Debunkers des rumeurs / hoax d'extrême droite

Debunkers des rumeurs / hoax d'extrême droite

Manège à Istres, trois petits cochons pendus au plafond

Connaissez vous la rumeur du cochon sur le manège d'Istres (Bouches du Rhône)? Si non, il est temps de vous la narrer.
Il était une fois un loup nommé Gérard Brazon. Copain comme cochon avec une raciste notoire nommée Christine Tasin. Ensemble, ils faisaient la bamboula à l'extrême droite et racontait en permanence n'importe quoi.
Un jour, maitre Brazon, par l'odeur du crime de propagande raciste, alléché s'avisa qu'en la belle ville d'Istres, il y avait un manège pour enfants. Et le temps était propice...
Nous étions en mars 2014, et la belle ville d'Istres était dirigé par un socialo communiste islamonazi de la plus belle eau. Une gauchiasse. Un coco, un bobolchévique, de ceux qui défigurent la France en la vendant à la cinquième colonne de Daesh en autorisant les kebab dans le centre ville.
Et en face de lui se trouvait un sauveur, que dis-je une Ste Jeanne d'Arc réincarnée.
Un candidat du FN qui en gros approchait les 30% aux élections.

Gégé zonzon, pour les intimes, s'avisa alors d'un gros coup.

"Et si on racontait de grosses conneries" demanda t'il en conseil à sa commère chrichri tata (toujours pour les intimes). "Bien sûr lui répondit elle, après tout, c'est notre fond de commerce, si les gogos fachos s’arrêtaient de croire en notre parole frelatée, nous retournerions à l'anonymat et on vivrait de quoi?".
Méditant sur ces bonnes paroles et lorgnant d'un oeil en coin le poster de leur maître à penser, joseph Goebbels himself, avec inscrit dessous l'alpha et l'oméga de toute pensée sous-fasciste: "Plus le mensonge est gros, plus ca passe", Gégé Zonzon se dit qu'il fallait faire simple.
Et plus simple effectivement, ya pas, traînait une rumeur bien stupide, probablement lancée par un clone de zonzon résidant en cette ville:

 

brazon cochon.jpg

 

Le maire aux ordres des islamistes terroristes fondamentalistes, destructeurs de notre belle France, #maislaisseznousboufferducochontranquillejemexcusemaismerde, avait commis l'outrage de retirer le petit cochon sur un manège, cochon qui faisait rire nos bambins de souche blonds aux yeux bleus. Le traître.
Il n'en fallait pas plus pour zonzon et zonzonette de rédiger un article bien creux comme eux seuls en ont le secret.

 

Pas de chances, l'article fut repéré, et démonté...

 

1

Conseil Municipal

Déclaration intégrale du Maire d’Istres en séance du Conseil Municipal du 25

septembre 2014 à propos de la fausse rumeur du manège des allées Jean-Jaurès.

 

“Vous vous souvenez de l’histoire des 3 petits cochons que nos parents nous ont contés lorsque nous étions enfants... Il était une fois 3 petits cochons qui vivaient

avec leur maman dans une petite chaumière. Un jour, la maman appela ses trois fils

et leur dit qu’elle ne pouvait plus les élever parce qu’elle était trop pauvre. “Je

voudrais que vous partiez d’ici et construisiez votre maison, dit-elle, mais prenez

garde qu’elle soit bien solide pour que le grand méchant loup ne puisse entrer et

vous manger »... etc. Vous connaissez la suite, c’est un classique des histoires

enfantines qui ont bercé notre enfance et qu’aujourd’hui encore nous racontons à

nos enfants et petits-enfants.

Nous pouvons toutefois retenir et comprendre l’alerte de la mère des 3 petits cochons car chez nous, à Istres, le loup est entré dans la bergerie... pour grignoter et prospérer sur les esprits fragiles avec une nouvelle version d’une histoire de petit cochon, revisitée par des esprits malveillants, bien loin de la candeur enfantine. Dans sa volonté d’animation et de dynamisation du Cœur de Ville, la ville d’Istres a décidé l’implantation d’un carrousel au Portail d’Arles. Cette installation était souhaitée pour le mois de juin 2013, date de fin des travaux de piétonisation des Allées Jean Jaurès.

Dès le mois de Décembre 2012 les services municipaux travaillentsur cette commande.

