Debunkers des rumeurs / hoax d'extrême droite

Debunkers des rumeurs / hoax d'extrême droite

L'islamiste omniprésent de la fachosphère

Les Debunkers lancent un avis de recherche: connaissez vous cet homme?

 

ngbbs46900a52991f6.jpg

Allons, allons, faites un effort, c'est tout de même le terroriste islamiste le plus dangereux du monde! La preuve, c'est que dans le cas contraire, les sites fascisants de France et de Navarre ne balanceraient pas son portrait à tout va? Non?

La preuve:

FDF.jpg

 

Et encore ce n'est qu'une petite sélection! On trouve son portrait au moins une fois sur chaque site/page/forum fascistoïde de France et de Navarre.
Alors, le connaissez vous?
Rassurez vous nous non plus jusqu’à ce que nous connaissions cette petite enquète.
C'est le fait que son visage revienne partout qui a attiré notre attention, alors nous avons cherché un peu et quelle ne fût pas notre surprise de découvrir sa véritable identité, son histoire et ses convictions.

L'homme se prénomme Shakeel Ahmad Bhat (Kashmiri: शकील अहमद भट (Devanagari, Śakīl Ahamad Bhaţ), شکیلن احمد بھٹ (Nastaleeq)) né sans doute en 1978. C'est un activiste d'un parti Islamiste indépendantiste du Cachemire (Inde).

La situation y est particulièrement compliquée et tendue:


http://www.memoireonline.com/03/08/960/m_le-conflit-au-cachemire0.html

http://www.courrierinternational.com/article/2008/09/04/le-cachemire-met-les-intellectuels-devant-un-dilemme-moral

http://www.revue-projet.com/articles/2009-3-la-question-musulmane/

http://blog.lefigaro.fr/inde/2010/10/les-mollahs-indiens-opposes-a.html

Un conflit ignoré de l'occident et qui a fait des milliers de morts.

Shakeel Ahmad Bhat a une triste histoire. En 1990, lors d'un raid sur sa maison, des policiers Indiens blessèrent sa sœur mortellement en la jetant à bas d'un escalier ce qui lui rompit la colonne vertébrale. C'est à la suite de cela qu'il s’engageât dans ce mouvement. On l'a vu dans des manifestations contre l'Inde, Israël, le pape Benoit XVI, Salman Rushdie et les caricatures de Mohammed. Il prétend avoir été emprisonné plus de 300 fois et aurait fait au moins 3 années de prison.
Il a fait la couverture de plusieurs grand magazines comme Times of India, Middle East Times, France 24, et le The Sunday Mail. C'est ainsi qu'il a commencé à être caricaturé sur toute la planète et surnommé "Rage boy" (le garçon enragé).

6a00d83451c49a69e200e54f2495bc8833-800wi.jpg

rage-boy-sitar.jpg

Fist_IslamicRageBoy.jpg



Il est devenu un "phénomène internet" et a été représenté sur toute la planète. Son visage a été reproduit sur des tee shirts, les tapis de souris, des posters, des mugs.
Et c'est aussi ainsi qu'il est devenu une icône pour la fachosphère internationale....

http://timesofindia.indiatimes.com/world/us/Kashmirs-Rage-Boy-invites-humour-mirth/articleshow/2164387.cms

 

Seulement la réalité est un peu plus compliquée.
Shakeel_Ahmad_Bhat.jpg  Si quelqu'un incarne la violence des terroristes "islamistes" c'est bien "Rage boy". Il est devenu une figure de haine autant que ben laden. Il est devenu pour des millions de blogueurs le visage de la haine, de la violence du monde musulman.

Et pourtant cet homme n'est pas ce qu'il parait.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une très surprenante interview de cet homme a été réalisée par le daily mail en 2007 et dont voici des extraits choisis:

 

 

Un officier du renseignement au ministère de la Défense à Londres m'a dit qu'il boit son café dans une « tasse islamique Rage Boy ».

Rage Boy a été dépeint comme Adolf Hitler, et est apparu sur une couverture de parodie du magazine Time comme l'homme de l'année.

Un autocollant de voiture populaire aux États-Unis dispose de son air renfrogné en colère à côté du slogan: «Klaxonnez si vous aimez la tendre étreinte d'une chèvre de montagne sur, une froide soirée étoilée"

[…]

Shakeel Ahmad Bhat est un  vieux militant de 29 ans échoué. Pendant deux jours, assis les jambes croisées dans la maison qu'il partage avec sa mère et souriant timidement la plupart du temps, Shakeel m'a dit, par le biais d'un interprète, l'histoire de sa vie et pourquoi il était venu pour saluer ses poings aux caméras.

Son histoire ne était pas ce que j’avais prévu et a montré le tourment de la vie personnelle dans une société qui a mal tourné. Bien qu'il soit difficile de prouver l'authenticité de son histoire, compte tenu de ma connaissance de l'histoire politique du Cachemire au cours des 20 dernières années, tout ce qu'il dit me sonnait plausible: après tout, quelle raison aurait-il de mentir?

La famille religieuse de Shakeel a suivi la tradition soufie, une forme mystique et tolérante de l'Islam qui est commune au Cachemire. Son père l’emmenait souvent aux mosquées et lui a enseigné deux leçons: ne pas être gourmand et aider à répandre l'islam par des moyens pacifiques.

