Debunkers des rumeurs / hoax d'extrême droite

Debunkers des rumeurs / hoax d'extrême droite

"Islamisation des collégiens de la Roche sur Yon" : Exemple de la technique de fabrication de hoax

« Nos chères têtes blondes, nos enfants, nos collégiens subissent une islamisation forcée et sournoise » :

voici un exemple-type d’intox  fabriquée par l’extrême-droite.

C’était en décembre  2011, à partir d’un article paru dans Ouest France. Démenti immédiatement point par point, par Ouest-France comme par la LICRA, (voir leurs articles ci-dessous), le hoax,  (ou le bobard, si vous préférez un mot français)  continue pourtant à être propagé en 2013, y compris par des sympathisants de l’UMP, comme sur cette page facebook intitulée « Amis UMP de la France »

Internet détourne une visite d’élèves à la mosquée

Loïc TISSOT.  Ouest-France  
Les élèves d’un établissement privé y avaient approché la culture de l’Islam. L’article a été repris sur le web. Et détourné. Accompagné de photos anglaises, il a été exploité par des sites d’extrême droite.
L’histoireLe samedi 22 octobre, nous relations dans nos colonnes la visite de collégiens à la mosquée de La Roche-sur-Yon. Les élèves en 5eont découvert la culture de l’Islam, en posant des questions à Ali Bensaada, aumônier musulman auprès des maisons d’arrêt. La rencontre a été riche, pour des jeunes appréhendant la religion de l’Islam dans le programme scolaire. Cela aurait pu s’arrêter là.L’article a ensuite véhiculé sur le net. Et il a été récupéré par des sites d’extrême droite, collant une photo prise en Angleterre. Elle montrait des élèves non-musulmans en train de prier dans une mosquée. Avec un nouveau titre : « Des collégiens s’islamisent. » Une forme de propagande et un effet boule de neige, nourrissant blogs et forums, servant des idéologies d’extrême droite.

« Ce n’est pas une conversion déguisée »

Des réactions vives n’ont pas aussi tardé à déborder, à la rédaction Ouest-France comme dans le collège privé cité : « Nous avons reçu une quantité de mails et de nombreux coups de téléphone, explique le directeur Benoit Dugast. S’il n’y avait pas eu cette photo sur les réseaux sociaux, laissant sous-entendre que les collégiens de l’établissement priaient, je ne serais pas rentré dans ce débat. » 

Il s’est fendu d’une lettre type, appelant les auteurs de mails peu révérencieux « à vérifier leurs sources d’information. Nous l’apprenons bien à nos élèves. » Il a même envisagé de déposer plainte à un moment pour diffamation. « Il fallait signaler dans le papier que nous les collégiens vont aussi visiter une église dans le cadre de leur scolarité. Et s’il y avait une synagogue à La Roche, nous irions dans le même état d’esprit de découverte. » 

Pendant quatre ans, au sein de l’établissement, les élèves de 5e ont profité d’un débat oecuménique, entre un catholique, un juif et un musulman. C’est la première fois que les collégiens se déplaçaient à la mosquée.

Soutenu par la direction de l’enseignement catholique, encouragé par les parents d’élèves (l’affaire a été débattue lors de l’assemblée générale de l’Ogec-Apel), le directeur ne sait pas si une nouvelle visite de la mosquée se fera. « Nous y retournerons si l’équipe pédagogique en a l’envie. »

Il faut savoir qu’un autre collège yonnais est venu avec ses élèves à la mosquée. Et d’autres visites sont prévues, notamment avec des adultes en 2012. « Il ne s’agit en rien à un endoctrinement ou à du prosélytisme. Les gens qui pensent cela sont de mauvaise foi », conclut très justement Ali Bensaada.

Décryptage de la haine raciste sur Internet. Petits amalgames entre identitaires

La lutte contre le racisme sur Internet est au cœur du combat mené chaque jour par la LICRA.

Après la conférence INACH, alors que notre film Nouvelle Arme est diffusé sur les chaînes de télévision, nous vous proposons un décryptage du processus de désinformation virale visant à attiser la haine raciale la plus primaire.

Ce cas concret et irréfutable d’une information reprise dans le seul but d’être falsifiée et utilisée comme support au racisme le plus odieux illustre les incessantes manœuvres d’une extrême-droite plus que jamais active sur la Toile.

Etape 1
Le point de départ est un simple article dans le plus grand quotidien régional de France.
A priori, aucun problème majeur n’est soulevé par cette brève et la photo qui l’accompagne. La visite en question répond en effet à un point précis du programme d’Histoire-Géographie de classe de cinquième quant à l’enseignement du fait religieux. La mixité est respectée et les élèves, aussi détendus que leurs enseignants, ne semblent pas avoir été contraints à visiter cette mosquée située près de leur collège vendéen.
Notons, par ailleurs, qu’aucun commentaire n’est posté sur le site de Ouest-France à la suite de cet article qui n’a donc pas créé pas la moindre polémique.
Etape 2
Le site le plus tristement connu de ceux qui se nomment eux-mêmes « identitaires » reprend l’article de Ouest-France. A l’origine de ce post sur Internet un certain civitas parisiorum. Cette dénomination latine de la tribu gauloise qui donna son nom à Paris, cache des membres d’une extrême-droite obsédée par une prétendue « pureté des origines » dont la recherche a déjà largement entachée l’histoire XXe siècle.
Concédons que la source journalistique est citée et le texte original repris in extenso. Pourtant, l’amalgame est déjà suggéré à travers un nota bene moins incongru qu’il n’en a l’air. Ainsi, à la première photo, une seconde est juxtaposée. Elle met en scène des élèves, sensiblement du même âge que ceux des Essarts en Vendée, en position de prière. Le site explique, sans autre commentaire, que « les visites de mosquée existent aussi au Royaume-Uni». Pernicieusement, tous les éléments nécessaires à l’amalgame à venir sont fournis pour une utilisation ultérieure, ailleurs.
Etape 3
Une utilisation qui effectivement ne tarde pas. Le sujet est repris dans la foulée par un autre site identitaire, moins en vue que le premier :
De sites en sites, la viralité à l’œuvre sur Internet réalise pleinement son effet. Via les multiples petits supports identitaires sur le web, la fausse information se diffuse à grande échelle. On oblige des collégiens français à prier dans les mosquées ! Photo à l’appui…. comme il se doit !
Etape 4
 
L’Islam est alors assimilée au terrorisme et on incite les Français à défendre leurs enfants menacés par ce danger qui rôde jusque dans les salles de classes.
Les nombreux mots-clefs placés sous l’article sont autant d’incitation à haine de l’autre. Le spectre raciste s’étend même au-delà de son objet premier, comme le suggère la présence des termes « hébreu » et « Shoah » qui n’ont pas grand-chose à voir avec la mosquée vendéenne.
Etape 5
De l’amalgame haineux au délit pur et simple, il n’y a plus qu’un pas. Il sera vite franchi sur une autre page web où les insultes fusent ad nominem rappelant les pires moments de la seconde guerre mondiale quand la délation était un véritable sport national.
NB : Les pages montrées ici ne sont qu’un faible échantillon du nombre que l’on peut trouver sur ce sujet précis.
NB2 : Les noms et numéros de téléphone ont été floutés par souci de respect de la vie privée.


30/03/2013
313 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2636 autres membres