Par Marché à procédure adaptée, en date du 7 mai 2013, la ville d’Istres acte la commande d’un manège type 1901, avec sujets, décor chapiteau et images spécifique à Istres.

Mai 2013, le fournisseur informe les services municipaux que le manège prévu pour

une livraison en juin, ne sera en réalité pas prêt et nous propose la livraison d’un manège de substitution, ce que nous acceptons avec soulagement sans imaginer la suite rocambolesque qui s’enchaine.

Ce manège comporte, des sujets divers, des chevaux et... un petit cochon !

Alors nous y voilà. Le petit cochon fait son entrée à Istres, n’en finit pas d’alimenter les discussions et en devient le tube de l’été !

Pendant ce temps, les mois s’écoulent paisiblement pour le plus grand bonheur de nos chérubins, qui chevauchent gaiement les sujets sans se soucier de savoir s’ils sont sur un âne, une voiture, ou un petit cochon !

En réalité, personne ne détaille la nature des sujets qui composent ce manège, à l’exception de quelques personnes, qui remarquent la présence d’un cochon.

 

2

Arrive enfin la date de livraison du manège initialement commandé. Nous sommes le

7 Novembre 2013, à la veille de la période de Noël et nous accueillons enfin avec satisfaction l’arrivée de notre Carrousel.

Seulement voilà, les mêmes esprits mal intentionnés, ceux qui avaient soulevé la présence du petit cochon, remarquent son absence sur le nouveau manège.

Voilà le point de départ d’une histoire beaucoup moins drôle. Il faut attendre le mois de février pour voir fleurir sur certains blogs indignes de ce nom ou plutôt spécialisés en fausses rumeurs, pour entendre parler du petit cochon. A cette époque, certains s’emparent de ces bruits pour introduire dans l’esprit des Istréens, l’idée que j’aurais volontairement demandé le retrait du Petit Cochon, sous la pression de la communauté musulmane.

L’opprobre est jeté. Ils vont plus tard rajouter, pensant sans doute s’attirer la sympathie des anti-corridas, que je l’aurais fait remplacer par un taureau... Et oui, il n’y a pas de petits profits!

Affabulation ! Mensonge !

Non seulement c’est un mensonge éhonté, mais c’est une insulte envers cette communauté et envers moi-même. Les istréens, qui me connaissent, savent que la pression, d’où qu’elle vienne, n’a pas de prise sur mes décisions.

Nous y sommes donc, nous voilà en campagne électorale.

Tous les candidats le savent, moi peut-être plus que les autres par expérience d’abord, mais surtout parce que j’ai souvent été pris pour cible, il est inutile de réagir à tout durant ces périodes.

Généralement, lorsque les élections sont passées, les rumeurs se taisent et les esprits se

calment. J’ai donc pris cette histoire avec dérision tellement elle était grotesque et avec le

recul nécessaire, du à cette période particulière.

Seulement voilà, 6 mois après, la rumeur est toujours bien présente. Elle prend de l’ampleur, elle inquiète, elle affole. Le Maire serait-il devenu fou ?

Elle dépasse les frontières d’Istres, elle se traduit pas des courriers, des mails, des appels téléphoniques de toute la France dans les services municipaux, de particuliers anonymes ou pas, même d’élus.

Les gens crient au scandale, à la honte, me demandent des explications. Certains me menacent de mort, si je ne remets pas immédiatement le Cochon sur son manège.

Ils tiennent des propos racistes, s’indignent de l’islamisation de notre pays, bref, le but est atteint par les auteurs de la rumeur.

Istres est la Honte de la France,

 

3

Istres a cédé à la communauté musulmane,

Bernardini a vendu Istres aux arabes !

Voilà en réalité ce qui se cache derrière la triste histoire du petit cochon d’Istres : instiller la peur dans l’esprit des Istréens grâce à des réseaux savamment organisés, faire s’élever les populations entre elles, faire qu’une ville comme la nôtre qui évolue paisiblement avec ses diversités dans le « Bien Vivre Ensemble » que nous avons souhaité Nicole Joulia et moi, avec ses communautés qui se respectent, cède à son tour à cette peur.

Oui nous avons à Istres une communauté maghrébine et nous l’assumons parce ces personnes ont prévalu aussi à la construction de notre Ville.Elles en sont une composante à part entière au même titre que la communauté asiatique, les Kurdes, les Turcs, les Juifs, mais aussi les Italiens et les Espagnols, les Arméniens et les Portugais, comme les autres ressortissants européens.

