Debunkers des rumeurs / hoax d'extrême droite

Debunkers des rumeurs / hoax d'extrême droite

Chaine de hoaxes de dreuz aux sarkozystes sur "l'Institut des Cultures de l'Islam"

:Une "chaine de hoaxes" vous connaissez? Et bien, c'est le principe de la reprise d'un hoax, par un autre site en y ajoutant petit à petit d'autres éléments, toujours aussi faux.
Un bel exemple avec cet infaux démonté par un de nos membre sur sa page personnelle. Tout commence avec JP grumberg le vieux crocodile de marigot de "dreuz":

 

dreuz.jpg

 

 

 

L'article date d'octobre 2015 et continue à régulièrement faire des ronds dans l'eau saumâtre de la fachosphère.

"MPI" s'y met en janvier 2016:

 

MPI.jpg

 

Puis c'est le tour des "Observateurs.ch":

 

observateurs.jpg

Et "riposte laique":

 

RL.jpg

 

 

 

Et ca grenouille ainsi jusqu'à atteindre les sarkozistes fidèles suppôts de l'extrême droite, en décembre 2016:

 

NS.jpg

 

Commençons par le plus gros.

Non, il ne faut pas aller consulter la presse suisse (comme si "les observateurs", c'était "la presse"... Non c'est de la fachosphère la plus crasse).

Il suffit de regarder la bonne presse française:

 

Pourtant, à l'Hôtel de Ville, on ne semble guère s'alarmer de cette « victoire » judiciaire : « Seule l'autorisation donnée au maire par les élus a été annulée, en aucun cas le contrat de vente à l'association en lui-même, assure-t-on. En l'état actuel, la décision de la cour administrative d'appel est sans impact sur le fonctionnement de l'ICI. La cour dit simplement que nous n'aurions pas dû signer avec une association loi 1901, mais une association loi 1905 à but cultuel… »

 

Qui explique d'ailleurs l'affaire en détail dès février 2016:

 

Pourquoi ce refus de la mairie de construire le nouveau bâtiment ? Pour Jamel Oubechou, « il n’y a pas de motivation budgétaire. Anne Hidalgo ne connaît pas le projet, et le rejette par pure idéologie. C’est un désaveu pour l’équipe ».

La mairie se défend. Bruno Julliard, premier adjoint d’Anne Hidalgo, invoque « des éléments juridiques et budgétaires qui nous ont amenés à revenir sur le projet initial ». Du point de vue du droit, la délibération du Conseil de Paris des 22 et 23 avril 2013 donnait l’autorisation à Bertrand Delanoë, alors maire de Paris, de consentir un bail emphytéotique de 99 ans. Cette décision a permis à la Grande Mosquée de Paris d’acheter les volumes de la partie cultuelle. La mairie a construit le bâtiment et a revendu l’espace de prière au culte.

« Or, la cour administrative d’appel a annulé cette délibération, explique Bruno Julliard, considérant que les statuts de l’association ne répondaient pas à l’obligation légale d’être uniquement cultuelle. En effet, la Société des Habous se définit comme cultuelle et culturelle. Cette décision ne casse pas la vente ni la présence du culte rue Stephenson, mais elle nous empêche de reproduire le même schéma rue Polonceau. »

En outre, poursuit-il, « nous cherchons depuis plusieurs années un financeur acceptable pour la Ville, pour la partie cultuelle du deuxième bâtiment de l’Institut des cultures d’islam. Or, sans acheteur, nous nous retrouvons en total irrespect de la loi de 1905. La Mairie ne va pas construire un bâtiment pour lequel elle n’a pas de base légale. Enfin, Anne Hidalgo estime que le coût des travaux prévus pour la rue Polonceau, estimé à 16 millions d’euros, est excessif ».

Bruno Julliard reconnaît toutefois un désaccord avec Jamel Oubechou : « Nous ne considérons pas nécessaire la cohabitation entre l’espace culturel et le lieu de culte. Nous l’acceptons sur le premier site, mais nous considérons que l’Institut des cultures d’islam justifie son existence propre. »

 

Et au passage démonte le deuxième mensonge apporté par MPI en apposant la photo de A. Hidalgo: non celle ci n'était pas impliquée dans le projet décidé sous la mandature de Delanoé...

