Debunkers des rumeurs / hoax d'extrême droite

Debunkers des rumeurs / hoax d'extrême droite

Italie: pas de discrimination "anti-blanc" dans le bus.

"Novopress", la pravda des identitaires, reprend un infaux Italien.
Classique, comme nous vous le disions ici:

 

Le système viral de la fachosphère est simple et éprouvé. Il fonctionne un peu comme un filet. Un seul d'entre eux produit une rumeur, un hoax et les autres nœuds du filet reprennent instantanément l'infaux. Chaque site possède son réseau propre, mais au final chacun de ces réseaux s'interconnecte, ce qui fait que l'on retrouve souvent des infaux provenant d'un de ces réseaux sur un autre.
Pour ceux qui s'interrogent sur ces différents réseaux, un article est en préparation.
Ces dernières années, les Debunkers ont pu constater que ces réseaux se sont internationalisés. L'internationale du fascisme est déjà réalisée... La meilleure preuve est que nous avons du ouvrir une nouvelle rubrique spécialement consacrée à ces sujets internationaux:

http://www.debunkersdehoax.org/articles/hoaxes-sous-d-autres-horizons

 

Et à nouveau, nos confrères Italiens nous ont mâché le travail.
Voici le faux:

 

Bus mosquée.png

 

 

Italie : Des musulmans interdisent à des jeunes filles de monter dans le bus pour la mosquée

C’est un communiqué de la Ligue du Nord qui a révélé l’affaire, reprise ensuite par plusieurs sites d’information locaux comme ImolaOggi, Qui News Valdelsa ou encore OK Siena.

La semaine dernière, à Colle di Val d’Elsa, dans la province de Sienne en Toscane, deux jeunes filles italiennes se sont plaintes à la Tiemme, la Société de transports, pour avoir été empêchées de monter dans l’autobus public qui part du centre ville en direction de la mosquée. Des immigrés musulmans qui se rendaient à la mosquée leur auraient interdit l’accès « car, selon leur religion, les femmes ne doivent pas prendre les transports publics en présence d’hommes de religion musulmane. Après un début d’altercation et des insultes, les jeunes filles se sont vues contraintes de renoncer à monter dans l’autobus ».

À la suite de cette plainte, des contrôleurs de la Tiemme, épaulés par des membres de la Police municipale de Colle Val d’Elsa, ont effectué vendredi une vaste opération de contrôle, qui a permis d’infliger de nombreuses amendes pour manque de titre de transport. La Police municipale a en outre repéré un individu dépourvu de tout papier d’identité. Les forces de l’ordre alertées l’ont conduit au commissariat pour vérification : il a alors déclaré qu’il venait d’arriver clandestinement en Italie en provenance du Tchad.

La mosquée de Colle Val d’Elsa, construite sur un terrain concédé par la municipalité, est particulièrement controversée. C’est celle que l’écrivain Oriana Fallaci, dans un de ses tout derniers entretiens, juste avant sa mort, avait carrément menacé de faire sauter : « Je ne veux pas voir un minaret de 24 mètres de haut dans le pays de Giotto, alors que moi je ne peux pas même porter une croix ou emporter une bible dans leur pays ».

Dans son communiqué, le secrétaire provincial de la Lega Nord, Riccardo Galligani, a vu dans l’épisode la preuve « que la mosquée fonctionne comme un catalyseur de personnes parfois violentes, qui méprisent les libertés fondamentales des personnes, et sont en plus en situation irrégulière sur notre territoire ».

Face à la polémique, la Tiemme a cherché à minimiser les faits. À en croire son président, Massimo Roncucci, les jeunes filles n’auraient pas été empêchées de monter dans l’autobus « pour des motifs ethniques et culturels » mais « seulement en raison de l’encombrement du véhicule ». Quant aux contrôles de vendredi, il s’agirait d’une « opération de routine ».

On ne peut quand même s’empêcher de penser que, si les jeunes filles avaient été noires et ceux qui les empêchaient de monter des supporteurs de football, l’affaire serait déjà devenue un scandale international.

 

Dès le début, on peut douter de l’honnêteté de l'affaire puisqu'elle provient d'un communiqué de la ligue du nord, parti fascistoïde Italien.
Et ce sont des habitués du genre comme le démontre le site anti hoax Italien "Bufale.net":

http://www.bufale.net/home/?s=lega+nord

 

Ensuite les "quotidiens locaux" dont parle "novopress" sont, pour le moins, en accord avec les idées de la "Lega Nord".

 

  • "Imola Oggi", ce site "d'information" est un "pure player" dont le propriétaire est un membre de la ligue du nord:

 

imolla.jpg

http://www.bufale.net/home/guida-utile-chi-ce-dietro-il-sito-imolaoggi-bufale-net/

 

Le site "Ok Sienna" s'est contenté de recopier "Imola Oggi", mot à mot sans vérification.

Enfin le site "Quinews" a un comportement très curieux. Pas de sources, si ce n'est répéter en boucle les déclarations des locaux de la "Ligue du nord"; pas d'interview, ni de communiqué de la police qui serait soit disant intervenue, et enfin pas de journaliste signataire de l'article.
C'est très moyen.

Autant dire que les "sources locales" de novopress sont frelatées.

 

La société "Tiemme" incriminée a publié un communiqué expliqaunt la véritable situation:

http://www.valdelsa.net/notizia/colle-di-val-d-elsa-la-lega-discriminazione-di-musulmani-verso-due-ragazze-in-autobus-la-tiemme-nessuna-segnalazione

 

Pas de discrimination, le bus était simplement bondé.
Pas de plainte enregistrée par deux jeunes femmes.
Le contrôle quelque jours plus tard fait partie de la routine et n'est pas corrélé au premier incident.
Le nombre de personnes détectées en fraude est "normal" et comportaient des "locaux".

Et "Bufale.net" de conclure à une reprise des dires des responsables de la ligue sans vérification par les journalistes.

Bref pas de quoi fouetter un chat.
Sauf par l'extrême droite Italienne ou Française.

 



10/03/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2323 autres membres