Oui Istres n’échappe pas à la règle de la diversité et cela n’exclut aucunement l’harmonie et la tranquillité.

Je ne nie pas le contexte national et la question de la radicalisation de l’Islam dans notre Pays.

Je ne pratique pas la politique de l’Autruche en laissant croire que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. L’hommage rendu à Hervé Gourdel nous plonge dans l’horreur de la radicalisation de barbares qui sèment la terreur et tuent au nom d’un Etat Islamique.

Je suis aussi conscient et lucide sur les problèmes de société qui existent en France, mais aujourd’hui, j’ai honte d’avoir à m’expliquer sur cette rumeur, fausse et infondée

et j’espère que ceux qui ont été tentés d’y croire m’entendront.

Je m’adresse à ceux qui auraient la naïveté ou la crainte de penser que les Istréens ne sont pas traités sur le même pied d’égalité, à ceux qui oublient, ou ne savent pas peut-être, que depuis ma toute première élection, je me bats avec force et conviction pour ma population, toute ma population et que notre Art de Vivre que beaucoup nous envient, n’est pas né de l’incitation à la haine de l’autre, mais bien au contraire, d’un traitement équitable entre toute la population d’Istres.

Je leur demande de ne pas faire d’amalgame, de rester objectifs, de se poser les vraies questions.

Pensez-vous un seul instant que j’en sois réduit à des actes infantiles d’un tel niveau pour conserver la sympathie de mes administrés ?

 

4

Pensez-vous que la qualité de vie à Istres ne soit pas suffisante pour me permettre de me présenter devant les Istréens la tête haute ?

Pensez-vous que je n’ai pas accompli suffisamment pour cette ville et que je n’ai pas encore les ressources nécessaires pour la porter plus loin pour avoir recours à des balivernes de trottoirs ?

Alors j’ai bien sûr échangé avec les représentants de cette communauté avec laquelle j’ai toujours entretenu des rapports fraternels, empreints d’estime et de respect.

Je suis heureux d’être suivi et conforté dans ma demande fraternelle par tous les responsables religieux de notre Ville qui officient, échangent couramment faisant taire les frontières des différences. Il faut vivre la laïcité avec toutes ses valeurs de tolérance qui contribuent efficacement à notre harmonie de vie.

Ils sont attristés par cette histoire, à tel point que l’Imam de la Mosquée, par l’intermédiaire de M. Djamel Bedra, Président de l’Association Musulmane d’Istres, m’a confié un message à lire devant vous ce soir :

 

“Monsieur le Maire,

Nous venons vers vous, suite à l’affaire du manège pour enfants qui semble prendre une triste tournure. En effet, cette histoire qui au début n’était qu’une simple petite rumeur, nous amène

aujourd’hui à revoir notre position sur notre silence, en allant déposer une plainte contre X.

Comme vous l’avez peut-être vous-même constaté, une forme de communication, particulièrement sur certains sites web, prennent parfois une tournure discriminante,

mensongère et qui risque de glisser insidieusement vers une nouvelle forme de violence, celle de la division et de la discorde entre les citoyens en touchant aux valeurs individuelles et collectives des personnes et voir remettre en cause, les principes même de la laïcité qui est destinée à garantir les valeurs de la liberté, de l’égalité et de la fraternité.

Nous restons malgré tout confiants, sur la maturité des Istréens et sur le travail que nous avons tous mené ensemble, à travers votre posture et mandats successifs de Maire de cette Ville, pour aboutir à une très bonne relation humaine entre les différents cultes et diversités culturelles de votre commune.

Enfin, faites savoir aux concernés de cette affaire, que les manèges sont faits pour faire rêver tous les enfants du monde et que le personnage du petit cochon est présent dans le monde entier ainsi que dans les pays musulmans.

Très respectueusement.

 

5

Mes chers collègues, je n’avais pas pensé qu’un jour, j’aurai à faire une si longue intervention sur une rumeur d’une telle bassesse.