Mais d'autres en ont parlé:

http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-75018/paris-c-est-le-souk-a-l-institut-des-cultures-d-islam-12-02-2016-5540079.php

http://www.telerama.fr/sortir/entre-la-mairie-de-paris-et-l-institut-des-cultures-d-islam-c-est-le-souk,138494.php

 

C'est même cette même presse qui révèle l'affaire dès septembre 2015, environ un mois AVANT "dreuz"....

http://www.lesinrocks.com/2015/09/11/actualite/le-projet-de-linstitut-des-cultures-dislam-revu-a-la-baisse-par-la-mairie-de-paris-11773523/

 

Et enfin le démontage lui même sur le blog "Désinformation":

 

Bel exemple d'information fabriquée | NLMR
Bel exemple d'information fabriquée | NLMR | Désinformation | Scoop.it
Si seul le titre de cet "article" copié/collé de Dreuz est faux, il traduit éhontément la manière dont certains médias "alternatifs" partent de l'idéologie qu'ils entendent défendre (les musulmans sont tous méchants et l'état les subventionne) et tentent d'y faire coïncider n'importe quel bout d'information en inventant des liens entre des faits et situations qui n'existent pas.
Pas besoin de démontrer ces liens ni même de les mentionner dans le corps de l'article, un titre dramatique et spectaculaire suffira à en faire un champion des partages et des indignations sur les réseaux sociaux...

"La Mairie de Paris condamnée à dédommager les contribuables parisiens pour ses aides déguisées à l’Institut des Cultures d’Islam : 14 millions plus les réparations!" http://lesobservateurs.ch/2016/01/12/la-mairie-de-paris-condamnee-a-dedommager-les-contribuables-parisiens-pour-ses-aides-deguisees-a-linstitut-des-cultures-dislam-14-millions-plus-les-reparations/

Les faits : La ville de Paris n'a été condamnée dans un arrêt la Cour de Cassation de septembre 2015 qu'à verser 1500 euros à un contribuable, celui qui a intenté l'action (comme on le voit dans la capture de l'arrêt qui accompagne l'article).
Il n'y a aucune mention dans cet arrêt d'une somme de 14 millions d'euros ni rien d'approchant. Le véritable objet de l'arrêt est l'annulation d'une vente de bien publique et d'un bail associé sur soupçon de subvention déguisée. Mais cette subvention n'aurait pas été au profit de l'Institut des Cultures d'Islam (ICI) qui n'est pas une association religieuse privée mais un établissement culturel appartenant... à la Mairie de Paris!

On peut supposer que les 14 millions dont il est fait mention correspondent à la construction du bâtiment de l'ICI Goutte d'Or, un établissement culturel, propriété de la ville de Paris à l'exception d'une salle de prière, vendue à la société des Habous et des Lieux Saints de l'Islam (l'association qui gère la grande mosquée de Paris) pour 2,2 millions d'euros afin de répondre au problème des prières de rue dans le 18ème arrondissement. La cassation porte sur cette vente et le bail emphytéotique qui lui est attaché. Leurs montants (vente et loyer) ont été considéré anormalement bas et ainsi peuvent s'apparenter selon la Cour de Cassation à une subvention déguisée.

L'Institut des Cultures de l'Islam n'a rien à voir avec la religion (organisme publique, il serait alors en contradiction totale avec la loi de 1905). C'est un lieu "dédié à la création et la diffusion des cultures contemporaines en lien avec le monde musulman". Son conseil d'administration est composée notamment de représentants de la Mairie de Paris, mais aussi de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes ou du Musée du Louvre, Son coût pour le contribuable n'est ni plus ni moins critiquable que celui de Beaubourg, du Mucem ou du Musée d'Art et d'Archéologie de Senlis.

L'arrêt complet de la CC : Arrêt complet : https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?idTexte=CETATEXT000031418440
L'institut des Cultures de l'Islam : http://www.institut-cultures-islam.org

 

 

 

point Goebbels.jpg

 

 

 

 

 



31/01/2017
37 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2469 autres membres