancien président du CSA et d’Arte, qui avait refusé la guerre coloniale, contribué aux négociations avec le FLN, est une cible classique de la haine de l’extrême-droite, qui le surnomme  « Hervé Mohamed Bourges »
  • On n’a jamais vu dans la prose djihadiste de glorifications de la guerre d’indépendance algérienne et  de ses dirigeants. Par contre, la rancoeur contre l’abandon de « l’Algérie française » demeure bien vivante à  l’extrême-droite, chez les rescapés de l’OAS.
  • « Pieds-Noirs, les français vous ont honteusement trahis en 1962 » : on sent  de nouveau la prose des ultras de l’Algérie Française

Donc, de toute évidence, ce prétendu tract,  présenté comme ayant été écrit par  « des Algériens et des arabes » est l’oeuvre de l’extrême-droite. 

Ce faux, déjà ancien, combine d’ailleurs le vieux vocabulaire fasciste, « la france enjuivée« , la dénonciation des  » francs-maçons« , avec celui des ex-OAS et des ultras de l’Algérie française,  tout en le modernisant avec  les clichés islamophobes les plus violents et les plus répandus actuellement.

 

Comme nous l’avons déjà dit et démontré sur ce site et sur notre page facebook, l’extrême-droite est coutumière de la fabrication de faux. Nous en avons déjà donné plusieurs exemples sur ce site et sur notre page faceobook. Nous aurons l’occasion d’en donner d’autres.

 

  • Nous nous limiterons simplement à rappeler cette autre fausse lettre,  appelant au djihad et à l’imposition de la charia en France. Cette lettre  comportait la signature inventée "Mohamed Sabaoui, sociologue de l’Université Catholique de Lille" . 

       Voici le démenti de l’Université Catholique de Lille:

COMMUNIQUE DE LA PRESIDENCE DE L’UNIVERSITE CATHOLIQUE DE LILLE
Depuis quelques semaines circulent sur internet des messages diffusés par un organe de presse, messages concernant l’immigration et l’islam dans la région et reprenant des propos attribués à Mohamed SABAOUI, qui se présente comme « jeune sociologue de l’Université Catholique de Lille, d’origine algérienne, naturalisé français ».
L’Université Catholique de Lille confirme que depuis 1996, date de la première diffusion de ces informations, cette personne n’a jamais fait partie des effectifs de l’Université, que ce soit en tant qu’étudiant, enseignant ou membre du personnel.
Elle condamne vivement les thèses développées dans ces messages et articles, et attribuées à cette personne dont l’existence n’est pas aujourd’hui prouvée.
L’Université Catholique de Lille porte plainte auprès du Procureur de la République de Lille à l’encontre du responsable de l’organe de presse, et portera plainte à l’encontre de toute personne qui contribue ra à la diffusion de telles informations.
Fait à Lille, le 22 Avril 2008


01/04/2013
17 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2572 autres membres