Et j’aurai encore moins imaginé être seul à défendre l’image d’Istres, notre ville, sur un sujet aussi grave alors que certains n’hésitent pas à la salir et à la dégrader pour faire avancer leurs idées dans l’unique but de se faire élire. Je rappelle que siègent ici-même dans cette salle des représentants “officiels“ de partis politiques, qui n’oublient pas d’afficher leur étiquette et de revendiquer leur “légitimité“ : certains se prétendent vraiment de gauche, d’autres pensent incarner mieux que quiconque les valeurs de notre République.

Mais je n’ai pas entendu une seule fois une parole d’indignation sur les attaques faites à leur ville.

Alors me direz-vous, je me sens un peu moins seul et même en bonne compagnie depuis que Madame Najat Vallaud-Belkacem a été elle aussi été victime d’une rumeur sur le même sujet : la Ministre de l’Education aurait imposé dans le cadre de la Réforme des Rythmes Scolaires, une heure hebdomadaire consacrée à la découverte de la langue arabe !

Ils osent tout, même s’attaquer à l’école. Tout est permis dans leur méthode.

C’est par peur du loup que la mère des 3 petits cochons leur conseillait de construire leur maison.

Serge Regiani chantait, lui, “Les Loups sont entrés dans Paris“ pour rappeler les

heures sombres de l’occupation.

À Istres, la rumeur rampante, lancinante, permanente répand les troubles psychologiques. Elle suscite la nausée, elle bouleverse les consciences, elle travestit les réputations, elle distille sciemment les divisions en instaurant la peur, en secrétant les germes de haine.

C’est un goutte-à-goutte qui s’apparente à une avalanche et qui a comme signature l’immense épaisseur de la médiocrité de ceux qui l’anime. Mes chers collègues, il est couramment dans mes habitudes de toiletter les évènements pour bien faire la différence entre l’important et l’accessoire... même avant que ce dernier n’atteigne le dérisoire. C’est ma philosophie de vie qui me permet de me concentrer sur l’essentiel, sur le primordial plutôt que de me perdre dans des méandres futiles. Pourtant aujourd’hui je change de cap, car je considère que le dérisoire bouscule l’important. Pire, il essaie de lui ravir la place.

 

6

C’est pourquoi malgré ma complaisance tournée vers le dialogue plutôt que le contentieux, contrairement à d’autres qui se vautrent dans un climat judiciaire, j’ai décidé que cela avait assez duré. Je dois maintenant sonner la fin de la récréation et mettre un terme à ces tombereaux de bassesse qui s’abattent sur moi et qui pourrissent l’ambiance et l’attrait de notre Ville en la salissant sans vergogne.

Aussi j’ai déposé une plainte pour diffamation avec constitution de partie civile en mon nom et au nom de la Commune. Une enquête va maintenant être ouverte, elle nous permettra de remonter jusqu’à l’auteur des faits.

Bien sûr toutes les personnes qui m’ont interrogé sur cette histoire seront destinataires de cette déclaration et tenues informées des résultats de l’enquête en cours“.

 http://www.istres.fr/fileadmin/user_upload/images_contenu/SERVICES_doc_et_pdf/Doc_Conseil_Municipal/declaration-MaireIstres-250914.pdf

 

 

Et ce qui devait arriver, arriva, les médias (aux ordres de l'islamisme rampant bien sûr) s'emparèrent de l'affaire:

 

"Pour les musulmans, le cochon est illicite à la consommation. On ne peut pas le manger, mais on peut jouer avec", explique-t-il en souriant. Reste la question de la provenance de la rumeur ? Prudent, Djamel Bedra n’incrimine personne mais relève qu’elle a été lancée juste avant les municipales. "C’est surement politique, mais c’est difficile à prouver", conclut-il.

 

Cette histoire peut sembler vraie. C'est même la raison d'être d'une rumeur. Mais dans le contexte politique actuel, elle ne fait pas rire du tout à la mairie d'Istres.

Selon plusieurs sites internet, des blogs, le maire à la suite d'une demande pressante de l'imman a fait retirer un cochon rose du manège pour enfants, un carroussel traditionnel, installé en zone piétonne au coeur de la ville. L'histoire est évidemment fausse.

 

Le zonzon, honteux et confus, jura, mais un peu tard, comme les tenanciers de gargotte d'extrême droite ayant , eux aussi instillés cette rumeur, qu'ils recommenceraient, bien entendu, dès que possible.
Ils ne s'excusèrent pas, se marièrent et firent 30% aux élections.
C'est la morale de cette histoire.

 

 



11/11/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2323 autres membres