Shakeel n’aimait pas l'école et il avait des difficultés à apprendre à lire et à écrire. Son professeur l’a battu avec un bâton, mais cela n'a pas amélioré ses études. Âgé de dix ans, il a refusé d'aller en classe et est resté à la maison avec sa famille.

[…]

A cette époque, en réponse à des élections truquées, l’activité terroriste pakistanaise soutenue commençait  contre la domination indienne au Cachemire. La réaction du gouvernement indien a été brutale. Alors à  la recherche de militants, la police a perquisitionné la maison de Shakeel et ont jeté sa soeur Shareefa agée de 18 ans sur une fenêtre à l'étage. Sa colonne vertébrale s’est brisée et elle est morte de ses blessures quatre ans plus tard.

Dans le début des années 90, des milliers de jeunes Cachemiris répartis  sur la frontière au Pakistan prennent  les armes contre l'Inde. Shakeel, seulement 13 ans, a décidé de se joindre à eux. Il était si petit qu’il a dû être porté sur les épaules d'un garçon plus âgé quand il est allé à la montagne.

Il a été emmené dans un camp de formation enneigé géré par l'armée pakistanaise en collaboration avec le groupe militant Al-Mujahideen Umar. Armé d'un AK-47, il est retourné à Srinagar dans l'espoir de chasser l'armée indienne.

«Je pensais que le Cachemire devrait avoir le droit à l'autodétermination», me dit-il.


[…]
Shakeel n’était pas un très bon militant. Quand je lui ai demandé combien de personnes il avait tué, il avait l'air embarrassé.

«J’ai donné des frayeurs mais je n’ai tué personne", a t-il dit. "Je ne pouvais pas. Je n’ai jamais jeté une grenade dans un lieu public."

Sa plus grande réussite a été d'ouvrir le feu sur le cortège d'un ministre du gouvernement indien en visite.

Même lorsque son équipe a pris un informateur de la police, Shakeel a pris la parole pour demander à ce qu’il soit remis en liberté : «Je pensais que j’allais donner l'exemple. Le pardon c’est mieux que de tuer."

En 1994, quand  il avait 16 ans, il a été arrêté et emmené dans une caserne militaire. Sur les 20 garçons et les jeunes hommes qui avaient traversé la frontière vers le Pakistan avec lui, seulement huit étaient encore en vie.

Shakeel a été torturé. Il a été dénudé, arrosé  avec de l'eau et des décharges électriques. Un clou a été poussé à travers sa mâchoire (il m'a montré la cicatrice). Sa tête a été immergée dans l'eau.

Quand il a été libéré, il est resté sous surveillance policière. Une blessure à son bras droit à la suite de la torture l’avait laissé incapable de soulever quoi que ce soit et il s’est appuyé sur ses frères qui le  soutiennent depuis. Shakeel est toujours au chômage et dit qu'il se sent comme si il était âgé de 110 ans.


[…]
«J’ai entendu que les avions avaient percuté les tours jumelles. Je pensais que c’était très mauvais que tant de civils avaient été tués. Mais après, j’ai dit que c’était le propre gouvernement de l'Amérique qui avait organisé l'attaque."

Comment cela pourrait-il arrivé? "L'argent peut faire des merveilles."

Mais pourquoi l’Amérique aurait voulu faire une telle chose?

"Il ya un puissant lobby aux États-Unis qui s’oppose au président Bush. Il voulait attaquer l'Afghanistan et l’Irak. Il fallait se justifier à  son propre peuple ".

Puis je ai demandé se il avait entendu parler des attentats du 7/7 à Londres. "J’ai entendu qu’une rame de métro a été bombardé. Ca me fait mal quand des innocents sont tués. Ca  me fait mal."

[…]
"Si la paix devait prévaloir dans le monde entier et que les gens comprenaient le message du Coran. Vous ne pouvez pas apporter la paix en battant les tambours ou tuer des gens," répondit-il.
[…]
Shakeel est un exemplaire unique, un excentrique, mais il peut être plus représentatif de la colère des musulmans dans le monde que nous voulons l'admettre, que ce soit à Ramallah, Srinagar ou en Tchétchénie.

Il ne nous comprend pas, et nous ne le comprenons  pas. Notre hypothèse que toute forme d'agitation ou de protestation par les musulmans doit être connecté à la cause d'Al-Qaïda est manifestement erronée.

En fait, Oussama Ben Laden a détourné l'Islam de la grande majorité des musulmans dans le monde.

Shakeel Ahmad Bhat est le produit de la pauvreté, le manque de possibilités et de l'état de la brutalité. L'Islam est pour lui un mode de vie. Il est analphabète et sa seule source de nouvelles est la rue.

Entouré par d'autres personnes qui n’ont pas connaissance du monde extérieur, est-il surprenant qu'il croit dur comme fer aux  théories du complot sur les attentats du 9/11?

L'extrémisme islamiste est une menace grave et va se poursuivre. Mais la marque d'Al-Qaïda du terrorisme a peu en commun avec l'éducation ou de l'expérience de Shakeel.

 

On est loin, très loin de l'image sauvage que veulent en donner nos petits manipulateurs d'extrême droite...

A la guerre des images, pour les fachos, ce n'est qu'une victime collatérale. Ils font déjà tellement pire...

 

10933804_10153077329022764_6685566026142613982_n.jpg



21/01/2015
11 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2316 autres membres